The Internet Association, un lobby pour défendre les géants de l’Internet

Article  par  Vincent SARRAZIN  •  Publié le 03.10.2012  •  Mis à jour le 03.10.2012
[ACTUALITÉ] En rassemblant les plus grands noms du Web, le lobby américain devrait jouir d'une visibilité politique inégalée. Une aubaine pour ces sociétés pour qui la défense des libertés sur Internet ne cache pas celle des intérêts commerciaux.
« Proposer des politiques publiques à même de protéger et renforcer les libertés sur Internet, encourager l’innovation et la croissance économique ainsi que les possibilités offertes aux utilisateurs ». C’est le message transmis par The Internet Association, le groupe d’intérêts officialisé le 19 septembre 2012 par quelques grands noms de l’Internet. Avec dans ses rangs des compagnies majeures telles que Google, Facebook, eBay et Amazon, c’est la première fois qu’un lobby est composé pour faire peser les enjeux du Web au sein de la politique nationale américaine. Une prise de pouvoir plus que symbolique, qui perpétue la dynamique enclenchée avec l’opposition des grands acteurs du Web aux projets de loi SOPA/PIPA lors de l’hiver 2011/2012. En se constituant comme un groupe partageant des intérêts communs, les compagnies ont ouvert la voie à la création de l’Internet Association, s’opposant aux lobbies de taille représentés par les industries musicales et culturelles américaines, fervents défenseur des projets SOPA/PIPA et d’une plus forte régulation de l’Internet. La prise d’importance de l’Internet Association pourrait ainsi concrétiser un nouveau rapport de force politique dans lequel l’organisation se poserait en défenseur des libertés contre les tenants d’un contrôle de l’Internet.

Vidéo de présentation de l’Internet Association et des valeurs soutenues par l’organisation.

Mais si la défense des libertés est affirmée comme une valeur fondamentale partagée par les membres de l’Internet Association, la mise en place du lobby est aussi une occasion de mettre en exergue l’importance économique acquise par ces acteurs. Car comme l’affirme le président de l’organisation Michael Beckerman  : « Les politiques doivent comprendre que la préservation de cette liberté est essentielle pour la vitalité de l’Internet et de la prospérité économique qui en découle ». L’encouragement de la croissance des plus grandes entreprises du Web, et surtout la protection de leurs intérêts, devrait être au centre des luttes d’influence menées par le lobby américain. Car entre l’ogre Google qui tente de se mettre à l’abri de procédures antitrust et pérenniser sa croissance et un Facebook qui a pris l’habitude de marcher sur la corde raide en matière de droit à la vie privée, la quête d’une protection politique est devenue vitale pour les membres de l’Internet Association, qui se dotent un outil pour contrer les prochaines offensives législatives visant à réguler le Web.

Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction