Jewish News 1, première chaîne d'information internationale « juive » | InaGlobal

Jewish News 1, première chaîne d'information internationale « juive »

Article  par  Kevin PICCIAU  •  Publié le 28.09.2011  •  Mis à jour le 29.09.2011
Interview Jerusalem Est JN1
[ACTUALITÉ] Une  nouvelle chaîne d'information internationale a été lancée officiellement le 21 septembre 2011. Sa particularité : elle se définit comme « chaîne juive » et souhaite devenir un contrepoids à Al Jazeera.
Le 21 septembre 2011 a été lancée la toute première chaîne d'information internationale se définissant comme « juive ». Le nouveau canal, baptisé Jewish News 1 (JN1), entend diffuser en continu des informations relatives au monde juif, sur des questions pouvant être culturelles, économiques ou sociétales, entre autres. Il s'agit également d'offrir une nouvelle lecture de l'actualité mondiale, en privilégiant un point de vue pro-israélien, qui viendrait proposer une alternative aux analyses mises en avant par d'autres chaînes d'information internationales comme la BBC, CNN, Sky News, Fox News ou, plus particulièrement, la version anglaise de la chaîne arabe Al Jazeera. Alexander Zanzer, rédacteur en chef de Jewish News 1, a précisé à la presse qu'il ne s'agissait pas pour autant de mettre en place une « chaîne de propagande », mais simplement de combattre les points de vue biaisés sur la situation au Proche-Orient. Si l'idée est bel et bien de véhiculer une « image positive d'Israël et de la diaspora juive », JN1 ne devrait pas faire l'impasse sur les jugements négatifs que pourraient susciter des décisions du gouvernement de Benjamin Netanyahu, par exemple. La chaîne se veut officiellement libre de tout lien à un parti politique et entend fonctionner selon les principes de la liberté de la presse. Alexander Zanzer a affirmé qu'il s'agirait de « traiter tout sujet digne d'intérêt » et a résumé la ligne éditoriale de JN1 en termes simples : elle est « avant tout une chaîne juive, qui offre des actualités impliquant la communauté juive et qui traite de sujets qui intéressent directement les Juifs ». Le rédacteur en chef  de JN1 a confirmé que, par la force des choses, « une large partie des sujets se [concentrerait] sur Israël ».
 
Le projet Jewish News 1 a bénéficié d'un apport qui se chiffre, à l'heure actuelle, à 5 millions de dollars. Ce soutien financier provient directement des deux propriétaires de la chaîne, Igor Kolomoisky et Vadim Rabinovich, figures incontournables du monde des affaires en Ukraine. Les deux hommes sont connus pour avoir fait fortune dans le gaz et le pétrole. Igor Kolomoisky est l'un des propriétaires de Privat Group, puissant conglomérat en possession de nombreuses entreprises dans le secteur de l'industrie, de plusieurs médias ukrainiens de grande influence et de quelques clubs de sport. Vadim Rabinovich, pour sa part, est présenté avant tout comme le président actuel du club de football Arsenal de Kiev. Il n'est pas surprenant de voir deux magnats des affaires investir dans un projet de nouveau média d'envergure. L'implication dans un projet de média défini comme juif trouve une explication tout aussi simple : les propriétaires de JN1 sont tous deux de confession juive et sont déjà mécènes de nombreuses organisations rattachées à leur communauté religieuse. Par ailleurs, ils occupent respectivement les fonctions de président et vice-président de l'Union juive européenne.

Les sommes investies pour le lancement de Jewish News 1 ont permis d'installer quelques premiers bureaux dans le monde : outre le siège et un studio principal installés à Bruxelles, JN1 dispose d'ores et déjà d'un studio à Tel-Aviv (point d'ancrage en Israël) et d'un autre à Kiev (lieu de résidence des propriétaires de la chaîne). Est prévue l'ouverture, dans les prochains mois, de studios à Washington, à Paris et à Londres. Pour l'heure, seuls douze correspondants, répartis dans six pays, ont été recrutés par la chaîne. Selon la revue en ligne Alliance, qui s'adresse à la communauté juive, l'appartenance à la confession juive n'est pas une condition de recrutement : une des correspondantes de la première équipe serait musulmane d'origine pakistanaise. Pour sa première phase d'existence, JN1 est disponible, via satellite, au Moyen-Orient et en Europe. En Israël, le relais satellite a été confié à l'opérateur de télévision câblée Yes, tandis que la couverture de la zone européenne est assurée par le satellite Astra. L'Amérique du Nord devait également faire partie des zones couvertes au 21 septembre. Quelques retards ont cependant été pris dans les négociations avec les opérateurs câble et satellite américains, selon les déclarations d'Alexander Zanzer au New York Post. Il faudra encore donc attendre quelques semaines, voire quelques mois, pour voir JN1 faire son apparition aux États-Unis. Ce changement de calendrier, de même que la mobilisation de moyens limités pour le lancement de la chaîne (3 bureaux, 12 correspondants), peuvent donner l'impression d'un lancement un peu précipité. Selon le Jerusalem Post, un autre projet de télévision juive, à dimension internationale, était en préparation : Alexander Mashkevich, président du Congrès juif Euro-Asie, avait annoncé en avril 2011, lors de la clôture de la conférence annuelle de United Israel Appeal[+] NoteOrganisation assurant le dialogue entre la communauté juive d'Amérique du Nord et la communauté juive d'Israël.X [1], son projet de compléter le paysage des chaînes d'information internationales avec un canal destiné à combattre les « fausses allégations dont souffre Israël dans les médias » et à valoriser la culture juive. Alexander Mashkevich avait avancé un lancement possible en 2012. Pour le Jerusalem Post, c'est donc une bataille entre oligarques juifs (deux magnats du gaz et du pétrole d'un côté, une fortune du secteur minier – Alexander Mashkevich – de l'autre) qui s'est engagée, Igor Kolomoisky et Vadim Rabinovich ayant préféré prendre les devants en lançant leur chaîne avec des outils de travail limités.

Pour l'instant, il n'est pas possible de visionner JN1 en ligne, sur son site officiel, sur lequel aucun contenu ni aucune information détaillée n'étaient disponibles en date du 28 septembre 2011. La page Facebook de la nouvelle chaîne, qui comptait 658 « like » en date du 28 septembre, propose quant à elle quelques reportages, essentiellement des micro-trottoirs. Une semaine après le lancement, il est encore trop tôt et les éléments sont encore bien trop peu nombreux pour pouvoir émettre un quelconque jugement sur la qualité du travail d'information entrepris par JN1.

Reportage Jewish News 1 :
« Que pensent les habitants de Jérusalem-Est
de la demande de reconnaissance d'un État palestinien ? »

Dans un premier temps, Jewish News 1 sera uniquement diffusée en langue anglaise, mais l'objectif, à moyen terme, est de proposer ses informations en sept autres langues, dont l'hébreu, le français, l'italien, le russe et l'allemand. Les chaînes anglo-saxonnes BBC, CNN, Sky News ou encore Fox News sont mentionnées par les équipes de JN1 comme des modèles à suivre en matière de qualité d'information et de réputation à l'international. Mais c'est la chaîne Al Jazeera English qui est désignée comme le véritable point de référence. D'une part, la version en anglais de la célèbre chaîne de télévision arabe prend la valeur d'exemple : il s'agit d'atteindre la même envergure et le même succès que ce canal originaire du Moyen-Orient, disponible dans plus de cent pays et parti à la conquête du marché américain. D'autre part, il a une portée évidente de contre-exemple : Jewish News 1 a pour objectif précis de proposer un discours alternatif aux affirmations d'al-Jazeera sur les tensions au Proche-Orient.


--
Crédits photos et vidéo : captures d'écran et extrait des reportages Jewish News 1 proposés sur la page Facebook de la chaîne.
  • 1. Organisation assurant le dialogue entre la communauté juive d'Amérique du Nord et la communauté juive d'Israël.
Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction