Organizações Globo : vecteur idéologique

Article  par  Erika THOMAS  •  Publié le 23.08.2010  •  Mis à jour le 12.10.2009
Les Organizações Globo constituent le plus important conglomérat médiatique du Brésil et l’un des quatre grands groupes médiatiques d’Amérique Latine.

Sommaire

Introduction

 
Les Organizações Globo constituent le plus important conglomérat médiatique du Brésil et l’un des quatre grands groupes médiatiques d’Amérique Latine [+] NoteAvec Televisa (Mexique) Cisneros (Venezuela), et Clarín (Argentine).X [1]. Le fondateur de cet empire, aujourd’hui dirigé par les frères Marinho, est Roberto Marinho (1904-2003) qui hérite, en 1925, du quotidien O Globo, qui inaugure, en 1944, Radio Globo et, en 1965, TV Globo (Rede Globo). La chaîne de télévision Globo est depuis son origine l’élément fédérateur des entreprises du groupe Organizações Globo : fondée en 1965 au lendemain du coup d’État militaire et avec l’appui du groupe américain Time Life, Rede Globo a connu jusqu’aux années quatre-vingt des parts d’audience record. Elle draine encore aujourd’hui 52 % de l’audience prime-time et 75 % des recettes publicitaires grâce notamment aux produits phares de la chaîne : les telenovelas. Exportant ses programmes vers plus de cent pays à travers le monde, 90 % de ce qui est diffusé en prime-time sur la chaîne est conçu et réalisé par les équipes Globo. Les Organizações Globo possèdent, en outre, une autre chaîne gratuite (Futura) ainsi que vingt-six autres chaînes payantes diffusées via câble ou satellite grâce à un partenariat avec SKY [+] NotePremière entreprise de chaînes privées du Brésil via satellite et système digital DTH (Direct to Home)X [2] et un actionnariat majoritaire dans NET [+] NoteLa plus importante entreprise multiservices de télécommunication via cable d’Amérique Latine.X [3]. En 1996, le groupe lance la première chaîne entièrement consacrée aux informations, Globo News, accessible via câble ou satellite ou par Internet pour les abonnés de Globo.com. Le site met en ligne des vidéos et informations de la chaîne. Selon les chiffres communiqués par le groupe, la chaîne compte plus de 2 millions d’abonnés.

Dans le secteur de l’édition, le groupe Organizações Globo au travers d’Infoglobo diffuse quatre quotidiens (O Globo, Extra, Expresso et Valor Economico) ainsi que vingt-sept magazines édités par Editora Globo [+] Note[1]James Gorgen, Sistema Central de Mídia: proposta de um modelo sobre os conglomerados de comunicação no Brasil, Mémoire de Master, Universidade Federal, Rio Grande do Sul, Porto Alegre, 2009. Consultable sur: http://www.planejamento.gov.br/secretarias/upload/Arquivos/seges/EPPGG/producaoAcademica/Dissertacao_JAMESGORGEN.pdf X [4] dont quinze hebdomadaires ou mensuels couvrant les secteurs de l’actualité, des loisirs, de la mode, de l’automobile, des finances, de l’éducation, de la décoration ou des informations « people ». Sur le marché des hebdomadaires, le magazine Época, du groupe Globo, arrive à la deuxième place des meilleures ventes de magazines au Brésil avec un tirage de 420.500 exemplaires, devant Istoé (Editora Três) et loin derrière Veja, du groupe Abril qui arrive en tête de vente avec un tirage hebdomadaire moyen de 1089 900 exemplaires par semaines. Le groupe n’est pas présent dans les premières places des ventes de mensuels très largement dominées par le groupe Abril [+] NoteQui possède quatre magazines mensuels des cinq les plus vendus dans le pays. X [5].
 
Les journaux O Globo et Extra, appartenant tous deux au groupe Globo, arrivent en troisième et quatrième places des meilleures ventes avec respectivement un tirage moyen de 257 000 exemplaires et 248 000 exemplaires derrière Folha de S.Paulo (Groupe Folha, 295 000 exemplaires) et Super Notícia [+] NoteSempre Editora, journal populaire à bas prix conçu comme un tabloïde X  (289 000 exemplaires [+] NoteSource ICV 2009X ). Le groupe Globo s’est associé au Groupe Folha en 2000 pour créer le quotidien économique Valor Econôomico qui tire aujourd’hui à 53 947 exemplaires et occupe la 21e place des meilleures ventes [+] NoteCinq millions de journaux sont achetés chaque jour au Brésil.X .
 
 
Le cinéma est le dernier segment audiovisuel investit par le groupe. Depuis sa création en 1998, Globo Filmes est devenu le plus important producteur et co-producteur de cinéma brésilien en assurant un excellent rapport entre le nombre de films produits et le nombre de spectateurs drainés par ces films qui reproduisent une esthétique et des thématiques ayant fait le succès de TV Globo [+] NoteA titre d’exemple citons les divers formats courts télévisuels (Os Normais, A grande familia, Casseta e Planeta) qui deviennent, comme certaines mini séries (O Auto da Compadecida) des long métrages plébiscités par le public. X . Le cinéma national « indépendant » de Globo Filmes peine, quant à lui, à obtenir moins de 20 % du nombre total des spectateurs de films brésiliens [+] NotePour les données considérées voir BUTCHER, Pedro. A Dona da História: origens da Globo Filmes e seu impacto no audiovisual brasileiro. Mémoire de master, Universidade Federal do Rio deJaneiro, Rio de Janeiro, 2006. Lucas BUENO MAIA, Produção, distribuição e exibição – cinema brasileiro da retomada (1995-2005), Mémoire de Recherche, Universidade Federal Santa Catarina, Florianopolis, 2008.X .
 
 
 

 
Sistema Globo de Rádio englobant 168 radios commerciales et une radio communautaire [+] NoteIdem.X  assure l’investissement radiophonique du groupe [+] NoteLes chiffres de part d’audiences sont plus difficiles à obtenir, la plupart des classements se faisant par Audience/Ville.X . Globo AM arrive en première place dans le classement effectué à partir de l’audience effectuée à Rio (AM et FM confondues) avec une moyenne de 258 000 auditeurs [+] NoteIbope septembre 2009 cité : Analise Comunicação Rio de JaneiroX [6] en 2009 et à São Paulo (Radios AM) avec une moyenne de 146 000 auditeurs entre 6h et 19h entre février et avril 2010 [+] NoteSource et informations détaillées consultable ici. X .
 
 
Le marché du disque est également un secteur sur lequel Organizações Globo est présent avec Som Livre, qui se situe à la troisième place derrière Universal Music et Sony/BMG et devant Warner Music et Emi Music :
 
 
 
 
 
Revenir au sommaire

Le grand public, l’international et la toile : les objectifs pour conserver la place de leader mainstream au Brésil

 
Dans son rapport annuel de 2009, le groupe annonce un bénéfice en augmentation de 10 % par rapport à l’année précédente, soit 8.386 milliards de reais (environ 3,567 milliards d’euros) et insiste sur son objectif d’informer, divertir et participer à la construction d’une société plus solidaire [+] NoteDans le rapport 2001, les Organizaçõoes précisent leur mission médiatique : « Créer, produire et distribuer des contenus de qualité qui informent, éduquent et divertissent en construisant des relations qui rendent meilleure la vie des individus et des communautés » et mettent à l’honneur la Fondation Roberto Marinho créée en 1977 sans buts lucratifs qui développe des projets éducatifs et sociaux.X . Pourtant, même si le leadership du groupe est loin d’être menacé, la baisse des audiences, une crise de confiance et une certaine détérioration de l’image du groupe dans les couches les plus informées de la société brésilienne témoignent, peut-être, des limites de cet empire qui, grâce à la concentration des médias, se positionne comme le groupe de plus influent, présent dans 80 % de tout ce qui est lu, vu et entendu dans les médias brésiliens [+] NoteVoir l’article de Fabiana Rodrigues “Globo : concentrada e internacionalizada” in Razon y Palabra, 15 avril 2010, ISSN 1605 4806.X [7], constituant donc un défi à la démocratie. Depuis la fin des années quatre-vingt, les scores en baisse de la chaîne Globo, pivot central des Organizações Globo, incitent le groupe à repenser sa stratégie de communication audiovisuelle : le journalisme et les telenovelas vont ainsi faire l’objet de transformations pour correspondre au mieux aux attentes du grand public [+] NoteVoir Ruth Viana, note de lecture: “O globo, Jornal Nacional” Revista Jornalismo Brasileiro.X [8], captées par l’intermédiaire d’enquêtes d’opinion mises en place par Organizações Globo. En 1995, afin d’augmenter sa productivité en baissant les coûts de production, la Globo inaugure son centre de production audiovisuel, la Central Globo de Produções, également appelé Projac [+] NoteContraction de « Projeto Jacarepaguá », voir article en français.X [9], qui est le plus grand centre de production audiovisuelle d’Amérique Latine, situé à Jacarepaguá (Ouest de Rio). L’usine à rêve, où se produisent chaque année autour de 2 500 heures de programmes Globo [+] NoteMemoria GloboX [10], est située sur un site de 1,65 millions m² comprenant 70 % de forêt atlantique et 137 000 m² de constructions [+] NoteMemoria GloboX [11]. Le groupe, qui exporte des telenovelas depuis la fin des années soixante-dix [+] NoteVoir Erika THOMAS, « Voyage au pays des ancêtres, les telenovelas brésiliennes au Portugal » (2009) in Les médias en Europe, influences interculturelles, Temps des Médias, Revue d’Histoire n°11, édition SPHM.X [12] vers 130 pays à travers le monde, veut également gagner plus de visibilité au niveau international.

 

 
La création de la chaîne Globo International en 1999 va constituer une nouvelle étape vers cet objectif mais c’est essentiellement en 2000 avec la création du portail Globo.com que le groupe ouvre de nouvelles perspectives de développement et de visibilité internationale en permettant une convergence de ses contenus médiatiques : le portail devient rapidement une vitrine des radios, des journaux, des revues, des films produits par le groupe et bien sûr de la chaîne Rede Globo. Des centaines de vidéos sont intégrées et actualisées chaque jour sur le portail et ses sites comme www.video.globo.com et www.memoriaglobo.globo.com qui se constituent comme archives de la chaîne. En 2005 le site http://globoesporte.globo.com contribue au succès du groupe sur le net avec plus de 300 000 abonnés. Le portail engrange une recette de 40 millions de reais (soit environ 17 millions d’euros). En 2006, le portail investit 20 millions de reais (8,48 millions d’euros) pour créer le GMC Globo Media Center, une nouvelle version du portail vidéo [+] NoteSourceX [13].
 
 

 
 
Revenir au sommaire

Enrayer la crise financière en se focalisant sur les secteurs leaders des productions audiovisuelles nationales

 
Avec un investissement initial d'un peu plus de 6 millions de dollars accordé par le groupe Time-life entre 1963 et 1966 [+] NoteDaniel Herz, A historia secreta da rede globo, Tché Porto Alegre, 1987.X , le groupe Organizações Globo connaît depuis les années 1990 une crise financière qui l’amène à adopter une stratégie de développement qui se focalise sur les marchés où le groupe est en position de leader incontestable et qui favorise les partenariats financiers étrangers. La vente, en octobre 2009, du journal Diário de São Paulo [+][14] NotePublié depuis 2001 par Infoglobo.X           [15] au groupeTraffic illustre cette stratégie de focalisation sur le secteur audiovisuel. De même, l’ouverture des capitaux des entreprises de distribution des chaînes payantes – NET (Câble et MMDS [+] NoteSystème de diffusion de télévision Microwave Multipoint Distribution System. X [16]) et SKY (DTH [+] NoteDirect to Home (diffusion via satellite).X [17]) – aux investisseurs étrangers est également significatif du contexte économique et financier du groupe : l’entrepreneur mexicain Carlos Slim (groupe Telemex) possède autour de 49 % de NET et Rupert Murdoch est l'investisseur majoritaire de SKY [+] NoteJames Gorgen, Sistema Central de Mídia: proposta de um modelo sobre os conglomerados de comunicação no Brasil. X [18].
 
La dette des Organizações Globo s’élève à 1,527 milliards de reais (soit 666 millions d’euros) avec un profil de remboursement à long terme où moins de 3,5 % de la dette consolidée l'est à court terme. Dans ce contexte particulier, les Organizações Globo se veulent optimistes. Le rapport présentant le bilan financier du groupe pour l’année 2009 et divulgué par Globo Comunicações e Participações le 30 mars 2010 annonce un bénéfice net de  8,386 milliards de reais (environ 3,567 milliards d’euros) pour le secteur comprenant la chaîne Globo, les chaînes privées, globo.com, TV Globo Internactional, Globo Filme, Som Livre et Editora Globo, soit une augmentation de 10% par rapport à l'année précédente où elle avait obtenu 7,602 milliards de reais [+] NoteIl est à noter, comme le précise Gorgen (op.cit), que le conglomérat a restreint depuis quelques années son parc d’informations chiffrées aux investisseurs de sorte que même l’organisme gouvernemental Commission des Valeurs Mobilières (CVM) chargé de présenter les bilans financiers de diverses entreprises brésiliennes ne présente plus de données financières concernant le conglomérat médiatique Organizaçoes Globo. De ce fait, les seules données accessibles sont celles fournies par le conglomérat. X [19] La Chaîne Globo fédère les entreprises du groupe avec 7,7 milliards de reais (environ 3,234 milliards d’euros). La part la plus importante de cette recette provient des investissements publicitaires. En effet, la chaîne, qui possède 45 % de parts de marché en termes d’audience [+] NoteMidia dados Brasil 2009.X [20], détient 73,5 % des investissements publicitaires télévisuels, ce qui lui a rapporté 7 milliards de reais  (un peu moins de trois milliards d’euros) en 2009 [+] NoteDonnées du Projeto Inter-Meios calculant l’investissement publicitaire dans les médias brésiliens 2010.X [21], en laissant loin derrière elle ses concurrentes Record (10,1 %) SBT (8,7 %), Band (4,9 %) et Rede TV (1,9 %) [+] NoteJornal O Estado de Sao Paulo, Sem Intervalo, 25 mars 2010, cité dans Abril.com.X [22].


 
La structure segmentée de la chaîne Globo – avec ses propres stations à São Paulo, Rio de Janeiro, Belo Horizonte, Brasília et Recife, ainsi que ses 116 stations affiliées dans le reste du pays – permet aux annonceurs petits, moyens et grands d’être présents sur Globo au travers de publicités prenant des formes diverses comprenant les plus de seize millions de spots commerciaux par an[+] NoteRede Globo veicula mais de 16 milhões de comerciais por ano entretien avec le directeur commercial de Globo, Wlly Haas, 19/04/2009. X [23] et également le merchandising dans les telenovelas et mini séries de la chaîne. Selon le président de Organizaçoes Globo, Roberto Irineu Marinho, en 2009, environ onze mille heures de produits nationaux ont été produites par le groupe, qui emploie 12 000 collaborateurs et a recruté plus de cent trente producteurs d'audiovisuel indépendants brésiliens[+] NoteRapport bilan financier mars 2010.X [24].
 
Revenir au sommaire

Rede Globo, les audiences en baisse de la première chaîne nationale

Tout au long des deux décennies qui ont suivi sa création, la TV Globo affichait des scores d’audiences atteignant pour ses émissions phares des chiffres oscillant entre 60 et 80 % d’audience. Les telenovelas et le journal télévisé accusent depuis le début de la décennie une baisse sensible de leurs audiences. Tous les programmes confondus, diffusés du lundi au dimanche de 7h à minuit par la TV Globo, accusent une audience significativement en baisse : de 55 % de parts de marché en 2004 à 43,3 % en 2008.
 
Audiences 2004 à 2007: Evolution des parts de marché pour les principales chaînes télé

Source: Mídia Dados 2008 Réalisé sur l’ensemble de la population de 7h à 24h, lundi à dimanche.
 
Camembert réalisé à partir des données Midia Dados 2009

 
Même si la chaîne conserve très nettement sa position de leader incontestable, la baisse d’audience qui affecte les telenovelas et Jornal Nacional nous amène à considérer que ces productions audiovisuelles ont, contrairement au passé, de plus en plus de mal à satisfaire un public qui préfère se tourner vers d’autres émissions ou d’autres activités. Trois telenovelas inédites sont diffusées quotidiennement sur la chaîne et représentent encore aujourd’hui un des principaux investissements budgétaires de Rede Globo. Selon le groupe Organizações Globo, le prix moyen d’un épisode de telenovela est de 200 000 dollars. Une telenovela, qui possède une moyenne de deux cents épisodes, revient donc à environ 40 millions de dollars. Si ces produits audiovisuels drainaient à la fin des années quatre-vingt environ 60 % de parts de marché en termes d’audience, ce qui représentait déjà une relative baisse par rapport aux décennies précédentes, les telenovelas actuelles peinent à tourner autour des 40 % d’audience, considérés désormais comme seuil de succès. La chute est brutale pour les telenovelas de 18h qui enregistrent une perte de 43 % d’audience depuis 2006. Celles de 19h révèlent une audience instable avec des variations de 16 points d’audience entre Bang Bang (diffusé entre le 3 octobre 2005 et 3 avril 2006) qui obtient 27,2 % de parts d’audience et Da Cor do Pecado (diffusé entre le 26 janvier et le 28 août 2004) qui en obtient 43 %. Quant aux telenovelas du prime-time, qui sont les plus élaborées en terme de contenu, et les plus coûteuses, si elles obtiennent encore les plus forts scores d’audiences, elles souffrent tout de même de la désaffection du public, en particulier depuis cinqg ans. Elles ont perdu au total 18% d’audience entre 2000 et 2008, et chutent encore avec l’actuelle Passione diffusée depuis le 17 mai 2010 [+] NoteTelenovelas diffusées entre 2000 et 2008: 16 telenovelas à 18h (Esplendor (2000) : 27,6% ; O cravo e a rosa (2000 :2001) : 30,6%; Estrela guia (2001): 30,9%; A padroeira (2001/2002): 26%; Coração de estudante (2002): 29,9%; Sabor da paixão (2002/2003): 24%; Agora é que são elas (2003): 28,4%; Chocolate com pimenta (2003/2004): 35,3%; Cabocla (2004): 34,6%; Como uma onda (2004/2005): 26,8%; Alma gemea (2005/2006): 38,6%; Sinha Moça (2006): 33,1%; O profeta (2006/2007) 31,8%; Eterna Magia (2007): 25,9%; Desejo proibido (2007/2008): 23,4%; Ciranda de Pedra (2008): 21,6%); 15 telenovelas à 19h (Uga Uga (2000 :2001) : 37,9%; Um anjo caiu do ceu (2001): 33,6%; As filhas da mae (2001/2002): 27,8%; Desejos de mulher (2002): 32,6%; O beijo do vampiro (2002/2003): 28,2; Kubanacan (2003/2004): 34,5%; Da cor do pecado (2004): 43,1% Começar denovo (2004/2005): 31%; A lua me disse(2005): 32,4%; Bang Bang (2005/2006): 27,2%; Cobras e lagartos (2006): 38,2%; Pé ne jaca (2006/2007) 29,5%; Sete pecados (2007/2008): 29,6%; Beleza Pura (2008): 27,7,6%; Três Irmas (lancement) 2008: 33%); 13 telenovelas à 21h (Laços de familia (2000 :2001) : 44,9%; Porto dos milagres (2001): 44,6%; O clone (2001/2002): 47%; Esperança (2002/2003): 38%; Mulheres apaixonadas (2003): 46,6%; Celebridades (2003/2004): 46% Senhora do destino (2004/2005): 50,4%; America (2005): 49,4; Belissima (2005/2006): 48,5%; Paginas da vida (2006/2007) 46,8%; Paraiso tropical (2007): 42,8%; Duas Caras (2007/2008): 41,1%; A favorita (2008) 37,2%). X .
 

 
Autre vitrine de la chaîne, Le Jornal Nacional, le journal télévisé de 20h à l’antenne depuis 1969 et qui atteignait jusqu’à 79,9 % de l’audience nationale en 1979  [+] NoteREZENDE, Guilherme Jorge, Telejornalismo no Brasil, um perfil editorial. São Paulo: Summus, 2000.X [25], connaît, lui aussi, des problèmes d’audience et enregistre pour l’année 2009, 31 % de parts de marché, soit une chute de 20 % de son audience par rapport à l’année 2000 [+] NoteRicardo Feltrin, UOL Noticias, 8/12/2009X [26]. Il demeure néanmoins le journal télévisé le plus regardé au Brésil, suivi par celui de la chaîne concurrente, Jornal da Record, qui obtient 9% d’audience en 2009, soit une progression de 100 % de son audience par rapport à l’année 2000. Cette progression spectaculaire est bien loin de constituer une menace : Rede Globo obtient la plus grosse part de recette publicitaire du pays et détient les droits de transmission des principaux événements sportifs (championnats de football brésilien, mondiaux, UEFA, Formule 1). Le groupe Organizações Globo contrebalance les chutes d’audiences de TV Globo par de bons scores d’audience sur ses programmes diffusés sur Internet [+] NoteLe site Globo.com est en 6° position des portails brésiliens avec 21,7 millions de visiteurs par mois derrière Google, MSN, UOL, IG et Terra et le 4eme si on ne considère que le portail d’information derrière UOL, IG et terra. (Source : Ibope 26 /11/2009).X [27], ce qui incite le groupe leader à minimiser ses faiblesses actuelles en justifiant les scores par de nouvelles pratiques spectatorielles. Lachute des audiences des telenovelas coïncide avec le développement des chaînes privées qui comptent 2,5 millions d’abonnés en 1997/1998, et passent à plus de 6 millions en 2008 [+] NoteMidia Dados 2009.X [28]. De même, l’augmentation encore plus spectaculaire de l’abonnement à Internet - qui passe de moins de 5 millions d’abonnés en 2001 à plus de 24 millions en 2008 [+] NoteRevista Abril, Audiencia das novelas da globo, Renata Pallottini, Novembre 2008.X  - illustre de nouvelles pratiques qui émergent dans les foyers brésiliens depuis les années 2000. En témoigne le nombre de téléviseurs allumés dans le pays qui est passé de 66 % dans l’horaire correspondant au prime time à 59 % à ce même horaire en 2009 [+] NoteSource Ibope 2009 São Paulo 7/12/2009.X 
Revenir au sommaire

La presse Abril et la télévision Record : la part des concurrents


 
Sept groupes nationaux contrôlent 80 % de ce qui est lu, vu et entendu dans les medias brésiliens [+] NoteLe groupe Globo n'est pas présent de façon systématiquement majoritaire dans tous les médias mais c'est le groupe qui est quand même le plus puissant de tous ces groupes car il est partout présent (presse, radio, télé, cinéma etc..) de façon toujours significative. Voir à ce sujet Rogério Christofoletti, “Dez impasses para uma efetiva crítica de mídia no Brasil” in Sala de prensa, n°63, janvier 2004, année V, vol.2.X [29] : Organizações Globo est le plus important de ces groupes. Viennent ensuite le groupe Abril puis L’Eglise Universelle du Royaume de Dieu (groupe Record) les deux principaux concurrents de Organizações Globo [+] NoteViennent ensuite le groupe Silvio Santos (la famille Abravanel), Les Frias, le groupe Saad et enfin les Mesquita.. Ces quatre derniers groupes possèdent néanmoins une part importante du contrôle médiatique : le groupe Abravanel possède la chaîne SBT[2] ; Les Frias possèdent le journal le plus lu du pays (Folha de São Paulo) ainsi qu’un institut de sondage (Datafolha), d’autres journaux, des investissements dans le portail Internet le plus important du Brésil (UOL), une agence de presse (Agencia Folha) et, en partenariat avec Globo, le journal économique le plus influent du Brésil (Valor Econômico) ; le groupe Saad possède la chaîne Rede Bandeirantes ainsi que des radios AM et FM ; Les Mesquita sont les propriétaires du deuxième quotidien le plus lu du pays (O estado de São Paulo) d’autres journaux et d’autres stations FM ainsi que d’une agence de presse et d’une station télé dans l’Etat du Maranhão.X [30].
Deuxième grand groupe médiatique du Brésil, le groupe Abril possède le plus grand éditeur de magazines et périodiques du pays, l’Editora Abril qui représente 63 % de la recette totale du groupe. Editora Abril publie 373 revues, possède 43 sites Internet. Le groupe possède, en outre, deux autres maisons d’édition pédagogiques (Editoras Ática  et  Scipione) une entreprise de production et de distribution vidéo (Abril Video) [+] NoteRapport bilan financier mars 2010. Voir également Fabiana Rodrigues, GLOBO: CONCENTRADA E INTERNACIONALIZADA in Razon y Palabra, Número 64, 29 avril 2010.X [31] une chaîne de télévision musicale (MTV), un opérateur de bouquet de diffusion par câble (TVA) et un partenariat avec le plus grand portail Internet du Brésil, UOL. Le nombre des tirages des différentes revues du groupe Abril a augmenté de 4,7 % en 2009 : ils comprennent 169 millions d’exemplaires et représentent 54,2 % du marché brésilien [+] NoteIVC Instituto Verificador de Circulação 2009X [32] avec 3,7 millions d’abonnés. Le rapport financier du groupe pour l’année 2009 indique une croissance de 3,6 % par rapport à 2008 avec un bénéfice net de 2 milliards de reais (soit 872 millions d’euros) [+] NoteBilan financier présenté en mars 2010X [33]. En 2009, le groupe publia dans Veja, magazine le plus diffusé, un article dénonçant le monopole de son principal concurrent Organizações Globo sur le marché des opérateurs de chaînes payantes et pointant la menace que représente un telle main mise du groupe - possédant déjà la plus grande chaîne nationale - sur le droit d’accès à différentes sources d’information [+] NotePortal da Imprensa, le 15/06/2009. X 
 

 
L’Eglise Universelle du Royaume de Dieu et son fondateur Edir Macedo possèdent la deuxième plus grande chaîne hertzienne du pays (TV Record) et d’autres stations plus modestes comme Rede Mulher et Rede Família. Rede Record obtient 15,7 % de part d’audience en 2008 [+] NoteMidia dados 2009.X [34] et déclare, pour 2009, un revenu de 2,25 milliards de reais (soit 981 millions d’euros), ce qui représente une croissance de 20 % par rapport à au revenu de l’année 2008. Fondée en 1953 par Paulo Machado, la chaîne a d’abord appartenu à la famille Abravanel avant d’être vendue en 1989 au fondateur controversé [+] NoteSelon la chaîne Globo, le journal O Globo et Folha de São Paulo, Edir Macedo et d’autres membres de l’Eglise Universelle sont actuellement mis en examen pour blanchiment d’argent et bande organisée : l’argent des fidèles ayant servi a acheter diverses entreprises comme Rede Record et Radio Record. Pour toute réponse la chaîne Record a diffusé une critique de la politique du groupe organizaçoes globo en rappelant le lien de la chaîne avec la dictature, son influence politique, la protestation du peuple vis-à-vis de la chaîne lors des élections de 1989 et des extraits du documentaire de Simon Hartog, réalisé en 1993, Muito alem citadão kane, qui raconte la sombre histoire des liens politiques et de l’influence de TV Globo. Rede Record accuse également le ministère public de fournir au groupe Globo des informations confidentielles s et en cours d instructions. Voir vidéos.X [35] de l’Eglise Universelle du Royaume de Dieu. Elle est aujourd’hui le principal concurrent de TV Globo. Les guerres ou provocations entre ces deux groupes et leurs chaînes respectives sont régulièrement répercutées dans les médias [+] NoteA titre d’exemple, dans son journal datant de septembre 2009, Folha Universal, le groupe Record dénonce les coulisses politiques de la construction de Projac (studios Globo des telenovelas) ayant fait l’objet d’une polémique et ayant conduit Globo Organizaçoes à répondre en 2009 à une Commission Parlementaire d’Enquête (CPI) au sujet d’un empreint de 38 millions de reais à taux défiant toute concurrence aux caisses de l’Etat (Caixa Econômica Federal) sous la présidence de José Sarney. X [36]. La chaîne s’internationalise avec Rede Record International en 2000 et inaugure son portail  en 2010.
 
Rede Record se lance également dans l’exportation de telenovelas. Mais le marché international des telenovelas a changé [+] NoteVoir les succès d’audience à l’étranger entre les années 70 et la fin des années 90. X [37]. A la fin des années 70, le genre avait peu de concurrence dans le marché mondial. Dans ces années les telenovelas comme Gabriela ou Escrava Isaura ont fait des percées fracassantes au Portugal pour la première et en Chine pour la seconde [+] NoteVoir Erika THOMAS, op.cit.X [38]. L’accueil enthousiaste du public a déterminé les objectifs d’une nouvelle production audiovisuelle dans ces pays. Les telenovelas brésiliennes ont en effet favorisé à l’étranger l’émergence de productions locales qui leur font maintenant concurrence [+] NoteL’audience des telenovelas brésiliennes au Portugal est ainsi passée de 35% de part de marché dans les années 70 à environ 10% aujourd’hui. (Source )X [39]. Aujourd’hui, le public mondial de ces productions est estimé à deux milliards de téléspectateurs et environ 500 telenovelas sont produites et diffusées à travers le monde. De plus, d’autres grandes chaînes latino-américaines sont entrées sur le marché des telenovelas avec des productions moins chères car moins élaborées. C’est notamment le cas de Televisa, au Mexique, ou encore Venevisión et RCTV, au Venezuela, Telefe et Artear, en Argentine, Caracol et RCN, en Colombie.
 

 
Revenir au sommaire

Organizações Globo : une organisation politique ?

Les liens entre le groupe Globo et la vie politique du pays ont fait l’objet de divers travaux universitaires et académiques [+] NoteVoir en particulier: Daniel Herz , A história secreta da Rede Globo Tchê, Porto Alegre, 1987, qui en est à sa 14e édition et qui a inspiré le documentaire britannique toujours interdit de diffusion sur les chaînes brésiliennes Beyond Citizen Kane (Muito alem do Cidadão Kane) de Simon Hartog en 1993, Un autre ouvrage, plus récent, reprend et élargit la question des liens entre le groupe et la dictature: Aloysio Castelo de Carvalho, Rede da Democracia: “O Globo”, “O Jornal” e o “Jornal do Brasil” na queda do governo Goulart (1961-64), Nitpress e Editora UFF, Rio de Janeiro, 2010. X [40]. En cette année d’élection brésilienne [+] NoteLes élections présidentielles auront lieu le 3 octobre 2010. X [41], TV Globo est de nouveau accusée de faire campagne pour son candidat [+] NoteSelon le spécialiste des médias Laurindo Leal Filho, Globo mais également les quotidiens Folha de São Paulo et Estado de São Paulo font très clairement campagne pour le candidat de l’opposition, José Serra. (Source) X [42]. Marcelo Branco, un des coordinateurs de la campagne web de la candidate du Parti Travailliste, Dilma Rousseff, a ainsi accusé Globo de faire écho au slogan présidentiel du candidat de l’opposition, José Serra (PSDB [+] NotePartido da Social Democracia Brasileira (Parti de la Sociale Démocratie du Brésil)X [43]) selon lequel « Le Brésil peut plus [+] Note“O Brasil pode mais”X [44] ». Le 18 avril 2010, dans son programme dominical Fantástico, la chaîne qui fête ses 45 ans fait en effet dire à ses principaux acteurs et à divers jingles : « Nous voulons plus. Plus d’éducation, de santé, d’amour et de paix. Brésil ? Beaucoup plus [+] Note“Todos queremos mais. Educação, saúde e, claro, amor e paz. Brasil? Muito mais”X [45]”. Face à la protestation de nombreux internautes [+] NoteJosé Leite Pereira, Jornal de Noticias 25 avril 2010X [46] et pour enrayer la polémique, TV Globo a décidé de retirer ses jingles commémoratifs  en précisant néanmoins que le jingle avait été conçu en 2009 [+] NoteAffirmation mise en doute par certains journalistesX [47] mais que la chaîne ne prétend pas offrir de prétexte à être accusée d’être tendancieuse [+] NoteCentral Globo de Comunicaçoes, 18/04/2010 X [48]. Voir vidéo 45 ans Globo et campagne José Serra

Tendancieuse la TV Globo ? L’histoire de la création de la chaîne qui fédère le groupe Organizações Globo, ainsi que différentes polémiques survenues lors d’élections politiques, semblent avoir définitivement entaché l’image de TV Globo. En effet, il convient de rappeler que l’ascension rapide de la chaîne s’est fondée sur trois raisons majeures : un accord financier illégal, une collaboration étroite avec le régime militaire (1964-1985) et un paysage audiovisuel favorable avec l’extinction des deux chaînes concurrentes Tupi et Excelsior [+] NoteSeule chaîne à critiquer le coup d’Etat, Excelsior perdra sa concession de diffusion en 1970 et Tupi en 1980. X [49].
 
Passant outre l’article 160 de la constitution de 1946 qui interdisait les investissements étrangers dans les entreprises de communications, le groupe Globo reçoit, en 1962, du groupe américain Time Life, 6 millions de dollars pour créer sa chaîne. A l’époque la « menace communiste » est un argument politique récurrent et Time Life, en lien avec le parti républicain, veille à l’insertion de solides bases anticommunistes au Brésil [+] NoteDaniel Herz op.cit.X [50]. Outre la violation de la constitution, qui fera l’objet, en 1967, d’une enquête parlementaire sans réelles conséquences, cet apport financier américain consolide, avec l’appui de la CIA, la dictature au Brésil [+] NoteRoméro da Costa Machado, Afundação Roberto Marinho, Tchê, Porto Alegre, 1988.X [51]. La collaboration de Globo avec le régime militaire – dont la chaîne est le porte parole – est également édifiante : les analyses politiques disparaissent, les analyses économiques vantent le « Grand Brésil » et le miracle économique. En 1972, alors que la dictature militaire s’est radicalisée depuis 1968 avec l’Acte Institutionnel n°5, qui confisque les droits élémentaires des citoyensle président Emílio Garrastazu Médici affirme, lors de l’inauguration de la télé couleur, qu’il se sent heureux chaque soir lorsqu’il assiste au JT de Globo, « car le monde est dans un chaos mais le Brésil est en paix[+] Note"Sinto-me feliz todas as noites quando assisto ao noticiário. Porque, no noticiário da TV Globo, o mundo está um caos, mas o Brasil está em paz". Voir: Caio Navarro de Toledo “o culto ao novo heroi e os novos simbolismos” in Revista Espaço Academico, n°28, sept. 2003: X [52] ». 
En 1982, le public brésilien découvre un visage peu reluisant de la chaîne lorsque Rede Globo tente d’empêcher la victoire de Leonel Brizola (PDT[+] NotePartido Democratico Trabalhista (Parti Démocratique Travailliste)X [53]), l’adversaire du candidat du parti de la dictature, au poste de gouverneur de Rio en désinformant ses téléspectateurs et en relayant une tentative de fraude électorale [+] NoteCette affaire a été appelée l’Affaire Proconsult (Caso Proconsult) un système de dépouillement électronique comptabilisait les votes nuls ou blancs au bénéfice du candidat du PDS (ancien parti Arena de la dictature) et adversaire de Brizola. TV Globo présentait les résultats du dépouillement en donnant plus de poids aux votes pour l’adversaire en tentant d’annuler la différence entre les candidats. Voir à ce sujet le texte de Luiz Egypto. X [54]. Brizola a obtenu, plus de 10 ans après, le 25 mars 1994, un droit de réponse de la chaîne qui, tout au long de son mandat de gouverneur, n'a cessé de le mettre en cause : « Tout chez Globo est tendancieux et manipulation [+] Note« Tudo na Globo é tendencioso e manipulado » voir lien vidéoX [55]» dit-il dans son texte lu à l’antenne par le journaliste maison, Cid Moreira [+] NoteSource : Folha de São Paulo 7/8/2003 cité dans midiaindependente.orgX [56] (voir lien vidéo).
En 1984, alors que des manifestations populaires s’élèvent partout dans le pays pour exiger le suffrage universel pour les élections présidentielles (Diretas Já), Rede Globo ignore complètement l’événement et décide de ne pas le couvrir. Dans les rues le peuple scande : « le peuple n’est pas idiot, à bas la TV Globo ![+] Note« Abaixo a rede globo, o povo nao é bobo »X [57] ». Globo appuie la candidature de Tancredo Neves (PMDB) qui est élu mais qui meurt avant d’entrer en fonction. Le vice-président, José Sarney, devient alors président et soigne ses liens avec le groupe en acceptant comme ministre des télécommunications la proposition de Globo : Antonio Carlos Magalhães. En 1989, lors d’un débat télévisé opposant les candidats à la présidence, Collor et Lula, le traitement avantageux à Collor dans un résumé propagandiste proposé par la chaîne montre clairement qu’il est le candidat du groupe [+] NoteDeux débats ont été organisés. Lors du premier, Lula avait fait une bonne impression. Le second, a été organisé trois jours avant l’élection. Ce dernier a fait l’objet d’une diffusion en différé, monté et résumé en 6 minutes par Globo et a obtenu 64% de part d’audience. Lors de ce résumé présenté par la chaîne, Collor a bénéficié d’une minute et douze seconde de temps de parole en plus de son adversaire. A la fin du débat, le journaliste présentait les résultats d’un sondage d’opinion favorable à Collor. Voir à ce sujet le blog de Gina CaninanaX [58]. Cette même année, dans son édition du 19 juin, le Jornal do Brasil est explicite : « La TV Globo est le plus grand parti politique du Brésil et devrait être enregistrée en tant que PRG : Parti Rede Globo[+] Note« a TV globo é o maior partido político do Brasil e deveria pedir seu registro como PRG – Partido da Rede Globo»X [59] ». A partir de 1992 alors que tout le Brésil réclame la destitution de Collor pour corruption, le groupe Globo, qui au départ tente d’occulter les faits de corruptions reprochés au président, le laisse finalement tomber. Le vice-président Itamar Franco assume la présidence en attendant de nouvelles élections. En 1994 et 1998, le groupe Globo apporte clairement son soutien à Fernando Henrique Cardoso, le nouvel adversaire de Lula. L’actuel président, Luiz Inácio Lula da Silva, adversaire de la chaîne durant de longues années [+] NoteVoir son entretien dans le documentaire Beyond Citizen Kane (Hartog, 1993)X [60], a décrété trois jours de deuil national lors de la mort de Roberto Marinho, fondateur de la chaîne Globo, et a déclaré son immense tristesse face à la perte de cet homme « qui a passé sa vie à croire au Brésil »[+][61].
 
Le documentaire Beyond Citizen Kane (Muito Além do cidadão Kane) de Simon Hartog(1993), dont les droits de diffusions ont été achetés par Rede Record en 2009 [+] NoteVoir à ce sujet cet article X [62], explicite, au travers de divers témoignages y compris de personnalités comme Chico Buarque de Holanda ou Lula, les liens entre le groupe et la politique. Ce documentaire, largement diffusé dans les universités brésiliennes, est visible, malgré la médiocre qualité des images, sur Internet, en quatre parties:
 
Partie 1
Partie 2


Partie 3

Partie 4
Revenir au sommaire

Conclusion : un conglomérat médiatique qui questionne la démocratie

Rede Globo fait partie intégrante d’une réalité politique et sociale nationale qu’elle contribue à créer en couvrant 98,44 % du territoire national, soit 99,50 % de la population brésilienne. Avec ses 2500 heures annuelles de telenovelas et plus de 1800 heures de télé journalisme, Rede Globo est le secteur audiovisuel le plus important en termes d’emploi pour les artistes, auteurs, comédiens, scénaristes, journalistes, producteurs et techniciens. Innovante en termes de contenus et de formats, son influence esthétique a dépassé les frontières brésiliennes et impulsé de nouvelles formes de créations locales. La réactivité du groupe Globo lui permet de faire face aux changements technologiques qui engendrent de nouveaux modes de consommation multimédia et de maintenir sa position de leader.

Néanmoins, si le groupe Globo a incarné la toute puissance médiatique jusqu’au milieu des années 80, les décennies qui ont suivi ont fait émerger des principes de réalités économiques et sociologiques qui ont quelque peu compromis les anciennes marges de manœuvre du groupe [+] NoteA tire d’exemple, Globo a demandé en 2007 une audience au gouvernement fédéral de Sao Paulo pour tenter d’empêcher l’inauguration de la chaîne d’information de sa concurrente RecordNews en invoquant des irrégularités. Malgré l’audience obtenue avec le ministre des communications et diverses protestations, le président Lula a inauguré RecordNews. X [63]. La dévaluation de la monnaie brésilienne au début des années 2000 a fait que la croissance du groupe a stagné, et multiplié sa dette dont le rééquilibrage [+] NoteEn 2001 le groupe accuse un déficit de 550 millions de dollars, en 2002 le bilan financier de Organizaçoes Globo révèle une dette de 2,63 milliards de dollars . A partir de 2003 la dette est renégociée avec des fonds d’investissements américains. Source : Sergio Denicoli dos Santos A TV Globo e os fluxos de comunicação, Universidade Federal de Fluminense, 2005, Biblioteca on line.X [64] a été en partie assuré par un amendement autorisant l’entrée de capital étranger dans les medias brésilien [+] NoteAmendement constitutionnel n°36/2002 -222 qui permet que 30% des capitaux investis soit étrangers. Voir texte de loiX [65]. La baisse des audiences de la Rede Globo est un autre point qui préoccupe le groupe qui, officiellement, minimise les résultats des enquêtes d’audience en rappelant que TV Globo obtient les scores dont les moyennes annuelles restent les plus élevées de la télévision brésilienne dans un contexte de baisse générale de l’audience des chaînes hertziennes. Néanmoins cette relative désaffection du public pour les programmes Globo qui ont fait le succès de la chaîne se trouve corrélée avec une remise en question, voire une certaine dégradation de l’image de la chaîne auprès du public. Cette image altérée de Globo, largement alimentée par la concurrence, transparaît dans différents mouvements sociaux [+] NoteVoir par exemple Le Forum National Pour la Démocratisation de la Communication (FNDC)X [66] qui interpellent la société civile. Au delà de l’influence politique du plus grand conglomérat médiatique du Brésil, c’est de l’influence sociale du groupe Globo qu’il s’agit et plus largement des limites nécessaires à la concentration des pouvoirs médiatiques dans une démocratie.
 
Depuis des années, des voix s’élèvent au Brésil et ailleurs pour interpeller les pouvoirs publics sur les dangers de la concentration des entreprises de médias [+] NoteComme en Europe et aux Etats-Unis. Voir http://wsispapers.choike.org/papers/fra/gustavo_omc_smsi_unesco_fr.pdfX [67] qui empêche l’accès à la diversité des sources et des points de vues. La concentration médiatique, détenue par quelques groupes influents qui possèdent au final les mêmes objectifs voire la même vision idéologique du monde, génère une l’homogénéisation des medias qui compromettent l’exercice démocratique, qui ne peut réellement exister que dans le cadre d’une législation plus stricte en matière de concentration, et plus attentive au développement du pluralisme, de la diversité et du choix offerts aux consommateurs. Internet est bien sûr une alternative et un instrument de démocratisation de l’information mais il convient de souligner que ce moyen d’information et de communication n’est réservé, au Brésil, qu’à 34,8 % [+] NoteSource: Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística (IBGE) données 2008.X [68] de la population.

 
Organizaçoes Globo
 
 
Comunicações Globo e Participações S.A.
 
 
 
 
 
Fondée le 29 juin 1925
 
Fondateur :
 
Irineu Marinho
Président :
 
Irineu Roberto Marinho
Vice-président :
 
João Roberto Marinho
EBIT (bénéfices avant intérêts et impôts) :
 
647 millions d’euros (1,527 milliards reais)
 
Revenus 2009 :
3,555 milliards d’euros (8,386 milliards de reais)
 


En bref et en chiffres 














Revenir au sommaire

Références

Sérgio CAPARELLI, Venício LIMA, Comunicação e televisão: desafios da pós-globalização. São Paulo: Hacker, 2004.
 
André Piero GATTI,. Distribuição e Exibição na Indústria Cinematográfica Brasileira (1993-2003). Doctorat - Universidade Estadual de Campinas, Campinas, 2005.  
 
GODOI, Guilherme Canela de Souza. Comunicações no Brasil: complexidade, regulação e conexões com a democracia. Brasília, Rio de Janeiro: 2004.
 
Wilson GOMES, “Propaganda política, ética e democracia”. In H. MATOS (Org.), Mídia, eleições e democracia, São Paulo: Scritta, 1994.
 
Venício A. de. LIMA, Mídia: Crise política e poder no Brasil. São Paulo: Editora Fundação Perseu Abramo, 2006.
 
Silvia BORELLI, Gabriel PRIOLLI et Eliana MALTA (orgs.) A deusa ferida. Por que a Rede Globo não é mais a campeã absoluta de audiência, São Paulo: Summus, 2000.

Guilherme Jorge REZENDE, Telejornalismo no Brasil, um perfil editorial. São Paulo: Summus, 2000.
 
Erika THOMAS, Les telenovelas entre fiction et réalité, Paris, L'Harmattan, coll. Audiovisuels et Communication, 2003.
 
Erika THOMAS, « Voyage au pays des ancêtres, les telenovelas brésiliennes au Portugal » in Les médias en Europe, influences interculturelles, Temps des Médias, Revue d’Histoire n°11, édition SPHM, 2009.
 
Nuno COIMBRA MESQUITA Mídia e democracia no Brasil: Jornal Nacional, crise política e confiançanas instituições, Thèse de doctorat, USP 2008.
 
Eliane REGINA MUNHÓZ A rede Globo de televisão no território brasileiro através do sistema de emissoras afiliadas, Memoire de recherche, USP 2009.

Articles et recherches en ligne:

Valério Cruz BRITTOS, César Ricardo SIQUEIRA BOLAÑO (Orgs.) Rede Globo: 40 anos de poder e hegemonia. São Paulo: Paulus, 2005. 
 
Fracisco Claudio CORREA MEYER SANT’ANNA, Media de source, un nouvel acteur sur la scène journalistique brésilienne, Thèse de doctorat Rennes 1, 2007.  
 
conglomerados de comunicação no Brasil, Mémoire de recherche, Brasilia, 2009.
 
 
Fabiana RODRIGUES, Globo : concentrada e internacionalizada in Razon y Palabra, 15 avril 2010, ISSN 1605 4806.
 
Rogério CHRISTOFOLETTI, “Dez impasses para uma efetiva crítica de mídia no Brasil” in Sala de prensa, n°63, janvier 2004, année V, vol.2.
 
 
 

Revenir au sommaire
  • 1. Avec Televisa (Mexique) Cisneros (Venezuela), et Clarín (Argentine).
  • 2. Première entreprise de chaînes privées du Brésil via satellite et système digital DTH (Direct to Home)
  • 3. La plus importante entreprise multiservices de télécommunication via cable d’Amérique Latine.
  • 4. [1]James Gorgen, Sistema Central de Mídia: proposta de um modelo sobre os conglomerados de comunicação no Brasil, Mémoire de Master, Universidade Federal, Rio Grande do Sul, Porto Alegre, 2009. Consultable sur: http://www.planejamento.gov.br/secretarias/upload/Arquivos/seges/EPPGG/producaoAcademica/Dissertacao_JAMESGORGEN.pdf
  • 5. Qui possède quatre magazines mensuels des cinq les plus vendus dans le pays.
  • 6. Ibope septembre 2009 cité : Analise Comunicação Rio de Janeiro
  • 7. Voir l’article de Fabiana Rodrigues “Globo : concentrada e internacionalizada” in Razon y Palabra, 15 avril 2010, ISSN 1605 4806.
  • 8. Voir Ruth Viana, note de lecture: “O globo, Jornal Nacional” Revista Jornalismo Brasileiro.
  • 9. Contraction de « Projeto Jacarepaguá », voir article en français.
  • 10. Memoria Globo
  • 11. Memoria Globo
  • 12. Voir Erika THOMAS, « Voyage au pays des ancêtres, les telenovelas brésiliennes au Portugal » (2009) in Les médias en Europe, influences interculturelles, Temps des Médias, Revue d’Histoire n°11, édition SPHM.
  • 13. Source
  • 14.
  • 15.
  • 16. Système de diffusion de télévision Microwave Multipoint Distribution System.
  • 17. Direct to Home (diffusion via satellite).
  • 18. James Gorgen, Sistema Central de Mídia: proposta de um modelo sobre os conglomerados de comunicação no Brasil.
  • 19. Il est à noter, comme le précise Gorgen (op.cit), que le conglomérat a restreint depuis quelques années son parc d’informations chiffrées aux investisseurs de sorte que même l’organisme gouvernemental Commission des Valeurs Mobilières (CVM) chargé de présenter les bilans financiers de diverses entreprises brésiliennes ne présente plus de données financières concernant le conglomérat médiatique Organizaçoes Globo. De ce fait, les seules données accessibles sont celles fournies par le conglomérat.
  • 20. Midia dados Brasil 2009.
  • 21. Données du Projeto Inter-Meios calculant l’investissement publicitaire dans les médias brésiliens 2010.
  • 22. Jornal O Estado de Sao Paulo, Sem Intervalo, 25 mars 2010, cité dans Abril.com.
  • 23. Rede Globo veicula mais de 16 milhões de comerciais por ano entretien avec le directeur commercial de Globo, Wlly Haas, 19/04/2009.
  • 24. Rapport bilan financier mars 2010.
  • 25. REZENDE, Guilherme Jorge, Telejornalismo no Brasil, um perfil editorial. São Paulo: Summus, 2000.
  • 26. Ricardo Feltrin, UOL Noticias, 8/12/2009
  • 27. Le site Globo.com est en 6° position des portails brésiliens avec 21,7 millions de visiteurs par mois derrière Google, MSN, UOL, IG et Terra et le 4eme si on ne considère que le portail d’information derrière UOL, IG et terra. (Source : Ibope 26 /11/2009).
  • 28. Midia Dados 2009.
  • 29. Le groupe Globo n'est pas présent de façon systématiquement majoritaire dans tous les médias mais c'est le groupe qui est quand même le plus puissant de tous ces groupes car il est partout présent (presse, radio, télé, cinéma etc..) de façon toujours significative. Voir à ce sujet Rogério Christofoletti, “Dez impasses para uma efetiva crítica de mídia no Brasil” in Sala de prensa, n°63, janvier 2004, année V, vol.2.
  • 30. Viennent ensuite le groupe Silvio Santos (la famille Abravanel), Les Frias, le groupe Saad et enfin les Mesquita.. Ces quatre derniers groupes possèdent néanmoins une part importante du contrôle médiatique : le groupe Abravanel possède la chaîne SBT[2] ; Les Frias possèdent le journal le plus lu du pays (Folha de São Paulo) ainsi qu’un institut de sondage (Datafolha), d’autres journaux, des investissements dans le portail Internet le plus important du Brésil (UOL), une agence de presse (Agencia Folha) et, en partenariat avec Globo, le journal économique le plus influent du Brésil (Valor Econômico) ; le groupe Saad possède la chaîne Rede Bandeirantes ainsi que des radios AM et FM ; Les Mesquita sont les propriétaires du deuxième quotidien le plus lu du pays (O estado de São Paulo) d’autres journaux et d’autres stations FM ainsi que d’une agence de presse et d’une station télé dans l’Etat du Maranhão.
  • 31. Rapport bilan financier mars 2010. Voir également Fabiana Rodrigues, GLOBO: CONCENTRADA E INTERNACIONALIZADA in Razon y Palabra, Número 64, 29 avril 2010.
  • 32. IVC Instituto Verificador de Circulação 2009
  • 33. Bilan financier présenté en mars 2010
  • 34. Midia dados 2009.
  • 35. Selon la chaîne Globo, le journal O Globo et Folha de São Paulo, Edir Macedo et d’autres membres de l’Eglise Universelle sont actuellement mis en examen pour blanchiment d’argent et bande organisée : l’argent des fidèles ayant servi a acheter diverses entreprises comme Rede Record et Radio Record. Pour toute réponse la chaîne Record a diffusé une critique de la politique du groupe organizaçoes globo en rappelant le lien de la chaîne avec la dictature, son influence politique, la protestation du peuple vis-à-vis de la chaîne lors des élections de 1989 et des extraits du documentaire de Simon Hartog, réalisé en 1993, Muito alem citadão kane, qui raconte la sombre histoire des liens politiques et de l’influence de TV Globo. Rede Record accuse également le ministère public de fournir au groupe Globo des informations confidentielles s et en cours d instructions. Voir vidéos.
  • 36. A titre d’exemple, dans son journal datant de septembre 2009, Folha Universal, le groupe Record dénonce les coulisses politiques de la construction de Projac (studios Globo des telenovelas) ayant fait l’objet d’une polémique et ayant conduit Globo Organizaçoes à répondre en 2009 à une Commission Parlementaire d’Enquête (CPI) au sujet d’un empreint de 38 millions de reais à taux défiant toute concurrence aux caisses de l’Etat (Caixa Econômica Federal) sous la présidence de José Sarney.
  • 37. Voir les succès d’audience à l’étranger entre les années 70 et la fin des années 90.
  • 38. Voir Erika THOMAS, op.cit.
  • 39. L’audience des telenovelas brésiliennes au Portugal est ainsi passée de 35% de part de marché dans les années 70 à environ 10% aujourd’hui. (Source )
  • 40. Voir en particulier: Daniel Herz , A história secreta da Rede Globo Tchê, Porto Alegre, 1987, qui en est à sa 14e édition et qui a inspiré le documentaire britannique toujours interdit de diffusion sur les chaînes brésiliennes Beyond Citizen Kane (Muito alem do Cidadão Kane) de Simon Hartog en 1993, Un autre ouvrage, plus récent, reprend et élargit la question des liens entre le groupe et la dictature: Aloysio Castelo de Carvalho, Rede da Democracia: “O Globo”, “O Jornal” e o “Jornal do Brasil” na queda do governo Goulart (1961-64), Nitpress e Editora UFF, Rio de Janeiro, 2010.
  • 41. Les élections présidentielles auront lieu le 3 octobre 2010.
  • 42. Selon le spécialiste des médias Laurindo Leal Filho, Globo mais également les quotidiens Folha de São Paulo et Estado de São Paulo font très clairement campagne pour le candidat de l’opposition, José Serra. (Source)
  • 43. Partido da Social Democracia Brasileira (Parti de la Sociale Démocratie du Brésil)
  • 44. “O Brasil pode mais”
  • 45. “Todos queremos mais. Educação, saúde e, claro, amor e paz. Brasil? Muito mais”
  • 46. José Leite Pereira, Jornal de Noticias 25 avril 2010
  • 47. Affirmation mise en doute par certains journalistes
  • 48. Central Globo de Comunicaçoes, 18/04/2010
  • 49. Seule chaîne à critiquer le coup d’Etat, Excelsior perdra sa concession de diffusion en 1970 et Tupi en 1980.
  • 50. Daniel Herz op.cit.
  • 51. Roméro da Costa Machado, Afundação Roberto Marinho, Tchê, Porto Alegre, 1988.
  • 52. "Sinto-me feliz todas as noites quando assisto ao noticiário. Porque, no noticiário da TV Globo, o mundo está um caos, mas o Brasil está em paz". Voir: Caio Navarro de Toledo “o culto ao novo heroi e os novos simbolismos” in Revista Espaço Academico, n°28, sept. 2003:
  • 53. Partido Democratico Trabalhista (Parti Démocratique Travailliste)
  • 54. Cette affaire a été appelée l’Affaire Proconsult (Caso Proconsult) un système de dépouillement électronique comptabilisait les votes nuls ou blancs au bénéfice du candidat du PDS (ancien parti Arena de la dictature) et adversaire de Brizola. TV Globo présentait les résultats du dépouillement en donnant plus de poids aux votes pour l’adversaire en tentant d’annuler la différence entre les candidats. Voir à ce sujet le texte de Luiz Egypto.
  • 55. « Tudo na Globo é tendencioso e manipulado » voir lien vidéo
  • 56. Source : Folha de São Paulo 7/8/2003 cité dans midiaindependente.org
  • 57. « Abaixo a rede globo, o povo nao é bobo »
  • 58. Deux débats ont été organisés. Lors du premier, Lula avait fait une bonne impression. Le second, a été organisé trois jours avant l’élection. Ce dernier a fait l’objet d’une diffusion en différé, monté et résumé en 6 minutes par Globo et a obtenu 64% de part d’audience. Lors de ce résumé présenté par la chaîne, Collor a bénéficié d’une minute et douze seconde de temps de parole en plus de son adversaire. A la fin du débat, le journaliste présentait les résultats d’un sondage d’opinion favorable à Collor. Voir à ce sujet le blog de Gina Caninana
  • 59. « a TV globo é o maior partido político do Brasil e deveria pedir seu registro como PRG – Partido da Rede Globo»
  • 60. Voir son entretien dans le documentaire Beyond Citizen Kane (Hartog, 1993)
  • 61.
  • 62. Voir à ce sujet cet article
  • 63. A tire d’exemple, Globo a demandé en 2007 une audience au gouvernement fédéral de Sao Paulo pour tenter d’empêcher l’inauguration de la chaîne d’information de sa concurrente RecordNews en invoquant des irrégularités. Malgré l’audience obtenue avec le ministre des communications et diverses protestations, le président Lula a inauguré RecordNews.
  • 64. En 2001 le groupe accuse un déficit de 550 millions de dollars, en 2002 le bilan financier de Organizaçoes Globo révèle une dette de 2,63 milliards de dollars . A partir de 2003 la dette est renégociée avec des fonds d’investissements américains. Source : Sergio Denicoli dos Santos A TV Globo e os fluxos de comunicação, Universidade Federal de Fluminense, 2005, Biblioteca on line.
  • 65. Amendement constitutionnel n°36/2002 -222 qui permet que 30% des capitaux investis soit étrangers. Voir texte de loi
  • 66. Voir par exemple Le Forum National Pour la Démocratisation de la Communication (FNDC)
  • 67. Comme en Europe et aux Etats-Unis. Voir http://wsispapers.choike.org/papers/fra/gustavo_omc_smsi_unesco_fr.pdf
  • 68. Source: Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística (IBGE) données 2008.
Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction