« Made in NYC » : le boom de l'industrie numérique à New York

Article  par  Erwan LE GAL  •  Publié le 24.05.2012  •  Mis à jour le 25.05.2012
[ACTUALITÉ] Portée par la vague des starts-ups, la ville de New-York est en train de devenir l’un des principaux lieux de concentration de l’industrie d’Internet et des nouvelles technologies aux États-Unis, après la Silicon Valley.
Outre le fait de figurer parmi les starts-ups les plus en vogue du moment, Foursquare (un réseau social géolocalisé sur mobile) et Tumblr (une plateforme de micro-blogging) ont un point commun: les deux entreprises ont toutes les deux été fondées à New-York.
 
Créé en 2007, Tumblr emploie aujourd’hui une centaine d’employés dans le quartier de Flatiron, au cœur de la presqu’île de Manhattan. C’est aussi une des cinquante starts-ups[+] NoteLe site du NY Tech Meetup recense sur son site toutes les starts-ups « made with ♥ in NYC ».X [1] de la ville qui ont réussi à lever chacune plus de 50 millions de dollars auprès des investisseurs.
 
En dépit d’un accès limité au réseau à très haut-débit, l’industrie des nouvelles technologies est en pleine croissance à New-York, attirant investisseurs et talents, selon l’étude « New Tech City » publiée par le Center for an Urban Future. Un développement qui donne un élan économique important à la ville et la positionne comme un acteur majeur de la croissance high-tech des prochaines années.
 
Selon ses auteurs, Jonathan Bowles et David Giles, l’industrie des nouvelles technologies se développe plus rapidement à New-York que dans une aucune autre ville ailleurs. « Big Apple » est désormais, après la Silicon Valley en Californie, le principal hub d’entreprises innovantes aux États-Unis. L’étude recense 486 entreprises dans le domaine des nouvelles technologies qui ont été créées dans la ville depuis 2007. Parmi elles, les plus connues sont Foursquare, Tumblr, ou encore GetGlue. Une croissance que ni la crise financière, ni la récession qui a suivi, n’ont ralentie. Dans le même temps, selon l’étude, les fonds de capital-risque ont enregistré une hausse de 32 % du nombre de transactions, alors que ce chiffre était en baisse de 10 % dans tout le pays.
 


Pour les auteurs du rapport, une large part de cette croissance est à mettre au crédit de l’administration du Maire de New-York, Michael R. Bloomberg, qui n’a pas ménagé ses efforts pour tenter de réduire la dépendance de la ville au secteur de la finance.
 
« Pendant des années New York n’a pas eu besoin de diversifier son économie, qui reposait sur Wall Street, » explique Jonathan Bowles, directeur du Center for Urban Future et co-auteur du rapport. « Le secteur des nouvelles technologies stimule tellement la ville… Il attire des capitaux extérieurs et des cerveaux qui autrement seraient restés dans la Silicon Valley ou à Boston. ».
 
Michael Bloomberg a initié une politique de développement et d’innovation portée par de nombreuses initiatives comme la construction d’un grand campus numérique (le New York Tech Campus) et la création d’évènements fédérateurs (le New York Tech Day). Le New York Tech Campus verra le jour en 2017 à Roosevelt Island, juste en face de Manhattan. Il pourrait générer 3 milliards de dollars dans les 30 prochaines années et créer 30 000 emplois.
 
Si New York attire autant de starts-ups, c’est aussi en partie parce que le gros de l’innovation est aujourd’hui connecté à d’autres industries qui s’épanouissent à New York : la publicité, la mode, les services financiers et les médias.
 
Enfin, l’achat par Google en 2010 d’un ancien entrepôt de fret dans le quartier de Chelsea pour y déménager ses équipes a sans doute eu une influence très positive sur d’autres entreprises numériques. Ainsi, Microsoft et eBay ont annoncé à leur tour, il y a quelques semaines, leur expansion à New York.
 
S’il est difficile de comptabiliser le nombre exact de personnes qui travaillent aujourd’hui dans l’industrie des nouvelles technologies à NYC (autour de 50 000), les auteurs du rapport observent que leur nombre a cru de manière radicale. Dans les cinq dernières années, le nombre d’emplois proposés dans les secteurs de l’information et des nouvelles technologies a bondi de 29 %, c’est-à-dire huit fois plus rapidement que les offres d’emploi de toute la ville.
 

Cartographie des start-ups numériques à NYC

Sur un plan géographique, l’étude montre que les starts-ups sont principalement concentrées dans le centre et le sud de Manhattan, dans les quartiers de SoHo ou de Flatiron District par exemple (en partie parce que d’autres quartiers comme Brooklyn ne sont pas encore raccordées au très-haut-débit).
 
Probable effet de cet environnement urbain, les projets à dimension sociale, locale et mobile (SoLoMo) et les « city-guides » en ligne figurent parmi les grandes tendances développées par les starts-ups new-yorkaises. C’est par exemple le cas de Foursquare, qui n’oublie pas d’ajouter dans ses mentions légales « Lovingly made in New York City ».
 
Michael Bloomberg (qui est lui-même fondateur d’une start-up, et « tweete » régulièrement) a même déclaré la date du 16 avril « Foursquare Day », en hommage à la start-up la plus populaire de la ville.
 
Certes, Jonathan Bowles reconnait que toutes les starts-ups ne réussiront pas et que l'industrie new yorkaise du numérique risque de connaître des hauts et bas. Mais New York a posé les fondements d'un véritable hub numérique. « C'est une tendance à long terme, qui n'a rien à voir avec ce qu’on a connu en 2000. New York est vraiment en train de construire quelque chose de durable ».
 
--
Crédits photos :
- Image principale : capture d’écran de l’étude « New Tech City »
- Infographie : « New Tech City »
- Cartographie des start-ups numériques à NYC : « New Tech City »
  • 1. Le site du NY Tech Meetup recense sur son site toutes les starts-ups « made with ♥ in NYC ».
Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction