Al Jazeera English à la conquête des États-Unis | InaGlobal

Al Jazeera English à la conquête des États-Unis

Article  par  Paloma HASCHKE  •  Publié le 16.08.2011  •  Mis à jour le 17.08.2011
Affiche Al Jazeera English
[ACTUALITÉ] Al Jazeera English s’est fait une place à New York. Mais la chaîne est prête à se lancer sur l'ensemble du marché américain et part en campagne pour atteindre ses objectifs d’expansion.
Créée en 2006 par le réseau Al Jazeera pour concurrencer BBC et CNN International, Al Jazeera English (AJE) est aujourd’hui disponible à la télévision dans plus de cent pays. Aux États-Unis cependant, elle est accessible dans moins de cinq villes. Pour regarder la chaîne en temps réel, le reste du pays est contraint de se tourner vers des plateformes vidéo en ligne comme Livestation. Depuis les évènements du printemps arabe, le site de la chaîne a également boosté ses capacités et propose aujourd’hui un streaming live.
 
Le 1er août 2011, New York est donc venu s’ajouter à la courte liste des villes américaines diffusant Al Jazeera English sur leur petit écran. Cependant il ne s’agit que d’une sous-location auprès d’une chaîne hôtesse, RISE, à partir de laquelle Al Jazeera English émet aujourd’hui 23 heures par jour. Bien que la chaîne ne dispose pas encore de sa propre station, elle émet à présent vers près de deux millions de foyers dans la région de New York.
 
Les représentants de la chaîne veulent voir dans cette percée un pas stratégique vers de plus amples négociations avec les géants du câble tels que Comcast ou DirectTV. « Nous allons continuer notre avancée aux États-Unis », a déclaré au New York Times Al Anstey, directeur général de la chaîne. Il ajoute plus tard dans le Huffington Post : « New York est une étape clé de notre stratégie. Cette ville est tournée vers le monde entier. Et le monde entier est tourné vers New York. » En termes d’audience sur le site d’Al Jazeera English, le nombre de visiteurs basés à New York est plus important que dans n’importe quelle autre ville du monde.
 
Le gain considérable de crédibilité et de popularité de la chaîne aux États-Unis, suite à sa couverture du soulèvement égyptien, est aujourd’hui comparé à l’impact qu’a eu la première guerre du Golfe sur la notoriété de CNN. AJE s’est retrouvée propulsée sur le devant de la scène médiatique américaine. Durant les évènements en Égypte, quelque sept millions de visiteurs – dont près de la moitié basés aux États Unis – ont visionné sur le site de la chaîne plus de 50 millions de minutes de streaming  live, entraînant une augmentation du trafic de 2 500%. En mars 2011, Hillary Clinton a qualifié d’information de qualité la couverture du printemps arabe par Al Jazeera English, à l’inverse des chaînes américaines saturées de débats d’experts et de publicités. Barak Obama lui-même aurait suivi les évènements sur AJE.




Al Jazeera English espère pouvoir tirer profit de cet engouement sans précédent pour négocier une plus large distribution au niveau national. Afin de capitaliser ce phénomène, les représentants de la chaîne ont lancé une campagne publicitaire intitulée « Demand Al Jazeera » sur le site de la chaîne, puis sur un portail à part entière, ainsi que sur Facebook et Twitter. Ils ont également sillonné le pays et répondu à de nombreuses interviews dans les journaux américains. Le but de cette campagne est d’encourager les gens à écrire aux grands câblo-opérateurs pour demander l’arrivée d’AJE sur leurs écrans. L’effet a été immédiat. La chaîne a reçu plusieurs dizaines de milliers d’e-mails de soutien depuis le mois février 2011.
 
Mais les ambitions d’Al Jazeera English sur le marché américain se heurtent à deux sérieux obstacles. Le premier est économique. L’argument principal des réseaux de câble américains est le manque d’espace pour une énième chaîne d’information internationale, d’autant plus si celle-ci n’appartient à aucun grand groupe médiatique, ou ne peut prouver que des millions de personnes la réclament.
 


                 Campagne « Demand Al Jazeera ».

 
Le second obstacle est politique. Les compagnies craignent les répercussions auprès de leur clientèle et de la classe politique que pourrait entraîner une quelconque relation avec la chaîne Al Jazeera ; cette dernière ayant été diabolisée par l’administration Bush comme plateforme de propagande antiaméricaine. Dans une interview accordée au New York Magazine, Ayman Mohyeldin, correspondant d’Al Jazeera English au Caire, tente de déconstruire cet amalgame entre les deux chaînes : « Nous nous adressons à deux publics très différents. Al Jazeera English s’adresse à un public international parlant anglais. Al Jazeera s’adresse au monde arabe. Les perspectives sont différentes parce que les téléspectateurs sont différents. (…) Nous avons deux équipes éditoriales complètement distinctes. (…) Il y a certes une réelle coopération, nous partageons nos sources et nos informations, cependant nous ne recevons pas nos consignes éditoriales d’Al Jazeera, et ils ne reçoivent pas les leurs d’Al Jazeera English. »


 
 
Malgré un marché saturé et sensible politiquement, il n’est cependant pas impossible qu’Al Jazeera English se fasse un jour une place à part entière dans le paysage médiatique américain. Car, comme le remarque l’ancien directeur de BBC Global News, Richard Sambrook, dans le Guardian : « le journalisme occidental d’information, y compris les réseaux internationaux, est en déclin avec la fermeture de bureaux partout dans le monde et le licenciement économique des équipes. Au même moment, des États d’autres régions du monde investissent dans le journalisme d’information, comme le Qatar avec Al Jazeera, l’Iran avec Press TV ou encore la Chine, qui vient tout juste d’investir 7 milliards de dollars dans ce domaine. Nous sommes peut-être en train d’assister à une transition entre un paysage médiatique international dominé par l’Occident, vers une domination moyen-orientale ou asiatique sur le long terme. »

--
Crédits Illustrations :
- Illustration annonçant le lancement d'Al Jazeera English à New York extraite du site de la chaîne
- Campagne « Demand Al Jazeera English » extraite du site de la chaîne.
Crédit Vidéo :
- Vidéo « Setting the News Agenda » de la chaîne YouTube I Want AJE.
Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction