Discovery tisse sa toile en grand en Europe

Article  par  Kevin PICCIAU  •  Publié le 22.01.2013  •  Mis à jour le 22.01.2013
bâtiment discovery communications
[ACTUALITÉ] Depuis la fin 2012, Discovery n'en finit plus de placer ses pions en Europe : pays du Nord, France, Italie... Le groupe américain joue large mais tactique.
La zone de déploiement est claire, ciblée : depuis la mi-décembre 2012, le groupe américain Discovery enchaîne les incursions dans les médias européens, à force d'alliances et d'acquisitions. La transition 2012-2013 aura ainsi été marquée par trois initiatives de taille, en Europe du Nord, en France et en Italie. 

Il ne s'agit pas là d'une opération de seconde importance : pour son premier mouvement de fin d'année, Discovery a réalisé, en Scandinavie, la plus grosse acquisition de toute son histoire, en rachetant SBS Nordic pour 1,7 milliards de dollars (soit 1,3 milliards d'euros). Le géant américain a ainsi mis la main sur 12 réseaux de télévision et la totalité des stations de radio de l'allemand ProSiebenSat.1 diffusées sur la zone scandinave (en Norvège, Suède, Finlande et au Danemark), soit 19 stations de radio au total. Lors de la conférence de presse annonçant les plans de Discovery en Scandinavie, le dirigeant des chaînes internationales du groupe américain, Mark Hollinger, a rappelé tout l'intérêt d'un ancrage dans les pays scandinaves, ces derniers présentant des marchés télévisés « bien couverts, historiquement solides et stables ». David Zaslav, directeur général du groupe, a pour sa part souligné le grand enjeu stratégique que représente la reprise d'actifs de ProSiebenSat.A, puisqu'il s'agit de la « première incursion importante [de Discovery] dans les contenus cryptés ».

L'autre grande nouveauté, annoncée elle aussi en date du 14 décembre 2012, a depuis été concrétisée et s'est jouée sur le sol français : Discovery a signé ses débuts dans le champ de la télévision sportive, en entrant dans le capital de la chaîne Eurosport, dans le cadre d'une alliance avec son propriétaire, le groupe TF1. Le groupe Discovery – représenté par Discovery Communications – a précisément acquis 20 % de la chaîne, pour la somme de 170 millions d'euros. Le choix d'Eurosport, parmi la palette de chaînes de sport européennes, est loin d'être anodin : si Discovery augmente par ce choix sa présence dans un pays où il était encore assez discret, il mise surtout sur une chaîne réputée pour sa force de diffusion (la chaîne est diffusée dans 59 pays et couvre 130 millions de ménages) et sa « juste conduite ». Mark Hollinger a salué la capacité d'Eurosport à « contrôler ses coûts en se concentrant sur des sports de niche mais populaires régionalement comme le tennis, le ski, le cyclisme ou le patinage ». Le groupe TF1 y trouve aussi son intérêt, puisqu'il peut espérer profiter de la diffusion de Discovery dans 217 pays pour s'ouvrir de nouvelles portes à l'international[+] NoteLa chaîne Eurosport, on le rappelle, est à ce jour disponible dans 59 pays.X [1], en premier lieu les portes du marché américain.

Eurosport n'est cependant qu'une des facettes – la plus mirobolante – de l'accord. Discovery a également obtenu une participation de 20 % dans les chaînes TV Breizh, Histoire, Ushuaïa TV et Stylia, pour 14 millions d'euros. L'alliance de cette nature entre un groupe français et une pointure de l'audiovisuel américaine est un fait inédit et les deux parties annoncent d'ores et déjà de possibles synergies entre leurs chaînes, non seulement en termes de développements, mais aussi sur les contenus. Conformément à une option qui lui a été accordée, Discovery pourra, sous deux ans, porter sa participation dans Eurosport à 51 %, une décision qui serait promesse d'un soutien accru pour la chaîne.

Le passage à la nouvelle année n'a pas ralenti les ambitions européennes de Discovery, puisque l'année 2013 s’est ouverte avec le rachat de 5 chaînes de télévision italiennes, dont quatre chaînes gratuites diffusées sur la TNT et une chaîne payante, toutes appartenant au groupe Switchover Media. Par cette opération, Discovery réussit à se positionner comme le troisième opérateur de télévision en Italie, derrière la Rai, publique, et Mediaset, grand groupe privé, ancienne propriété de Silvio Berlusconi. Le groupe américain était déjà en possession de plusieurs chaînes italiennes, deux gratuites et cinq payantes ; il opère donc un rééquilibrage net de ses actifs italiens, entre public et privé, tout en diversifiant son porte-feuille de chaînes.

Pour l'heure, aucune nouvelle étape de consolidation sur le Vieux Continent n'est prévue pour Discovery. Néanmoins, avec sa triple avancée, le groupe américain a d'ores et déjà gagné la place de plus grand programmeur de télévision au monde, et confirme son rang d’acteur audiovisuel majeur sur le plan international.

--
Crédits photo : Bâtiment Discovery Communications, ipodman715 / flickr
  • 1. La chaîne Eurosport, on le rappelle, est à ce jour disponible dans 59 pays.
Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction