Success story en péril pour VNG, le leader du numérique au Vietnam ?

Article  par  Vincent SARRAZIN  •  Publié le 29.03.2013  •  Mis à jour le 29.03.2013
[ACTUALITÉ] Malgré une croissance impressionnante, la plate-forme sociale et mobile vietnamienne subit de plein fouet la concurrence internationale.
Quel avenir pour la plate-forme vietnamienne VNG ? Créée en 2004 sous le nom de Vinagames par Le Hong Minh, un banquier passionné de jeux vidéo, l’entreprise initialement tournée vers la distribution de jeux a annoncé un chiffre d’affaire de 90 millions de dollars en 2012. Une éclatante réussite due à la multitude de services qui ont su découler naturellement du positionnement vidéo ludique initial. Le réseau social Zing Me a ainsi pu s’implanter durablement grâce à la pratique des jeux sociaux (à l’instar du géant Facebook) pour atteindre 7 millions d’utilisateurs actifs au Vietnam au début de l’année 2013. Zing Me ne représente cependant qu’une des composantes de l’activité de VNG offrant nombre de fonctionnalités liées à la marque comme Zing News, Zing MP3 et le service mobile de messagerie instantanée Zalo (qui regroupe un million d’utilisateurs).
 

La grande popularité des jeux en ligne en Asie du Sud-Est fournit à VNG une base de revenus stable

Le système de messagerie Zalo représente la pierre angulaire de la stratégie d’expansion de VNG, qui compte sur ses services mobiles pour conquérir le territoire asiatique (des partenariats ont ainsi été mis en place avec DeNA au Japon  ainsi qu’avec Tencent et Sina Weibo en Chine) où le leadership de Facebook est encore contesté. La concurrence avec le réseau social de Mark Zuckerberg s’annonce cependant plus que rude pour la compagnie vietnamienne, désormais dépassée sur son propre territoire par Facebook qui totalise 12 millions d’utilisateurs actifs avec un taux de croissance atteignant un million de nouveaux utilisateurs par mois. Quant à la messagerie Zalo, elle subit de plein fouet l’entrée de l’Américain Whatsapp, du Japonais Line et du Coréen Kakaotalk sur ses marchés traditionnels. Si VNG compte sur l’extension de sa zone d’influence géographique pour reprendre du terrain sur ses compétiteurs, l’intensification de la concurrence pourrait faire des partenaires d’aujourd’hui les concurrents de demain : Tencent Holdings et DeNA offrent des services similaires à ceux de VNG et un accord sur le long terme semble incertain.
 
Restent les jeux vidéo, activité primordiale de VNG pour laquelle elle revendique 60 % du marché vietnamien. Une position plus que confortable pour l’entreprise, qui fonde ses activités sur la distribution de jeux en ligne et l’édition de ses propres produits (tournés vers le marché des MMORPG[+] NoteJeux de rôle massivement multijoueurs.X [1] dont les pays d’Asie du Sud-Est restent friands) : des revenus stables qui devraient permettre à l’entreprise de soutenir une guerre qui s’annonce sans pitié contre le géant Facebook.

--
Crédits photos :
Illustration principale : Ronallan / Flickr
 * NightHawk24 */ Flickr
  • 1. Jeux de rôle massivement multijoueurs.
Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction