InaGlobal veille aux liens

Lu sur le web  par  La Rédaction INAGLOBAL  •  Publié le  02.03.2018  •  Mis à jour le 02.03.2018
Parce que l'information est précieuse et votre temps aussi.


Facebook met un terme à une expérimentation favorisant les fake news


Après six mois de test, Facebook met un terme à une expérimentation menée dans six pays consistant à scinder les fils d'actualité de ses utilisateurs en deux. Lancée sans prévenir le public ni les médias, ce test avait engendré un effondrement du trafic en provenance du réseau social vers les sites d'informations. En effet, le fil principal était uniquement composé des posts des amis, les contenus sponsorisés et ceux des éditeurs de presse étant eux relégués sur un fil secondaire nommé Explore. L'expérimentation a aussi eu pour conséquence de favoriser l'essor des fake news. Facebook dément vouloir généraliser ce test à l'ensemble de ses utilisateurs, mais les changements à venir dans son News Feed semble inspirés d'une même logique, où contenus publiés par les proches sont favorisés au détriment de ceux proposés par les médias.

À lire sur The New York Times


Le chatbot intégré, nouvel outil dans la mallette de la BBC


La BBC News Lab et la BBC Visual Journalism ont mis au point un nouveau chatbot, intégré directement dans le corps des articles en ligne. Cet outil comporte de multiples avantages. Il permet à la BBC d'atteindre un public peu aguerri et de l'informer sur certaines problématiques complexes, telles que la situation en Corée du Nord ou l'envolée des crédits à la consommation. Mais il est également très adapté aux besoins journalistiques. En effet, le chatbot est réutilisable d'un article à l'autre, représentant un gain de temps appréciable pour les professionnels.

À lire sur The Nieman Lab
 
 
Vero, le nouveau réseau social qui monte ?

Lancé en 2015, Vero serait actuellement le réseau social le plus téléchargé sur smartphone aux États-Unis. Cette récente ruée vers ce "réseau social véritable" s'expliquerait par une campagne marketing lancée depuis Instagram et par un business model séduisant : pas de publicité, pas de collecte de données et un abonnement payant, sans que le montant ait encore été précisé. D'autres réseaux sociaux ont vu le jour ces dernières années pour proposer des modèles alternatifs à Facebook et Twitter. Mais tous se heurtent au même obstacle : pour être intéressant, un réseau social a besoin de rassembler beaucoup d'utilisateurs. 

À lire sur Le Figaro [Article payant]
 

Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction