Montrer la mort : le dilemme des chaînes d’info face au terrorisme

Article  par  Frédéric BLASI  •  Publié le 09.06.2016  •  Mis à jour le 26.07.2016
Boulevard Richard Lenoir
Après les attentats de janvier 2015, le CSA a reproché à France 24, et seulement à cette dernière, d’avoir diffusé une vidéo portant atteinte à la dignité de la personne humaine. Analyse de la diffusion des images de violence par les chaînes d’info françaises et internationales.


À la suite des attentats de janvier 2015, la chaîne internationale France 24 s’est vue mise en demeure par le Conseil supérieur de l’audiovisuel français (CSA). Le CSA reproche à la chaîne d’avoir diffusé une vidéo représentant la fuite des terroristes et l’exécution du policier Ahmed Merabet de telle façon qu’elle aurait porté atteinte à la dignité de la personne humaine. Cette vidéo d’une durée de 40 secondes a été tournée depuis sa fenêtre par un riverain, Jordi Mir, qui au terme d’un réflexe qu’il qualifiera lui-même de stupide, l’a immédiatement postée sur son compte Facebook avant de se raviser et de la retirer quinze minutes plus tard. Trop tard, la vidéo est déjà partout sur la toile. Elle sera diversement utilisée sous forme d’extraits par la plupart des chaînes de télévision nationales et internationales. En quoi France 24 s’est-elle distinguée des autres chaînes françaises dans l’éditorialisation de cette vidéo ? S’est-elle aussi distinguée d’autres chaînes internationales diffusées en  France ?

Nous avons étudié une douzaine de chaînes de télévision diffusées en France (5 internationales et 7 françaises) pour les journées du 7 et du 8 janvier 2015 et décomposé la vidéo en 4 segments clés afin d’isoler précisément le segment n°2 qui représente l’instant mortel.Détection répétitions images vidéo amateur Charlie Hebdo chaînes d'infos
Détection de répétition d’image de la vidéo amateur Charlie Hebdo pour les journées des 7 et 8 janvier 2015
 
Une rapide analyse de ces résultats permet de mettre en évidence quelques faits saillants.
 
Parmi les 5 chaînes d’informations internationales du corpus (France 24 - canal francophone, BBC World - canal anglophone, Al Jazeera - canal arabisant, CNN International - canal anglophone, Euronews) le mode d’éditorialisation par France 24 de la vidéo du meurtre du policier correspond globalement au standard moyen observé, lequel a consisté à utiliser le segment n°2 en voilant l’instant précis du tir mortel au moyen d’un effet de montage. Ceux-ci ne sont d’ailleurs pas tous les mêmes (flash, freeze, flou, son off) ; à un niveau plus fin on peut d’ailleurs noter que les divers procédés utilisés sont différemment interprétés par le CSA au regard du critère juridique de respect de la dignité humaine puisque des trois chaînes du panel sous son autorité ayant diffusé le segment n°2 (France 24, Euronews et France 5), seule France 24 a été pointée du doigt. Malgré tout, ce standard des chaînes internationales de notre panel se distingue nettement du standard suivi par les chaînes françaises qui ont pour la plupart fait le choix de ne pas utiliser du tout le segment n°2.
 
Le choix initial d’Al Jazeera est parfaitement conforme à sa politique éditoriale habituelle qui consiste à se démarquer des chaînes d’information occidentales en diffusant les images de violence. Ainsi, en début de diffusion (vers 14 heures le 7 janvier), Al Jazeera se situe en dehors de la moyenne des chaînes d’informations internationales de notre panel puisqu’elle est la seule à utiliser intégralement la séquence n°2 sans aucun effet de montage[+] NoteD’autres chaînes internationales l’auraient aussi montré dans les mêmes conditions, notamment Fox News qui aujourd’hui encore diffuse la séquence en intégralité sur son site web, mais elles sont hors de notre panel.X [1]. D’après Claire-Gabrielle Talon, ce choix constant de la chaîne s’inscrit dans une démarche de contestation des standards journalistiques occidentaux dont la prétendue « objectivité » journalistique ne servirait en fait qu’à légitimer la domination occidentale sur le monde arabe et à justifier la censure des images de violence. Cette position critique fondée sur le choix d’un journalisme engagé fait écho à la revendication des pays non alignés qui, déplorant dès les années 1970 le déséquilibre des flux d’information Nord/Sud, militaient à l’UNESCO pour un Nouvel ordre mondial de l’information et de la communication dans lequel le principe de la libre circulation de l’information serait remplacé par celui de la circulation libre et équilibrée de celle-ci.
 
On notera également d’intéressants déplacements éditoriaux opérés par France 24 et Al Jazeera au cours de la période d’observation. Au début de la breaking news, ces deux chaînes semblent enclencher leurs propres routines éditoriales : traitement sur le standard international pour France 24 et traitement en opposition à ce même standard pour Al Jazeera. Pourtant, face à cet évènement, l’une comme l’autre vont assez vite rompre avec leurs routines. Après avoir diffusé douze fois la vidéo dans son intégralité en moins de 20 minutes (entre 13h42 et 14h01 heure de Paris), Al Jazeera cesse de diffuser l’image en clair et, contrairement à son habitude, s’aligne sur le standard international « Nord » en appliquant elle aussi un effet de montage venant voiler le tir mortel[+] NoteAl Jazeera ne rediffusera l’image en clair qu’une seule fois à 21h11 le 7 janvier.X [2].France 24 procède avec le même type d’effet de montage jusqu’à 17h58 avant de s’aligner sur le standard des chaînes françaises, expurgeant toute nouvelle utilisation de la séquence n°2.
 
 L’évènement en question touche justement à la représentation de la mort et c’est là aussi une affaire de distance  Ces deux déplacements éditoriaux subreptices peuvent sans doute nous apprendre bien des choses pour peu qu’on les mette en regard de la loi de proximité. Autrement appelée par dérision « loi du mort kilomètre », la loi de proximité est cette règle empirique du journalisme qui veut que les informations ont plus ou moins d'importance pour le spectateur selon la proximité qu’il entretient avec elles (géographique, chronologique, psychoaffective et sociétale), le média ne traitant pas forcément les évènements de la même façon selon qu’ils se passent « près » ou « loin » de lui. Or l’évènement en question touche justement à la représentation de la mort et c’est là aussi une affaire de distance. Comme le soulignent Marie-Laure Florea et Alain Rabatel, « l’altérité est au cœur des représentations médiatiques de la mort, que cette altérité soit culturelle géographique ou sociale ». Dans les sociétés occidentales contemporaines, un tabou entoure la mort. Dès lors, « la mort qui est représentée dans les médias est avant tout celle qui ne nous atteindra pas, nous, le commun des mortels, qui lisons les journaux ou regardons la télévision ». C’est la mort « en troisième personne » de Jankélévitch, autrement dit c’est la mort de ce « il » qui est l’Autre. La mort « en deuxième personne », celle du « tu », celle de celui qui nous est proche, n’est par contre pas montrable car elle nous renvoie trop directement à la mort « en première personne », celle du « je », c’est-à-dire la nôtre. Bref, dans cette perspective, montrer ou ne pas montrer, c’est donc dire qui est qui, « tu » ou « autre ».
 
Si la décision de France 24 se comprend assez facilement, ne serait-ce que par le besoin de positionner ses journalistes en tant que membres de la communauté nationale, celle d’Al Jazeera interroge un peu plus. En estimant que sa doctrine sur la diffusion des images de violence n’était pas appropriée en la circonstance, Al Jazeera se serait-elle d’une certaine façon « autocensurée » en prenant en compte un tabou culturel qui n’est pas forcément directement le sien, à l’instar d’une CNN décidant de ne pas présenter à l’écran les caricatures de Charlie Hebdo là où aucune règle juridique ne l’en empêchait, l’une et l’autre dessinant dans un pas de deux une sorte de « consensus par recoupement », pour parler comme John Rawls ?

 
--
Crédit photo :
Boulevard Richard Lenoir, 8 january 2016, 10:00 am. John Perivolaris / Flickr. Licence CC BY-NC-ND  2.
  • 1. D’autres chaînes internationales l’auraient aussi montré dans les mêmes conditions, notamment Fox News qui aujourd’hui encore diffuse la séquence en intégralité sur son site web, mais elles sont hors de notre panel.
  • 2. Al Jazeera ne rediffusera l’image en clair qu’une seule fois à 21h11 le 7 janvier.
Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction