L'universalité du web malmenée

Article  par  Cédric COUSSEAU  •  Publié le 03.12.2010  •  Mis à jour le 10.12.2010
L'inventeur du web s'inquiète de voir de plus en plus menacés les grands fondements du réseau des réseaux : la liberté, la gratuité et l'ouverture. En cause : Apple, les réseaux sociaux et les applications pour mobiles.
Tim Berners-Lee s'est livré à une longue tribune dans le magazine Scientific American où il regrette les comportements de certains sites Internet, fournisseurs d'accès, gouvernements et entreprises s'écartant du principe même du Web : l’universalité. Celui qui a mis au point  le « world wide web" analyse de manière fine, accessible et méthodique la dérive d'acteurs tels que Apple, Facebook ou Comcast ne respectant plus - selon lui - les valeurs cardinales du réseau des réseaux : la liberté, la gratuité, l'accès sans entrave aux données et à l'information.
 
Pour lui, une plateforme comme l’iTunes Store rend en effet captif chacun de ses utilisateurs puisqu'à partir du moment où ces derniers ont franchi son seuil, ils n'ont plus qu'un moyen d'acheter de la musique en ligne : celui de recourir au système d'Apple. Les règles du Web, celles établies lors de sa création, seraient en revanche de laisser à ces mêmes utilisateurs la possibilité d'accéder aux catalogues des sites concurrents.
 
Il fustige aussi les réseaux sociaux qui s'accaparent les internautes. "Plus vous entrez de données, et plus vous vous enfermez dans une impasse. Votre site de réseau social devient une plateforme fermée, qui ne vous donne pas le plein contrôle sur les informations qu’il contient. Plus ce genre d’architecture se répand, plus le Web se fragmente, et moins nous profitons d’un unique espace d’information universel." [+] NoteL'ensemble du document a été traduit en français par le site Framablog.http://www.framablog.org/index.php/post/2010/11/22/Longue-vie-au-web-par-tim-berners-leeX [1]

Tim Berners-Lee plaide donc pour l'ouverture. Il en va de la liberté de  - dirons-nous - produire du Web, c'est-à-dire de  mettre en ligne des pages interconnectées par des liens. Or, il est impossible de faire un lien pointant vers la plateforme d'Apple - pour reprendre cet exemple - puisque ce système est clos. Il "emmure" et "piège", estime Berners-Lee. Que dire également de la censure qu’il opère lorsqu’il écarte de sa boutique les œuvres qu'il ne juge pas conformes à ses valeurs, ou bien de celle qu’il effectue contre les volontés des pays où il est implanté ?
 
Le principe d’universalité du Web est également attaqué par les atteintes  faites à sa neutralité. C’est le cas, par exemple, de certains  fournisseurs d'accès à Internet (FAI) ralentissant le trafic de sites, pour empêcher certaines pratiques telles que le peer-to-peer, ou plus tragiquement parce qu'ils ne disposent pas de partenariats commerciaux avec ceux-ci. Tim Berners-Lee évoque également l'attitude des "gouvernements - qu’ils soient totalitaires ou démocratiques - qui surveillent les habitudes en ligne des citoyens et mettent en danger d’importants droits de l’Homme". 
Il égratigne au passage la procédure mise en place en France par la Hadopi et deux systèmes analogues au Royaume-Uni et aux États-Unis.
 
Le « père du Web », dans son analyse qu’il a intitulée « longue vie au Web », défend  les standards d’Internet pour que chacun ait la même possibilité d'action. Le Web porte dans sa nature la valeur d'être utilisable par tous et à tout instant, de manière individuelle à l'instar des blogs, ou collaborative comme l'encyclopédie Wikipédia. L'internaute doit donc pouvoir profiter sans restriction de toutes les informations disponibles et les partager. Ce qui est compromis, notamment par le manque de respect encore criant des recommandations du W3C qui régit l'écriture des pages afin que les déficients visuels et auditifs disposent eux-aussi du Web. Les règles du consortium existent pour le leur permettre. Il reste à les appliquer. Ce qui est compromis également  avec les applications pour mobiles qui sont, elles aussi, des univers fermés, des réseaux distincts comme suffisants à eux-mêmes.
 
Tim Berners-Lee suit en ce sens l'analyse de Chris Anderson, rédacteur en chef du magazine Wired, qui consacrait en septembre dernier un important article à "la mort du Web". Le professeur de droit à l'université de Columbia fonde ses critiques en reprenant notamment l'analyse de l'économiste Schumpeter pour associer Steve Jobs et Mark Zuckerberg, patrons d'Apple et de Facebook, à ces entrepreneurs uniquement motivés par la création de « royaumes privés ».
 
Par cette tribune, Tim Berners-Lee lance finalement un appel : « Si nous, les utilisateurs du Web, nous permettons à ces tendances et à d’autres encore de se développer sans les contrôler, le Web pourrait bien se retrouver fragmenté en archipel ». Il ne s'agit pas uniquement selon lui de «  faire de la philosophie » ; Tim Berners-Lee montre notamment comment une bonne gestion et l'ouverture des bases de données font aussi avancer la recherche, et donc notre société : « Un moyen de communication neutre est la base d’une économie de marché juste et compétitive, de la démocratie et de la science. »


--
Crédit photo : Documentally/Flickr.
  • 1. L'ensemble du document a été traduit en français par le site Framablog.http://www.framablog.org/index.php/post/2010/11/22/Longue-vie-au-web-par-tim-berners-lee
Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction