Twitter : vers la fin de la plateforme ouverte ?

Article  par  Erwan LE GAL  •  Publié le 18.07.2012  •  Mis à jour le 20.07.2012
[ACTUALITÉ] Twitter restreint l’accès des développeurs à son API afin de bâtir une expérience utilisateur « plus cohérente ». Première conséquence : les membres de Linkedin ne pourront plus afficher leurs tweets sur leur profil.
Dans un billet publié sur son blog le vendredi 29 juin 2012, Twitter a annoncé vouloir restreindre l’accès des développeurs à son API afin de bâtir une expérience utilisateur « plus cohérente » entre les différents supports (sites Web, applications…).
 
Les développeurs « ne doivent pas construire des applications qui miment ou reproduisent l’expérience utilisateur de Twitter » justifie l’entreprise. « Nous travaillons dur pour construire des outils communs, utilisables facilement, d’une manière simple et cohérente, par les développeurs, comme les boutons « Follow » ou « Tweet » » poursuit Michael Sippey, directeur consumer product chez Twitter.
 
En réalité, le réseau de microblogging en arrive sans doute à la constatation que tenter de monétiser un service ouvert, sans contrôler de bout en bout l’expérience utilisateur, est une gageure. Obliger les « twittos » à abandonner les applications tierces comme Tweetbot permettrait à la compagnie de mieux canaliser et monétiser son audience. En rapatriant tous les tweets sur son site Web ou son application mobile, Twitter accroit son trafic et peut le mesurer, ouvrant la voix à l'affichage de publicités contextuelles, la diffusion de tweets sponsorisés, etc.
 
L’enjeu est important : en septembre dernier, Twitter revendiquait plus de 100 millions d’utilisateurs actifs (c’est-à-dire connectés au moins une fois dans le mois). Un chiffre qui devrait atteindre les 250 millions à la fin de l’année 2012. Certains estiment qu’en 2014, l’entreprise devrait générer plus d’un milliard de revenus publicitaires.
 
Plateforme ouverte au départ, Twitter adopte peu à peu le « modèle Facebook », celui d’un réseau fermé, d’un « Web dans le Web ». Ainsi, de nombreuses applications à succès créées par les développeurs, comme Tweetie et Tweetdeck, ou d’autres services tiers (hébergeurs d’images, raccourcisseurs d’URL…) ont déjà été rachetés et absorbés pour améliorer  le service.
 
Suite à cette dernière annonce, c’est le réseau social professionnel Linkedin qui a annoncé que, « conformément aux évolutions de la plateforme Twitter », ses membres ne pourraient plus afficher leurs tweets sur leur profil comme c’était auparavant le cas.
 
Pour la communauté des développeurs, cette stratégie de fermeture a un goût amer. Ils ont en effet contribué en grande partie au succès de Twitter en facilitant les usages, en proposant des applications tierces de qualité, et en améliorant l’outil. Cité par CNET, le pionnier Dave Winer estime ainsi que « l’erreur que nous avons tous fait avec Twitter, moi compris, était de croire qu'une API propriétaire pouvait se comporter comme un protocole ouvert ».
 
Conséquence de la décision de Twitter, certains développeurs réfléchissent déjà à la création d’un réseau de microblogging alternatif totalement ouvert (sur le modèle du « logiciel libre ») qui reviendrait à l’essence du service : la possibilité d’envoyer et de recevoir en temps réel des courts messages avec ses amis, de façon totalement libre.
 
--
Crédit illustration : Gopal Raju / Productive Dreams
Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction