Télévision payante : les Américains coupent le cordon

Article  par  Matthieu REBOUL  •  Publié le 03.05.2013  •  Mis à jour le 03.05.2013
De plus en plus d'américains résilient leur abonnement au cable
[ACTUALITÉ] 5 millions de foyers américains devraient résilier leur abonnement au câble cette année. Plus qu’un rejet de la télévision, ce phénomène traduit des changements profonds dans les modes de consommation de la vidéo.
Panique chez les câblo-opérateurs américains : après des décennies de règne sur la télévision américaine, ils sont aujourd’hui confrontés à la prolifération des cord-cutters [+][1] NoteLittéralement, ceux qui coupent « le cordon », ici le câble. X [2], ces foyers qui décident purement et simplement de se dispenser d’un abonnement à la télévision. De 2 millions en 2007, ils sont désormais 5 millions selon Nielsen.
 
Les cord-cutters ne sont pas pour autant d’anciens téléspectateurs ayant décidé de renoncer à la vidéo. Loin de révéler un rejet de la télévision, le phénomène traduit davantage un changement des modes de consommation des contenus audiovisuels ainsi qu’une certaine lassitude face à l’offre pléthorique, peu personnalisée – et surtout très chère – des câblo-opérateurs, dont la qualité de service fait par ailleurs l’objet de plaintes répétées des utilisateurs. Ils préfèrent se tourner vers Internet, dont les débits croissants permettent aujourd’hui une réception satisfaisante de la télévision, et vers ses offres 100 % personnalisables et bien moins coûteuses. Quitte à utiliser les autres écrans du foyer – ordinateur, mobile, tablette – ou investir dans une télévision connectée.
 
On retrouve donc sans surprise parmi les cord-cutters des individus plutôt jeunes. De plus en plus, ils sont aussi des cord-nevers, c’est-à-dire des jeunes qui s’installent et ne ressentent pas le besoin d’un abonnement à la télévision, puisqu’Internet répond parfaitement à leur besoin de consommation de vidéo.
 
Internet propose en effet un panel d’offres – légales ou non – de plus en plus alléchantes en matière de vidéo : à côté des plateformes comme YouTube, qui ont construit leur succès sur un contenu de qualité variable, les services proposant des contenus professionnels se multiplient et fédèrent une audience sans cesse croissante. Ainsi, le pionnier Netflix compte désormais 29 millions d’abonnés auxquels il propose non seulement une sélection de contenus disponibles par ailleurs, mais également depuis peu des contenus originaux, empiétant ainsi sur les territoires des grands réseaux de chaînes et des studios eux-mêmes.
 
La situation inquiète logiquement les acteurs traditionnels de la télévision américaine, qui y voit à juste titre une remise en question de leurs modèles économiques. Les revenus liés à la distribution sont touchés, puisqu’ils dépendent directement  du nombre d’abonnements. Plus grave pour les chaînes : les revenus liés à la publicité pourraient également être concernés à moyen terme : ceux-ci sont en effet corrélés aux audiences de la télévision traditionnelle, et ne prennent pas en compte les audiences réalisées sur les autres terminaux. Des craintes que Nielsen, qui mesure les audiences de la télévision aux États-Unis, a bien entendu : l’institut a récemment annoncé un changement de méthodologie pour mieux prendre en compte l’audience de la télévision sur Internet.
 
En parallèle, opérateurs et chaînes tentent de trouver des solutions pour répondre aux nouvelles attentes des utilisateurs. Dans une tentative de préserver les modèles existants, les premiers n’hésitent pas à investir dans des contenus exclusifs susceptibles de retenir leurs abonnés. Dans le même temps, ils se rapprochent des fournisseurs d’accès Internet pour construire des offres globales proposant aux consommateurs un unique abonnement pour la télévision et pour le Net. De leur côté, les chaînes multiplient les initiatives pour mieux monétiser leurs contenus sur Internet sans avoir à passer par de coûteux intermédiaires : parmi les plus connues, plusieurs grands networks et studios dont ABC, NBC ou Fox travaillent ensemble depuis 2007 pour proposer sur Hulu de nombreux contenus gratuits aux utilisateurs. Véritable révolution, la chaîne HBO envisage de vendre directement ses contenus par Internet sur sa plateforme HBO Go, jusqu’ici seulement accessible à ses abonnés du câble et du satellite.
 
Internet est devenu un carrefour vidéo suffisamment attractif pour justifier l’abandon par des millions de foyers américains de la télévision traditionnelle. Encore relativement marginal, le phénomène des cord-cutters devrait prendre de l’importance au fur et à mesure que les générations de digital natives quitteront le foyer familial pour voler de leurs propres ailes. Cette redistribution des cartes oblige les acteurs de la télévision américaine à innover. Ils devront se dépêcher : les nouveaux venus d’Internet sont nombreux à nourrir des ambitions face à ces nouveaux comportements des téléspectateurs.

____
Crédit photo :
Dan Tantrum / Flickr
  • 1.
  • 2.
Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction