Twitter et TV : de l’utilisation des hashtags pendant les débats électoraux

Article  par  Xavier EUTROPE  •  Publié le 16.06.2017  •  Mis à jour le 28.06.2017
twitter inastat inathèque ina hashtag dépôt légal web présidentielle
Chaque élection donne lieu à des débats télévisés, abondamment relayés et commentés sur Twitter. À l’occasion des élections législatives, retour sur les hashtags et débats qui ont marqué l’élection présidentielle sur le réseau social.

Sommaire

Cette analyse a été effectuée avec un outil développé par le dépôt légal du web de l’Ina, l’Inathèque, pour archiver l’activité des réseaux sociaux concernant l’audiovisuel, dont Twitter[+] NoteCes fonds sont consultables à l’InathèqueX [1]. Lors de chaque soirée de débat, les tweets comportant les hashtags mis en avant par les chaînes ont été archivés en direct, au fur et à mesure de leur publication.
 
C’est à partir des hashtags officiels mis en avant par les chaînes que le corpus d’analyse a été constitué : #legranddébat pour les émissions du 20 mars et du 4 avril et #2017ledébat dans le cadre de la rencontre entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron en direct sur France 2 et TF1. Les tweets que nous avons analysés ont tous été publiés avec l’un de ces hashtags dans un intervalle de 72 heures, à partir de minuit le jour de l’émission. Par exemple,  dans le cadre du débat à cinq du 20 mars 2017, les messages ont été récoltés entre le 20 mars à minuit et le 22 mars à 23h59.

Une élection atypique marquée par un climat médiatique particulier

L’élection présidentielle de 2017 marquera à plusieurs points de vue la politique française. Tout d’abord parce qu’elle a vu voler en éclats les deux principaux partis de de la Cinquième République. Elle a aussi vu la candidate du Front national, Marine Le Pen, obtenir le plus large score au second tour pour une personnalité venue d’un parti d’extrême droite. Cette élection a été surtout celle de l’avènement d’Emmanuel Macron, ancien banquier et ministre devenu le plus jeune président de la République sans jamais avoir exercé de mandat auparavant.
 
Le scrutin s’est aussi déroulé dans un climat médiatique particulier. D’un côté, le candidat des Républicains, François Fillon, a été mis en cause dans de nombreuses affaires, en grande partie révélées par le Canard enchaîné. De l’autre, de nombreux candidats ont été la cible d’opérations d’intox dont les origines sont difficiles à déterminer. La peur des fake news est apparue dans l’esprit de nombreux observateurs et commentateurs. Tous ces éléments ont donné un poids important aux plateformes numériques, et particulièrement Twitter.
 
Ce réseau social a un rôle bien particulier qui le distingue de tous ses compétiteurs. En effet, c’est sur sa plateforme que se dirigent une bonne partie de ceux qui souhaitent commenter les programmes télévisuels, qu’il s’agisse de programmes de divertissement ou d’émissions politiques. La campagne présidentielle 2017, qui a été ponctuée par trois émissions de débat, a donc donné lieu à l’émission de nombreux tweets.
 
Il y a tout d’abord eu Présidentielle : le grand débat du 20 mars 2017 sur TF1, avec les cinq candidats les plus importants, à savoir Marine Le Pen, Emmanuel Macron, François Fillon, Jean-Luc Mélenchon et Benoit Hamon. Puis CNews et BFM TV ont diffusé Elysée 2017 : le grand débat avec l’ensemble des candidats à la présidence, le 4 avril. Enfin, le débat de l’entre-deux-tours, intitulé 2017 : le débat s’est déroulé le 3 mai 2017, diffusé sur les deux chaînes historiques que sont TF1 et France 2.
Revenir au sommaire

Le débat de l’entre-deux-tours, rendez-vous qui engendre le plus de tweets

 La débat qui a suscité le plus de commentaires sur Twitter reste le débat du second tour Si l’on regarde tout d’abord le nombre de messages qui ont été publiés sur Twitter durant chacun de ces débats, on peut voir que la confrontation qui a ramené le plus de personnes devant leur écran reste le débat du second tour. En effet, ce sont presque deux millions de tweets qui ont été diffusés avec le hashtag consacré de la soirée, #2017ledébat. Vient ensuite le débat de TF1 du 20 mars 2017. Cette fois, c’est un peu plus de 1,2 million de tweets qui ont été disséminés sur le réseau social. Le débat réunissant les onze candidats sur CNews et BFMTV a suscité un peu moins d’activité puisque ce sont moins d’un million de messages qui ont été partagés sur le réseau social.
 
En se penchant uniquement sur le nombre de tweets incorporant les hashtags officiels de chaque soirée, on peut déduire que le débat du second tour a bien plus captivé que les deux autres débats. C’est certainement l’enjeu de la confrontation, le côté inédit de la rencontre (Jacques Chirac avait refusé de débattre avec Jean-Marie Le Pen en 2002) qui a suscité l’intérêt pour ce débat, même s’il a connu bien moins d’audience que par le passé.
Revenir au sommaire

Pics durant les clashs et rebond médiatique le lendemain matin

 Ce sont les clashs et les formules chocs qui font parler sur Twitter Le seul nombre de tweets nous renseigne sur la soirée qui a ramené le plus d’utilisateurs du réseau social devant leur écran, mais ne dit pas exactement à quel moment ils ont le plus participé sur Twitter. En étudiant la courbe de chacune des émissions, on peut voir que lors du débat du 20 mars, qui conviait les cinq candidats les plus importants, le nombre de réactions est allé croissant, avec un pic atteint entre 22 h 30 et 22 h 40, avant de redescendre progressivement durant la nuit. Trois pics sont à observer. Tout d’abord à 22 h 08, au moment où Emmanuel Macron et Marine le Pen s’affrontent sur la question du burkini et de la laïcité. Ensuite à 22 h 21, lorsque Benoît Hamon interroge Emmanuel Macron sur le financement de sa campagne, discussion qui sera suivie d’une blague de Jean Luc Mélenchon expliquant qu’il « faut bien qu’il y a un débat au Parti socialiste ». C’est à 22 h 31 que le plus grand nombre de messages sera posté, moment où Jean-Luc Mélenchon attaque frontalement Marine Le Pen et François Fillon sur leurs démêlés avec la justice.
 
Le débat à onze a été moins commenté sur Twitter que le précédent et les tweets ont été publiés de façon plus homogène, avec de nombreux petits pics disséminés. Le plus important est observable à peu près au moment où Philippe Poutou attaque François Fillon et Marine Le Pen sur leurs déboires judiciaires. On peut aussi remarquer plus largement que plusieurs pics coïncident avec des prises de parole de Jean-Luc Mélenchon, notamment aux alentours de 21 h 30, moment où le candidat de la France insoumise explique que la France et l’Allemagne sont des partenaires et non pas des ennemis.
 
Lors du débat de l’entre-deux-tours, de nombreux pics de tweets peuvent aussi être observés, notamment lorsque des sujets clivants sont abordés, comme la GPA[+][2]. Le moment de la soirée qui a vu le nombre de tweet atteindre son plus haut niveau correspond à la prise de parole d’Emmanuel Macron après une attaque de Marine le Pen, aux alentours de 23 h 30. La candidate avait en partie profité de sa carte blanche  pour expliquer que le chaos dans lequel baignerait la France serait la conséquence des décisions prises par les soutiens de l’ancien ministre de l’Économie. Le candidat d’En Marche ! avait alors notamment répondu : « On vous demande une carte blanche et vous salissez l’adversaire, vous proférez des mensonges comme depuis le début de ce débat. […] Votre projet est de dire “cette personne est atroce”, votre projet est un projet qui vise à vivre de la peur et dans les mensonges, c’est ce qui a nourri votre père et l’extrême droite française pendant des décennies […] ».
 
Globalement, en comparant les courbes des tweets au déroulement des émissions, on peut voir que ce sont les clashs et les formules chocs qui ont fait beaucoup parler sur Twitter avec les hashtags consacrés de chaque émission. Autre observation : l’utilisation des mots-clés baisse au fil de la nuit après la fin de chaque débat. On observe une hausse de leur utilisation à partir de 6 heures du matin pour atteindre un nouveau pic un peu avant 8 heures, bien plus petit que ceux observés durant les débats, avant d’être totalement délaissés à la fin de la journée. Cela coïncide avec le début des matinales radios et télé, et des premiers articles qui commentent les événements et déclarations de la veille.
Revenir au sommaire

Des hashtags plutôt classiques

 Les hashtags permettent de voir que les fidèles de François Fillon et Jean-Luc Mélenchon étaient particulièrement actifs Le hashtag permet de marquer un tweet et de le retrouver facilement par l’intermédiaire de la barre de recherche et des trending topics[+] NoteC’est-à-dire les tendances et mots-clés les plus utilisés sur le réseau social, affichés en temps réélX [3], mais il est aussi porteur d’un message. Les hashtags que nous présentons ici sont ceux qui ont été les plus utilisés en accompagnement du mot-clé officiel de l’émission diffusée ce soir-là. Nous avons donc écarté les mots-clés « #legranddébat » et « #2017ledébat » des résultats. En effet, ceux-ci auraient été surreprésentés dans les résultats et les graphiques, en raison de leur utilisation systématique comme mot-clé principal.
 
Ceux qui ont été analysés sont d’ailleurs plutôt classiques dans l’ensemble. Ainsi, durant le soir du premier débat, entre les cinq candidats les plus importants, le hashtag #fillonpresident a été le plus utilisé, apparaissant dans 89 369 tweets, devançant les hashtags #macron et #melenchon de peu (utilisés respectivement 59 771 et 37 175 fois). Plusieurs candidats ont été associés à l’émergence de plusieurs hashtags différents à leur égard, comme par exemple Benoît Hamon (#Hamon, #hamonledebat, #hamon2017). Dans le cas de Marine Le Pen, on retrouve aussi trois hashtags, dont un manifestement créé pour être utilisé à l’international : #world4marine. On trouve de nombreux tweets anglophones utilisant ce mot-clé, souvent accompagnés de montages mettant en avant certaines déclarations de la candidate.
 
Durant le deuxième débat, qui a réuni l’ensemble des candidats à l’élection présidentielle sur CNews et BFMTV, c’est le hashtag #Poutou qui arrive en tête. Il a été utilisé plus de 68 000 fois, coiffant au poteau le hashtag #Jevotefillon, utilisé 60 114 reprises. Il est néanmoins intéressant d’observer que le candidat des Républicains pouvait compter sur un nombre non négligeable de fidèles sur le réseau social ce soir-là, le hashtag #Fillon ayant été utilisé 33 459 fois. Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron sont les candidats qui ressortent le plus dans l’étude des hashtags utilisés ce soir-là, après ceux consacrés à Philippe Poutou et François Fillon. Benoît Hamon et François Asselineau apparaissent en fin de classement (#Asselineau, utilisé 11 443 fois, #Hamonelysee, utilisé 9 519 fois). 
 
Quoiqu’il en soit, cette utilisation des hashtags en association avec ceux mis en avant officiellement ne sont pas représentatifs des résultats du premier tour de par leurs étendues. Et ils sont neutres, positifs ou militants, en faveur d’un candidat ou d’un autre. Les choses changent sensiblement dans le cadre du débat entre les deux tours.
 
Durant la soirée du 3 mai, le hashtag le plus utilisé en complément de #2017ledebat a été #macron, utilisé 75 956 fois, puis débat2017 et #granddebat (65 979 et 53 969 fois) et #Lepen, vu 36 699 fois. Entre les mots-clés partisans en faveur de la candidate frontiste ou de son adversaire, on trouve aussi quelques hashtags plus militants, comme #rendeznousmélenchon. On trouve aussi #jevoteelledegage, qui fait écho aux nombreux débats entre partisans de l’abstentionnisme au second tour et ceux prônant de voter pour Emmanuel Macron. Ces hashtags permettent de voir que les fidèles de François Fillon et Jean-Luc Mélenchon étaient parmi les plus actifs lors des deux premiers débats, voire même durant le débat de l’entre-deux-tours le 3 mai.
Revenir au sommaire

Twitter pour informer et vérifier les affirmations des candidats

 Les fidèles de Jean-Luc Mélenchon sont extrêmement présents sur les réseaux sociaux Il est aussi intéressant de regarder en détail quels liens ont été partagés avec le hashtag de chacune des soirées de débat[+] NoteNotre outil permet de présenter les quinze liens les plus partagés via des tweets contenant le hashtag de chaque émission. Ces liens peuvent mener à des sites internet ou à des tweets. L’analyse privilégie ici les liens qui mènent vers des articles ou des pages web qui ne sont pas liées à TwitterX [4]. Durant le premier débat, ce sont principalement des liens menant vers les directs organisés par les sites d’information qui ont été partagés, notamment le live animé par Joann Sfar sur le site du Huffington Post. Pendant le deuxième débat, on trouve aussi plusieurs liens menant vers les pages dédiées à l’évènement, comme celle de l’Obs, par exemple. Un lien menant vers la page Periscope de BFMTV a aussi été largement diffusé. On peut aussi voir qu’un article de Libération portant sur les assistants parlementaires du Front national a été partagé de façon importante sur le réseau social. 
 
Mais le gagnant toutes catégories lors des deux premières confrontations est Jean-Luc Mélenchon. En effet, ce sont les adresses internet de deux de ses sites, observatoire.jlm2017.fr et jlm2017.fr, qui ont été le plus partagées, ce qui a tendance à confirmer le poids des équipes du candidat de la France insoumise au niveau numérique. Comme l’a fait remarquer Nicolas Vanderbiest dans un article, les fidèles de Jean-Luc Mélenchon sont extrêmement actifs sur les réseaux sociaux.
 
Le débat de l’entre-deux-tour se démarque. On peut déceler très nettement que le réseau social a été utilisé à des fins d’information, de re-contextualisation des déclarations, voire même de vérification des faits. On découvre ainsi trois liens menant à des travaux de la rubrique des décodeurs, les spécialistes du fact-checking du Monde. On trouve également un article de BFMTV portant sur le rachat de SFR par Numéricable, et le rôle du ministère de l’Économie dans l’opération, l’un des sujets explosifs de la soirée, ainsi qu’une interview de Gilles Kepel publiée par le site de l’hebdomadaire Marianne. Celle-ci est titrée  La victoire de Marine Le Pen fait partie du projet djihadiste. Un seul lien militant ce soir-là sort du lot : celui menant vers la page du projet économique d’Emmanuel Macron, sur le site du candidat.
 
Globalement, on peut remarquer qu’à travers les hashtags officiels, les utilisateurs de Twitter partagent des contenus qui analysent, vérifient et contextualisent les discours des personnalités politiques. De leur côté, les militants profitent de l’existence de ces mots-clés, très suivis, pour partager les propositions de leur candidat.
Revenir au sommaire

Les mots les plus utilisés : entre résultats de confrontation et fautes d’orthographe

 Lors du deuxième débat, le nom de Philippe Poutou est apparu très souvent sur Twitter L’outil du dépôt légal web nous a aussi permis de déterminer quels mots avaient été le plus utilisés en compagnie du hashtag de chaque soirée. Les résultats comprenant les textes des tweets aussi bien que les retweets ou les citations, de nombreux noms d’utilisateurs ressortent dans chacun des nuages de mots que nous mettons dans cette partie.
 
On peut voir que Macron est le nom qui est le plus ressorti lors du premier débat, suivi par Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen et François Fillon. On peut aussi s’apercevoir que de nombreuses personnes ne connaissaient pas l’orthographe correcte du nom du candidat de la France insoumise, l’écrivant « Mélanchon ». Le nuage de mots du premier débat comprend aussi plusieurs des autres hashtags utilisés durant soirée. Cependant on peut voir que le mot « macron », ce qui peut aussi bien être un hashtag que le nom du candidat d’En Marche !, ressort bien plus que #fillonprésident dans le nuage. Les noms des autres candidats se retrouvent bien plus loin.
 
Lors du deuxième débat, si l’on étudie les mots les plus utilisés dans les tweets en dehors des hashtags, c’est le nom de Philippe Poutou qui a été le plus utilisé dans les tweets portant le hashtag #Legranddebat. Viennent ensuite les dix autres candidats, François Fillon, Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron en tête. On peut voir que les mots « rendre » et « argent » sont également présent, peut-être un écho au meme « rends l’argent », une injonction humoristique faisait référence aux accusations dont François Fillon a été la cible à la suite des révélations du Canard enchaîné.
 
Pour le débat de l’entre-deux-tours, ce sont bien entendu les noms des deux candidats retenus au terme du premier tour qui reviennent le plus souvent. On peut remarquer que quelques mots comme « poudre » ou « journalistes », ressortent. Le premier renvoie sans doute à l’expression « poudre de perlimpinpin » employée par Emmanuel Macron pendant l’une de ses prises de parole. Elle a été commentée par de nombreux utilisateurs sur Twitter peu après. Pour l’occurrence du mot « journaliste », cela renvoie au rôle des deux journalistes, Nathalie Saint-Cricq et Christophe Jakubyszyn, jugés par certains transparents et trop faibles dans leur modération du débat.
 
On peut discerner que pendant les trois débats, le terrorisme a été au centre des discussions à plusieurs moments durant les émissions, mais n’a pas été nécessairement le thème le plus commenté globalement. Le mot « terrorisme » est ainsi le 54e plus utilisé lors du dernier débat de la présidentielle et figure à la 70e place lors du débat du 4 avril, ce qui semble assez important au premier abord. Il n’apparaît cependant qu’à la 230e place des mots les plus utilisés lors du débat qui s’est tenu le 20 mars sur TF1.
Revenir au sommaire

Une faible utilisation des emojis

 Globalement, les emojis ont été assez peu utilisés Il n’est pas possible de s’intéresser à Twitter sans s’intéresser aux emojis, terme japonais pour désigner les émoticônes utilisés dans les messages électroniques et les pages web. Ces symboles sont devenus au fil des ans un outil de communication important, voire nécessaire, pour faire passer efficacement certains messages.
 
Sur l’ensemble des débats, c’est l’emoji visage qui pleure de joie qui a été le plus utilisé, et de très loin. Le symbole est en général principalement utilisé pour signaler un contenu ridicule ou drôle. Autre emoji qui a été utilisé de façon importante lors de chaque débat : le cercle rouge. On le voit en général lorsqu’il s’agit de signaler qu’une information est capitale, que l’on a devant nous une breaking news. Troisième emoji qui a rencontré beaucoup de succès lors de chacune des trois confrontations, le drapeau français.
 
On retrouve aussi ici ou là l’emoji applaudissement, qui est souvent utilisé pour marquer l’approbation ou l’encouragement d’une action, d’une déclaration. Durant le débat de l’entre-deux-tours, on retrouve aussi deux emojis qui coïncident avec la violence  et la confusion des échanges entre les deux candidats : le visage qui crie de peur et le visage pensif.
 
Globalement, les emojis sont assez peu utilisés. Ils figurent dans moins de 10 % des tweets publiés avec le hashtag du débat du 20 mars et celui de l’entre-deux-tours. Petite exception pour le débat du 4 avril qui avait vu les onze candidats à l’élection présidentielle réunis. Cette augmentation de l’utilisation des emojis est assez difficile à expliquer, étant donné que c’est l’émission qui a suscité le moins de tweets utilisant le hashtag officiel.
Revenir au sommaire

Diffuser des vidéos et des images à vocation virale

 Les images et vidéos massivement retweetées sur le réseau social sont principalement humoristiques Enfin, pour terminer, nous nous sommes intéressés aux différents contenus visuels (photos, vidéos, gifs) qui ont été partagés via twitter associés aux hashtags officiels[+] NoteL’outil utilisé ne permet de récolter que les quinze contenus visuels les plus partagés. Certains tweets contiennent plusieurs visuels, ce qui signifie qu’il peut y avoir plus de visuels que de tweets. Certains comptes ayant été supprimés depuis l’archivage, il n’était pas possible de consulter les visuels qui y étaient associés.X [5] Les images et les vidéos font partie des contenus les plus partagés sur twitter pendant ces soirées de débat. En effet, pour le débat du 20 mars, 41,61 % des tweets récupérés contiennent une image ou une vidéo, contre 45,6 % pour le débat du 4 avril et 38,53 % lors du débat de l’entre-deux-tours.
 
Nous nous concentrons ici sur les photos et les vidéos qui sont consultables directement dans la timeline, sans passer par un site tiers. Dans ces contenus les plus partagés, ne figurent quasiment aucun site sérieux. On retrouve tout de même la rubrique politique française de Buzzfeed ainsi que les comptes Twitter de deux journalistes employés par le site, Paul Aveline et Ryan Broderick. Mais les images et vidéos massivement retweetées sur le réseau social sont principalement humoristiques. Il s’agit en grande partie de memes, d’utilisation à des fins comiques de captures d’écrans ou d’extrait des débats. Seule personnalité politique à apparaître : Emmanuel Macron, répondant à Marine le Pen, lors du débat diffusé sur TF1 le 20 mars, qu’il n’a pas «  besoin d’un ventriloque ».
 
Les comptes Twitter dont les contenus ont été les plus partagés sont des utilisateurs qui sont connus pour leurs tweets humoristiques, comme @seriouscharly ou @Sylvqin. Et on ne retrouve pas que des stars de Twitter. Si beaucoup d’entre eux ont plus de 2 000 followers, certains sont bien plus discrets sur le réseau et ont parfois à peine plus de 100 abonnés.
 
Durant le premier débat, trois candidats ressortent dans les contenus visuels partagés : Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen et François Fillon. Les images et vidéos montrant le candidat de la France insoumise mettent en avant son attitude générale au cours du débat et ses attaques contre les autres candidats, principalement Marine le Pen et François Fillon. Concernant la candidate du Front national, ce sont principalement des contenus jouant sur son positionnement politique et l’image que son parti véhicule qui sont commentés. On peut ainsi voir une image de Marine Le Pen, cheveux au vent, avec pour légende « Quand il y a "immigration" dans la question ». Une autre montre la candidate montrant un papier sur lequel on peut lire « Arabes = voleurs » et ayant comme commentaire « MAIS REGARDEZ C'EST ÉCRIT NOIR SUR BLANC SUR MON PAPIER » (il s’agit d’un montage). François Fillon est lui parodié à l’aide d’un meme bien connu des utilisateurs de Twitter, expliquant qu’il n’est pas là pour souffrir (voir cet article de Buzzfeed qui explique ce meme). C’est aussi durant le premier débat qu’un seul compte politique est ressorti, celui d’Emmanuel Macron.
 
Le deuxième débat a fait la part belle à Philippe Poutou et à son attaque destinée à la candidate frontiste et à François Fillon. Il s’agit soit d’extraits de la confrontation, soit de captures avec un téléphone du débat diffusé sur une télévision. L’image du candidat NPA est aussi utilisée avec deux thèmes très populaires sur Twitter : la pizza à l’ananas et Salt Bae, ce boucher turc devenu meme. Autre personnalité qui a été mise en avant : Jean Lassalle, dont la diction supposément incompréhensible et l’alcoolisme présumé ont fait rire beaucoup d’utilisateurs du réseau social.

Lors du débat de l’entre-deux-tours, c’est principalement Marine le Pen qui a focalisé l’attention des utilisateurs. Plusieurs comptes se sont moqués (voir ici et ici) de la séquence durant laquelle la candidate bougeait les bras devant elle en disant « regardez, ils sont là, ils sont dans les campagnes, dans les villes, sur les réseaux sociaux». Ryan Broderick de Buzzfeed, avec un tweet rédigé en anglais, est l’un des seuls journalistes à ressortir dans ce corpus de contenus visuels les plus partagés. On peut lire dans son tweet « Le Pen est juste en train de regarder ses notes très rapidement », phrase accompagnée de plusieurs images. L’une d’elles est un montage où l’on voit la page d’un cahier avec l’inscription : « Ne dis pas de trucs racistes ». Autre star de la soirée, Nathalie Saint Cricq, journaliste politique de France 2, qui est devenue l’incarnation de la souffrance des téléspectateurs face à un débat brouillon et violent. Enfin, dans les contenus analysés, Emmanuel Macron n’est pas réellement attaqué mais ses réactions sont utilisées à des fins humoristiques, dans des contextes très différents.

L’auteur souhaite remercier toute l'équipe du dépôt légal du web du département de la DDCOL de l'Ina pour son aide précieuse durant la rédaction de cet article.

--
Crédit photo :
Pixelfit/iStock
Revenir au sommaire
  • 1. Ces fonds sont consultables à l’Inathèque
  • 2. Gestation Pour Autrui
  • 3. C’est-à-dire les tendances et mots-clés les plus utilisés sur le réseau social, affichés en temps réél
  • 4. Notre outil permet de présenter les quinze liens les plus partagés via des tweets contenant le hashtag de chaque émission. Ces liens peuvent mener à des sites internet ou à des tweets. L’analyse privilégie ici les liens qui mènent vers des articles ou des pages web qui ne sont pas liées à Twitter
  • 5. L’outil utilisé ne permet de récolter que les quinze contenus visuels les plus partagés. Certains tweets contiennent plusieurs visuels, ce qui signifie qu’il peut y avoir plus de visuels que de tweets. Certains comptes ayant été supprimés depuis l’archivage, il n’était pas possible de consulter les visuels qui y étaient associés.
Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction