Bientôt la consécration pour les séries turques

Article  par  Nicolas VAQUIER  •  Publié le 02.05.2013  •  Mis à jour le 02.05.2013
[ACTUALITÉ] En 2013, la Turquie s’est hissée au 2ème rang des pays producteurs de téléfilms, derrière les États-Unis. Après leur succès au Maghreb et au Moyen-Orient, les séries turques arrivent sur les écrans occidentaux.
En Turquie, la télévision se porte bien. Sur les 18 millions de foyers possédant un téléviseur, la moitié reçoit la télévision par câble ou par satellite, et 3 millions d’entre eux souscrivent un abonnement payant. Le marché de la publicité TV, en difficulté dans de nombreux pays, affiche à Ankara une croissance à deux chiffres. Ce succès économique est largement entraîné par la réussite d’un secteur : les séries télévisées. Le programme le plus regardé dans le pays n’est autre que le soap opera historique Le siècle magnifique (Muhteşem Yüzyıl).
 
Les programmes turcs ont également la cote hors des frontières du pays. Depuis 2005 et l’exportation réussie du feuilleton Gümüş dans tout le monde arabe, les séries turques visent les marchés qui lui sont proches historiquement et culturellement. Muhteşem Yüzyıl fait ainsi partie des téléfilms les plus suivis dans plusieurs pays, comme la Croatie, l’Égypte ou la Russie, alors que la série romantique Fatmagül (Fatmagül'ün Suçu Ne?) atteint fréquemment les 60 % de parts d’audience en Bulgarie. En 2011, la Turquie avait vendu plus de 10 000 heures de séries, vues par 150 millions de téléspectateurs dans 76 pays. La forte croissance du secteur se confirme puisque les exportations de programmes turcs génèrent désormais plus de 100 millions de dollars par an, contre 60 millions de dollars il y a deux ans.
 
De manière générale, les productions turques ne misent pourtant guère sur l’innovation et ont fréquemment recours à l’adaptation de séries internationales à succès. Ainsi, Grey’s Anatomy ou les Desperate Housewives possèdent depuis plusieurs années leurs équivalents turcs[+] NoteRespectivement Doktorlar et Umutsuz Ev Kadınları.X [1]. Ces versions édulcorées des soaps américains présentent des héros musulmans aux mœurs irréprochables, qui séduisent les téléspectateurs des Balkans comme du Moyen-Orient.
 
 
Umutsuz Ev Kadınları, l’adaptation turque de la série Desperate Housewives
 
 
Mais c’est le phénomène inverse d’adaptation de séries locales à destination des marchés occidentaux, à l’image de la telenovela colombienne Yo soy Betty, la fea (Ugly Betty) et de ses 22 versions dérivées, qui intéresse désormais les producteurs turcs. Avec son thriller psychologique The End (Son), dont les droits viennent d’être rachetés par Sander/Moses Productions pour une adaptation américaine, la Turquie est entrée dans le club des pays fournisseurs de séries. Elle se retrouve ainsi en concurrence avec les géants traditionnels de la télévision, mais également avec des pays émergents comme Singapour ou Israël, dont la série Hatufim a inspiré à Showtime l’énorme succès Homeland. The End a par ailleurs été vendue dans 35 pays, et est devenue avec sa diffusion sur la chaîne suédoise SVT la première série turque à débarquer en prime time dans un pays occidental.
 
Les séries turques bénéficient déjà d’une large diffusion, notamment grâce aux déclinaisons des trois chaînes phares du pays à destination des Turcs d’Europe (Euro D, EuroStar TV et ATV Avrupa). Mais le succès mondial ne sera possible que pour les séries traitant de manière universelle des contenus originaux, et qui seront alors reconnues par la profession. Une reconnaissance qui pourrait venir des festivals et autres trophées dédiés à la télévision, qui mettent chaque année un peu plus à l’honneur les téléfilms turcs.
 
 
--
Crédits photo :
Capture d’écran du site officiel de la série Fatmagül'ün Suçu Ne ?
  • 1. Respectivement Doktorlar et Umutsuz Ev Kadınları.
Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction