L’innovation passe-t-elle par le sport ? | InaGlobal

L’innovation passe-t-elle par le sport ?

Article  par  Jérémie POIROUX  •  Publié le 10.07.2014  •  Mis à jour le 10.07.2014
Barbara Laborde
À l’occasion de la Coupe du Monde de football, Barbara Laborde, maître de conférences à l’Université de la Sorbonne-Nouvelle Paris 3, analyse les technologies innovantes pour le journalisme sportif.

Sommaire

Est-ce une Coupe du Monde fructueuse en termes d’innovations ?

Pour Barbara Laborde, l’innovation majeure de cette Coupe du Monde est la Goal Line Technology utilisée pour la première fois lors du match qui opposait la France au Honduras.  On est dans un système de l’ultra-visibilité.  « Cette technologie montre que la télévision cherche à éliminer les angles morts et que la FIFA se plie à cette volonté. L’arbitrage est complètement rationalisé et perd de sa magie ».


Une Coupe du Monde innovante ? par InaGlobal
Revenir au sommaire

Pour cette Coupe du Monde, les médias ont-ils développé de nouveaux formats et joué la carte de l’interactivité ?

Barbara Laborde estime que les médias n’ont pas tellement innové. « Le second écran était très présent, mais comme pour beaucoup de choses maintenant.
 La télévision a été classique dans ses dispositifs de retransmission.  C’est plus la sphère para-télévisuelle, les grandes enseignes, qui se sont emparées des nouvelles technologies comme la réalité augmentée. »


Des médias innovants ? par InaGlobal
Revenir au sommaire

De manière générale, les journalistes sportifs sont-ils plus prompts à innover ?

Barbara Laborde trouve « les journalistes sportifs très bien outillés ».  Une image mérite toujours d’être interprétée.  Même si ces technologies permettent d’accéder à une certaine forme d’objectivité, « commenter la stratégie d’une équipe ou la beauté d’un but reste quand même le rôle du journaliste sportif ».


Les journalistes sportifs plus innovants ? par InaGlobal
Revenir au sommaire

Dans le sport, il y a cet objectif ultime d’information instantanée. Avons-nous fait un pas de plus avec ce Mondial ?

Pour Barbara Laborde, « un match peut être regardé sur de multiples supports et on s’est rendu compte de désynchronisations importantes qui vont de quelques secondes à quelques dizaines de secondes ».
 Quand on entend les cris du voisin avant d’avoir vu le but, c’est terrible.  Ce qui est beaucoup sur un sport aussi rapide. « Cela dilue la notion même de direct ». Cette Coupe du Monde n’aura donc pas mis fin à la question : «  Sur quel écran suis-je au plus près de l’instant présent ? »


Une information instantanée ? par InaGlobal
Revenir au sommaire
Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction