InaGlobal veille aux liens

Lu sur le web  par  La Rédaction INAGLOBAL  •  Publié le  26.02.2016  •  Mis à jour le 26.02.2016
InaGlobal veille aux liens
Parce que l’information est précieuse et votre temps aussi.


Comment Mashable utilise l’intelligence artificielle

Ben Maher, directeur exécutif de Mashable, vient de révéler dans une interview la façon dont le site d’actualité éditorialise l’information à l’aide de l’intelligence artificielle. Par exemple, son outil Velocity analyse toutes les 30 secondes 300 millions de liens pour déterminer ce qui fait l’actualité et permet de décider à quel moment il faut arrêter de couvrir celle-ci.
 
À lire sur The Drum


À l’Est, qui contrôle le web ?

L’étude Who are the Gatekeepers of the Internet, menée en Europe de l’Est et dans le sud du Caucase, révèle qui sont les vrais propriétaires d’Internet dans cette zone. Si en Roumanie, 6 des 15 fournisseurs de services du marché sont liés à des affaires de criminalité, en Moldavie, c’est l’État qui contrôle le web, tandis qu’en Arménie ou en Bulgarie, c’est la Russie qui apparaît comme un des principaux propriétaires du réseau. La concentration de l'accès au web aux mains de quelques acteurs pèse sur le libre-accès à l'information.
 
À lire sur reportingproject.net 


Le marché du livre numérique ne décolle pas

Contrairement à de nombreuses prédictions, les e-books ne sont pas prêts de remplacer les livres papier. Les ventes de livres numériques ont en effet baissé de 8 % aux États-Unis et de 2,4 % au Royaume-Uni. Pour les observateurs, cette baisse du marché s’explique par le prix trop élevé des liseuses et l’augmentation des prix des e-books pour les nouveautés. Seule la France peut se targuer d’être un marché porteur avec une hausse de 25 % du chiffre d’affaires du marché mais le numérique reste un moyen de lecture très marginal. Seulement 3 % des exemplaires vendus le sont sous format numérique.

À lire sur Le Monde


En Inde, le journal papier ne connaît pas la crise

Le chiffre d’affaires de l’industrie de la presse écrite en Inde a augmenté de 8 % en 2015. Plus de 82 000 journaux sont publiés et le journal le plus lu, Dainik Jagran (en langue hindi), tire à 16,6 millions d’exemplaires. Cette croissance s’explique, entre autres, par le coût dérisoire d’un abonnement annuel à un journal : 5,8 dollars en moyenne.
 
À lire sur The Economist


Les médias doivent développer l'analyse éditoriale de leurs données

Le dernier rapport de l’Institut Reuters pour l’étude du journalisme, basé sur plus de 30 entretiens avec des personnalités impliquées dans le développement de l’analyse des données dans les médias, prône le développement d’une « analyse éditoriale » des données. Aujourd’hui, seules quelques organisations comme Buzzfeed, The Guardian ou Quartz sont à la pointe de l’analyse des données pour décider de leur stratégie éditoriale sur les différentes plateformes où elles publient, afin de mieux allouer leurs ressources. Les données dont disposent les médias sont pourtant riches en enseignement pour mieux comprendre et atteindre plus facilement le public qui les lit. 

À lire sur Nieman Lab


New York, le nouvel eldorado du cinéma américain

Environ 90 tournages de séries et de films se déroulent actuellement dans la ville de New York. Les producteurs sont attirés par les décors mais aussi les conditions de tournage : la ville prend en charge 30 % des coûts de production via un crédit d’impôt depuis 2005. Cette incitation fiscale a fait exploser la production cinématographique depuis. En 2014, l’industrie du cinéma a dépensé 8,7 milliards de dollars à New York, soit dix fois plus qu’il y a dix ans.  
 
À lire sur Les Échos


Web mobile : quand les éditeurs de presse préfèrent Google à Facebook

Le projet Accelerated Mobile Pages (AMP) de Google, qui vise à accélérer l’affichage des pages web sur mobile d’environ 85 %, a beaucoup moins de mal à être adopté qu’Instant Articles de Facebook. Les éditeurs de presse louent notamment la facilité qu’ils ont eu pour travailler avec Google pour monétiser et développer des contenus conformes à AMP. The Washington Post, Daily Mail, The Atlantic ou encore The Wall Street Journal utiliseront ce code HTML allégé pour tous leurs articles dès sa sortie.
 
À lire sur Digiday


Le cinéma français manque de diversité

Malgré un niveau de fréquentation et un nombre de productions croissant, le marché du cinéma français  pêche par son manque de diversité. Environ 80 % de la production française se  concentre sur quatre genres et une seule partie de cette production trouve son public. En 2014, 75 % des entrées ont été réalisées par 1,4 % des films projetés. La politique de soutien financier de l’État au cinéma français, dont un des objectifs est « promouvoir la diversité des formes d’expression et de diffusion cinématographique », mériterait donc d’être revue.

À lire sur The Conversation


Pourquoi cherche-t-on à mesurer l’audience de Netflix ?

Les plateformes de streaming vidéo comme Netflix ou Amazon Prime  ne divulguent pas combien de téléspectateurs sont attirés par leurs programmes. Vu que ces plateformes ne dépendent pas des revenus publicitaires, elles n’ont aucun intérêt à dévoiler leur audience. Selon elles, cela pourrait avoir des conséquences négatives sur la qualité des shows et le nombre d’abonnements. Des sociétés spécialisées dans la mesure d’audience comme ComScore cherchent cependant à calculer l’audience programme par programme, à la demande des fournisseurs de contenus et des médias qui lancent leurs propres plateformes de streaming comme Disney ou CBS, pour estimer la valeur réelle des contenus en ligne.

À lire sur Quartz






 


Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction