La Nintendo Switch dynamisera-t-elle un marché des consoles en crise ?

Article  par  Vincent SARRAZIN  •  Publié le 03.03.2017  •  Mis à jour le 01.03.2017
Nintendo Switch
Avec une sortie mondiale programmée le 3 mars 2017, la Nintendo Switch tentera de faire revenir son constructeur au sommet dans un marché des consoles en plein questionnement face à la domination du jeu sur mobiles
Nintendo joue-t-il gros sur la sortie de la Switch ? La nouvelle console de jeu du fabricant japonais aura pour objet de succéder à la Wii U, sortie fin 2012 et dont la production devrait s’arrêter. Un cycle qui aura duré un peu plus de 4 ans pour la Wii U, fidèle à la pratique du marché des consoles qui tente de renouveler régulièrement les produits offerts. Un modèle industriel qui a fait ses preuves mais semble de plus en plus mis à mal à chaque lancement. Nintendo aura bien du mal à reproduire les chiffres de vente de la Wii (écoulée à 3,19 millions d’unités lors de son premier mois de commercialisation) et de la Wii U (3,06 millions d’unités). L’institut américain IHS table ainsi sur un lancement à 2,85 millions d’unités pour la Switch. Des chiffres en baisse, d’autant plus que les ventes de consoles au lancement se font surtout parmi les consommateurs les plus fidèles. Un an après leur lancement, la Wii avait commercialisé 20,13 millions d’unités contre 5,86 millions pour la Wii U. S’il est difficile pour le moment d’établir des estimations de vente à long terme pour la Nintendo Switch, il est peu probable que la console reproduise les performances de la Wii malgré les efforts de Nintendo en termes de plateforme de développement.
 
Dans la communication autour de sa nouvelle console, Nintendo semble se réorienter vers un public de jeunes adultes
 
L’intérêt des éditeurs de jeu pour une console est souvent capital afin d’assurer son succès : ce sont eux qui produiront les jeux permettant d’attirer de nouveaux utilisateurs et de maintenir l’intérêt de ceux qui utilisent déjà le produit. Conscient de l’importance de l’implication des éditeurs tiers , Nintendo a décidé de multiplier les efforts afin de les inciter à produire des jeux sur sa console. Un changement de paradigme pour le constructeur japonais, réputé jusqu’ici pour sa relative fermeture aux éditeurs externes en vertu de sa double casquette de constructeur et de d’éditeur de jeux. La vente de consoles est indissociable pour Nintendo de la vente de ses jeux, et la firme japonaise continue de surfer sur la vague qui l’a portée depuis son entrée sur le marché dans les années 1980. Avec un prix de lancement à 299 € et des accessoires onéreux (les deux manettes utilisées par la console seront vendues 80 € la paire), la console se positionne sur le même segment que ses concurrentes (la Xbox One de Microsoft et la PS4 de Sony), réservées à un public de joueurs prêts à dépenser des sommes conséquentes pour leurs loisirs. Encore un réajustement stratégique pour Nintendo, qui avait visé un public plus large avec la Wii, proposant un prix de lancement à 249 € nettement en-dessous de la concurrence. L’incapacité de la Wii U à réitérer le succès de la Wii 6 ans plus tard (les deux consoles étant positionnées sur un segment de marché grand public dont l’utilisation occasionnelle des consoles de jeu ne justifie pas le renouvellement régulier des équipements) a pu être au fondement de cette décision de Nintendo de réinvestir le marché des consoles de gamer. Un marché de plus en plus limité, qui semble se réduire chaque année avec l’essor du free-to-play et du jeu sur mobile.

Nintendo switch
La Nintendo Switch propose une manette pourvue d’un écran, qui peut se transformer temporairement en console portable. Le constructeur japonais ne compte cependant pas abandonner la production de nouvelles consoles 100 % portables qui succéderont à la 3DS.

Les constructeurs de consoles peinent à intégrer les leçons de la nouvelle industrie du jeu dématérialisé. Le coût des jeux et des consoles devient un facteur de plus en plus handicapant alors que 37 % du revenu de l’industrie du jeu vidéo est désormais généré par le jeu mobile. Un segment qui privilégie le free-to-play et les coûts d’entrée inexistants, et où l’essentiel des revenus se fait par des micro-transactions. La question de l’équipement, surtout, est centrale : les consoles de jeu restent caractérisées par le fait d’être des équipements intrinsèquement ludiques, alors que les ordinateurs et téléphones mobiles sont des équipements polyvalents qui justifient plus facilement leur prix élevé auprès du consommateur. Afin de ne pas voir le marché se faire peu à peu grignoter par celui des smartphones, les constructeurs de consoles cherchent la réponse. Sony et Microsoft proposent des équipements high tech à destination des gamers, et tentent de créer des ponts entre leurs consoles et leurs gammes de téléphones mobiles. En sortant des versions mises à jour de leurs dernières consoles de salon en 2017 (la Xbox Scorpio et la PS4 Pro), les deux constructeurs semblent s’inspirer de plus en plus du modèle commercial de l’industrie des smartphones : sortir régulièrement de nouveaux produits compatibles avec les précédents en offrant à chaque génération de petites innovations incrémentales. Il se pourrait que ce nouveau modèle devienne la norme pour Microsoft et Sony au cours des années à venir, mais Nintendo ne semble pas pour le moment avoir clarifié sa stratégie sur le sujet. Le constructeur commercialise avec la Switch une console de salon semi-portable, qui n’implique pas cependant l’arrêt de la production de leur gamme de consoles portables classiques, tout en continuant les incursions dans le jeu mobile sur smartphone (avec les succès planétaires de Pokemon Go et Super Mario Run) via des partenariats avec des éditeurs tiers… La diversification des options stratégiques de la firme est salutaire au vu de la grande rigidité qui l’a caractérisée par le passé, mais pourrait s’avérer de plus en plus risquée à mesure que la réduction du marché des consoles de salon rendra l’acquisition de nouveaux utilisateurs de plus en plus coûteuse.

--
Crédits :
Nintendo Switch controller craddle. Elvis Untot/Wikipédia. Licence CC BY-SA 4.0
Nintendo Switch - Play anytime, anywhere, with anyone. Nintendo UK/YouTube
Une console Nintendo Switch en configuration portable. Elvis Untot/Wikipédia. Licence CC BY-SA 4.0


Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction