Les BBC Radio Drama Awards donnent un coup de pouce au radio-théâtre

Article  par  Natalie HIDEG  •  Publié le 13.02.2012  •  Mis à jour le 14.02.2012
[ACTUALITÉ] Au cours de l’année écoulée, les stations de la BBC qui diffusent du théâtre radiophonique ont subi plusieurs revers financiers qui ont signifiés moins de temps d'antenne pour ces productions. Toutefois, les BBC Audio Drama Awards pourrient changer la donne.
La BBC vient de reconnaître la portée du théâtre radiophonique en tant qu'objet de divertissement, fort d'une valeur culturelle et historique, l'élevant ainsi au rang de la télévision, du cinéma ou du théâtre de scène. La « Beeb » a, en effet, pris la mesure de l'engouement des auditeurs pour ce genre à part entière et a décidé de saluer d’en saluer les créateurs longtemps ignorés.
 
Le 29 janvier 2012 se sont tenus les tout premiers Audio Drama Awards au BBC Radio Theatre, dans les studios de la BBC, en plein centre de Londres. Ces récompenses ont mis à l'honneur le travail des acteurs, producteurs, auteurs, ingénieurs du son et autres créatifs ayant collaboré à des programmes de radio rattachés au genre du théâtre radiophonique, également désigné sous le nom de radio-théâtre. Bien qu'organisée par la BBC, la compétition a été ouverte aux producteurs indépendants. La grande majorité des pièces nominées (et qui ont, au passage, remporté les prix) étaient cependant des œuvres diffusées par deux stations de la BBC elle-même, Radio 4 et Radio 3. Les prix ont été attribués par des jurés différant selon les catégories (meilleure pièce de radio-théâtre, meilleur acteur / meilleure actrice, meilleur second rôle masculin / féminin, meilleure comédie, meilleure adaptation, meilleur son, meilleure pièce diffusée en ligne, prix de l'innovation), ces juges étant pour partie des personnalités de la BBC mais également des professionnels extérieurs.
 
La cérémonie, présentée par le comédien David Tennant (connu notamment pour son rôle dans la série télévisée « Doctor Who »), a remis huit des onze trophées à la station Radio 4. Il a lui-même reçu le prix du meilleur acteur pour son rôle de Kafka dans « Kafka: A Musical »[+] Note« Kafka : la comédie musicale».X [1], tandis que le prix de la meilleure actrice a été remis à Rosie Cavaliero pour son jeu dans « Lost Property: A Telegram From The Queen ». Le prix de la meilleure pièce de radio-théâtre a été remporté par « Lost Property – The Year My Mother Went Missing » de Katie Hims, tandis que le film de Julian Simpson, « Bad Memories», s'est distingué dans la catégorie du meilleur son. Une seule catégorie a vu le couronnement d'un projet non affilié à la BBC, la pièce diffusée en ligne « Rock », relatant la vie de l'acteur américain Rock Hudson et créée par une station de radio indépendante, Made In Manchester, pour The Independent Online. Tim Davie, directeur du département « Audio & Music » de la BBC, espère que les récompenses des Audio Music Awards permettront « une plus grande reconnaissance des personnalités talentueuses qui œuvrent pour ce genre artistique ». La cérémonie n'a pas seulement servi à distinguer les grands contributeurs du radio-théâtre pour la qualité de leur travail : elle pourrait bien avoir offert une publicité utile à un genre qui attend un nouveau souffle – en continuant à charmer les auditeurs fidèles et en en attirant de nouveaux – et convaincu les personnalités-clé de la radio que le théâtre pensé tout spécialement pour les ondes était un pari qui en valait la peine.


La BBC est le plus grand producteur de théâtre radiophonique au monde. Radio 4 et Radio 3 sont les deux stations sur lesquelles sont diffusées les pièces de radio-théâtre, Radio 3 ayant l'habitude de diffuser les œuvres les plus longues. Les pièces diffusées par la BBC sont parfois produites en interne, mais elles sont le plus souvent prises en charge par des producteurs indépendants, pour le compte des stations. Les programmes en question réalisent des scores d'audiences importants : Afternoon Play, sur Radio 4, attire en moyenne 900 000 auditeurs à chaque diffusion, et les chiffres sont en constante augmentation. Et pourtant, au cours des dernières années, la BBC a été obligée de revoir à la baisse ses investissements dans le théâtre.
 
En termes de production, le radio-théâtre s'avère bien plus rentable que le théâtre pour la télévision. Malgré tout, produire de la qualité a « un coût non négligeable », affirme Mark Damazer, directeur de Radio 4. Les coupes budgétaires ont conduit plusieurs unités de la BBC à accorder moins de temps d'antenne aux programmes de radio-théâtre, les longues plages horaires occupées précédemment par des pièces radiophoniques étant réattribuées à des programmes d'information et d'actualité ou à des émissions religieuses. Au mois de mars 2011, Friday Play, diffusé entre 21 heures et 22 heures sur Radio 4, a été retiré de la programmation afin d'éviter une généralisation des coupes budgétaires. BBC World Service a également été soumis à une réduction de budget, en avril 2011, l'objectif étant de donner plus d'importance aux contenus internationaux. Dans ce cadre, un terme a été mis au contrat entre BBC World Service et BBC Audio & Music, le radio-théâtre étant dès lors intégré à l'unité des documentaires. L'un des porte-paroles de la BBC a cependant assuré que la BBC « continuerait de commander quelque 200 pièces unitaires chaque année et plus de 100 séries et feuilletons, avec la poursuite des programmes comme Woman’s Hour drama, Afternoon Play, Classic Serial et Saturday Play ».
 
Le théâtre radiophonique connaît une autre crise mineure, due à la difficulté d'attirer de nouveaux talents, un problème quelque peu surprenant si l'on considère les nombreux aspects positifs du travail pour la radio. Les procédés d'écriture et de conception sont bien plus simples et bien plus rapides que pour une production télévisée ; les auteurs travaillent uniquement avec le réalisateur, ce qui leur épargne la perte de temps monumentale des allers-retours pour discuter d'un point ou d'un autre avec différents responsables. Commencer une carrière sur les ondes de la BBC peut aussi avoir des avantages : la « Beeb » a été un tremplin pour de nombreux auteurs de langue anglaise, scénaristes, acteurs ou producteurs qui disposent aujourd'hui d'une grande notoriété, comme Tom Stoppard (dramaturge et scénariste de « Arcadia », « Rosencrantz and Guildenstern are dead », « Utopia », et « Shakespeare in Love »), Lee Hall (scénariste de Billy Elliott, 2000) et Mike Bartlett (réaliateur de Lark Rise to Candleford, 2005).



Les acteurs David Tennant et Kenneth Branagh
expliquent pourquoi ils aiment faire du théâtre radiophonique

Mais, malgré le succès que peut apporter la diffusion en radio et malgré des méthodes de travail plus agréables, de nombreux auteurs célèbres – de même que les nouveaux venus dans le métier – préfèrent travailler pour la télévision, le théâtre ou le cinéma, évoquant des rémunérations plus confortables. Le financement de la radio publique est souvent moins important et la majeure partie de ce financement est dédié à la production du programme, non à la rémunération des acteurs ou des auteurs. De plus, nombreux sont les vecteurs d'information à s'être désintéressés du radio-théâtre, proposant moins de critiques ou d'annonces autour des pièces et offrant de fait moins de publicité à des programmes déjà peu connus. En d'autres termes, le travail mobilisé pour ces œuvres passe souvent inaperçu et cette réalité n'aide pas à convaincre les professionnels talentueux de s'investir dans des projets conçus pour la radio. Dans ce contexte, la création d'une cérémonie récompensant les forces vives du secteur pourrait aider à redorer le blason du radio-théâtre en donnant l'envie à de jeunes auteurs de se pencher sur ce format artistique particulier.
 
Les professionnels du théâtre radiophonique ont mis au point plusieurs nouvelles stratégies pour raviver le genre. L'une de ces stratégies consiste à privilégier le traitement de faits d'actualité, directement rattachés à l'histoire britannique contemporaine. Il s'agit de relater des faits représentatifs de la vie au Royaume-Uni, comme par exemple les explosions dans le quartier de Soho ou la mise en place du gouvernement de coalition Cameron/Clegg. Avec ce modèle, le risque que les auditeurs zappent un programme de fiction pour écouter de l'information est moins grand (il existe une émission de radio proposant une combinaison des deux). Radio 4 a aussi essayé de mettre en valeur son adaptation du roman « Life and Fate », du dissident soviétique Vasily Grossman, dans sa version originale de 1959. Il s'agit là d'un des plus importants romans russes du 20ème siècle.
 
Dans d'autres pays, comme l'Allemagne, la France ou la Nouvelle-Zélande, le théâtre radiophonique continue à réaliser des scores d'audience respectables pour ce genre, à la fois sur les ondes des radios publiques et sur les radios en ligne. Aux États-Unis, la plupart des pièces de radio-théâtre qu'on peut trouver aujourd'hui proviennent du Conseil américain des aveugles (American Counsel of the Blind) ou de stations de radio religieuses. Mais c'est bien au Royaume-Uni que le genre du radio-théâtre semble le plus prolifique, en comparaison du reste du monde et ce malgré les réductions budgétaires subies récemment par la BBC. On ne peut qu'espérer que la cérémonie des Audio Drama Awards aidera cette autre forme de théâtre, pensé pour la radio, à se faire une place de plus en plus sûre dans le monde du divertissement britannique.


Traduit de l'anglais par Kevin Picciau

--
Crédits photos :
- tardisdrwho2007 / Capture d'écran d'un vidéo Youtube
- radiothings.com / Flickr
- BBC / Youtube

  • 1. « Kafka : la comédie musicale».
Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction