Attentats du 13 novembre : la saturation des écrans TV

Article  par  Clément MALHERBE  •  Publié le 07.11.2016  •  Mis à jour le 07.11.2016
Hommage victimes attentat du 13 novembre
À l’occasion du triste anniversaire des attentats terroristes qui ont endeuillé Paris, l’Ina se penche sur le traitement médiatique des événements par les chaînes de TV historiques.

Sommaire

Cette courte étude dresse un bilan de la couverture médiatique accordée par les chaînes hertziennes historiques (TF1, France 2, France 3, France 5, Canal+, M6 et Arte) aux attentats de Paris du 13 novembre 2015 sur la semaine qui a suivi les événements (du 14/11/2015 au 20/11/2015). Elle comptabilise la part d’antenne accordée aux attentats en fonction des genres de programmes et analyse les bouleversements de grilles opérés par les chaînes, pour couvrir au plus près les événements. L’étude analyse également le profil des personnalités invitées sur les plateaux pour parler des attaques terroristes, ainsi que le type de traitement journalistique choisi par les différentes chaînes.

14 % du temps d’antenne consacré aux attentats

 Les chaînes historiques ont programmé au total 163 heures de programmes sur les événements  Au cours de la semaine qui a suivi les attentats de Paris du 13 novembre 2015, soit entre le samedi 14 et le vendredi 20 novembre, les chaînes historiques ont programmé au total 163 heures de programmes sur les événements[+] NoteNe sont comptabilisées dans ce total que les programmes ayant fait intervenir des participants en plateaux ou en duplex dans les JT, émissions spéciales d’information, talk-show, magazines, interview politiques, déclarations politiques et hors documentaires et fictions. Ces programmes représentent toutefois la grande majorité des programmes ayant traité des attentats terroristes de Paris sur cette période d’étude. X [1]. France 2 est la chaîne qui en a parlé le plus à chaud, avec 45 heures consacrées aux attentats. Elle est suivie d’assez loin par TF1, France 5, et Canal+, avec des volumes respectifs de 28 heures, 26 heures et 24 heures dédiées aux attaques terroristes. M6 et France 3 viennent ensuite, avec chacune 17 heures et 16 heures de programmes. Arte arrive en dernière position, avec 7 heures de programmes consacrées aux attentats.


Toutes chaînes confondues, les programmes dédiés aux attaques de Paris représentent en moyenne 14 % de la durée d’antenne totale des chaînes sur la semaine du 14/11 au 20/11. Cette part est toutefois variable selon les diffuseurs. Les attentats représentent ainsi plus d’un quart (27 %) du volume de grille de France 2 sur la période, 17 % de celui de TF1 tandis que les autres chaînes y consacrent en moyenne entre 10 % et 15 % de leur temps d’antenne. En proportion, Arte est la chaîne qui en parle le moins sur la période considérée, avec seulement 4 % de son volume de diffusion.



Revenir au sommaire

46 heures d’éditions spéciales

En termes de genres télévisuels, c’est naturellement le journal qui a le plus relayé les attentats (57 heures au total toutes chaînes confondues). Le poids du JT dans les programmes de M6 consacrés aux événements atteint par exemple 84 % de la durée d’antenne sur la semaine analysée. Pour France 3, cette part est en moyenne de 58 %. Néanmoins, la plupart des chaînes (à l’exception de France 5, M6 et Arte), ont bouleversé leurs grilles, en diffusant à la place de leurs programmes habituels des émissions spéciales d’information sur les attaques terroristes. Ces émissions totalisent près de 46 heures sur la semaine post-attentats. Le poids de ces éditions spéciales représente notamment la moitié du volume de grille de TF1 (contre 41 % pour les JT) et 41 % de celui de France 2, dépassant également la part des JT (33 %). L’absence d’émissions spéciales d’information sur M6 est compensée par le poids très important accordé aux journaux (84 %), quasi intégralement du midi. France 5 se distingue par une couverture de l’événement axée essentiellement sur le magazine (75 % du volume), tandis que Canal+ et Arte privilégient leurs talk-shows d’information (environ 50 % de leur temps d’antenne).


Tout au long de la semaine qui a suivi les attentats, les chaînes historiques ont en effet chamboulé leurs antennes avec des éditions spéciales d’info sur les attentats. France 2 est la chaîne qui a en programmé le plus, avec près de 19 heures sur la semaine, devançant TF1 (14 heures). France 3 et Canal+ ont quant à elles programmé chacune 6 heures d’émissions spéciales d’information sur les attentats de Paris.

Ces émissions, durant souvent plusieurs heures, ont fait intervenir de nombreux experts,  hommes politiques et journalistes, invités tour à tour à commenter et débattre autour des attaques terroristes. Dès le vendredi 13 au soir, TF1 a été la première chaîne à interrompre ses programmes pour couvrir l’événement, suivie peu de temps après par France 2 et France 3, qui ont toutes deux fait venir sur leurs plateaux Christophe Caupenne, ancien membre du RAID. Le lendemain des attaques, France 2 a consacré une édition spéciale attentats de plus de 7 heures, contre 3h22 pour France 3 et près de 3 heures pour TF1. France 3 est la seule chaîne à avoir traité des attentats le dimanche 15. À partir du lundi 16, marqué notamment par le Congrès extraordinaire à Versailles, les quatre chaînes ont programmé des éditions spéciales. France 2 et TF1 ont diffusé une nouvelle journée spéciale attentats le 18 novembre, à l’occasion de l’assaut de Saint-Denis, avec un temps de direct record (respectivement 7h51 et 5h20). Canal+ est la seule chaîne à avoir programmé des éditions spéciales sur le déroulement des attaques terroristes pendant cinq jours consécutifs, au sein de sa tranche de mi-journée.


Après les JT et les émissions spéciales d’info, le magazine est le genre qui a le plus traité des attentats de Paris (31 heures au total sur la semaine). Mise à part France 3, toutes les chaînes ont proposé des éditions spéciales de leurs magazines après les attentats. Les chaînes privées ont principalement mis en avant leurs magazines d’actualité hebdomadaires pour couvrir les attentats (Sept à huit, 66 minutes, l’Effet papillon), qui totalisent 10 heures de programmes sur la période. Les événements ont également été traités sous l’angle de l’investigation par France 2 et M6, avec des éditions spéciales d’Envoyé Spécial et Enquête exclusive. France 5 est la chaîne qui a abordé le traitement des événements avec la plus grande diversité thématique au travers de son offre de magazines, que ce soit d’actualité (C dans l’air), de débat politique (C Politique), familial (Les Maternelles), de santé (Le Magazine de la santé) ou encore littéraire (La Grande Librairie).


De même, les talk-shows ont consacré des éditions spéciales au cours des jours qui ont suivi les attentats de Paris (plus de 21 heures au total sur la période). Il faut citer par exemple les programmes quotidiens d’avant-soirée comme Le Grand Journal de Canal+, C à vous et 28 minutes ou de deuxième partie de soirée à l’instar de On n’est pas couché et Ce soir (ou jamais !).

Quel que soit le genre considéré (journal, magazine ou talk-show), l’urgence et le caractère exceptionnel des attaques terroristes se sont non seulement traduits par des changements dans les choix de programmation opérés par les diffuseurs, mais également par une augmentation de la durée d’antenne des programmes pour les émissions spéciales. En effet, presque tous les programmes consacrés aux événements ont vus leur durée unitaire passer de 60 min en moyenne à plusieurs heures parfois, en fonction de l’actualité.


Au cours de la semaine du 14 au 20 novembre 2015, hors éditions spéciales d’information, les programmes qui ont le plus parlé des attaques terroristes de Paris sont essentiellement les JT, avec en tête Le 12:45 (près de 9h) et Le 20 heures (8h24). Le Grand Journal arrive en troisième position, avec 8h18 consacrées aux attentats. LE 20H de TF1 y alloue quant à lui 6h45. En ce qui concerne les seuls JT du midi, ceux-ci ont accordé un temps d’antenne significatif aux attentats (6h28 pour Le 13 heures de France 2 et 4h44 pour LE 13H de TF1), tout comme les magazines quotidiens de France 5, tels que C dans l’air (6h34), Les Maternelles (4h42) et Le Magazine de la Santé (4h29).

Revenir au sommaire

Des JT quasi exclusivement consacrés aux attentats



Durant la semaine suivant les attentats, les journaux du soir des chaînes historiques ont consacré la quasi-intégralité (94 %) de leurs séquences aux événements. Canal+ et France 3 sont les chaînes qui en ont réalisé le plus en proportion, avec respectivement 99 % et 96 % de leur offre de sujets. La part des sujets dédiés aux attentats de Paris sur l’offre globale des JT des autres chaînes se situe entre 91 % et 93 %, soit à un niveau extrêmement élevé. Les rares autres sujets traités dans les JT (souvent en fin d’édition) ont porté essentiellement sur l’accident d’un TGV en Alsace et sur un autre attentat, celui du Radisson Blu de 
Bamako au Mali, survenu le 20 novembre…


Nous nous sommes intéressés ensuite au type de traitement journalistique retenu par les chaînes historiques pour traiter des attentats de Paris dans leurs JT du soir. Toutes chaînes confondues, c’est en toute logique le reportage qui domine avec plus de la moitié (53 %) du nombre de sujets sur les attentats. Il est suivi à quasi égalité par les plateaux extérieurs/duplex (18 %) et les brèves (17 %). Les plateaux d’analyse et ceux avec des invités sont plus minoritaires, avec respectivement 6 % et 5 % de l’offre totale de sujets sur la période.

Des différences de traitement apparaissent néanmoins selon les chaînes. Ainsi, Le 20 heures de France 2 accorde par exemple une part plus importante que les autres aux invités en plateaux (11 % de son offre de séquences) et à l’analyse (10 %). LE 20H de TF1 de son côté privilégie surtout les reportages (60 % du nombre de séquences), et dans une moindre mesure les duplex (15 %) et plateaux analyse/invités (14 % en cumulé). Le JT de Canal+ alloue une place significative aux brèves images (44 % de son offre de sujets), ainsi qu’aux plateaux extérieurs (22 %). Le type de dispositif utilisé par Le 19:45 de M6 est relativement proche de celui du 20 heures, avec en revanche une très faible part d’invités (3 %). Enfin, Arte Journal a couvert les attentats en majorité au travers de reportages (63 %) et séquences tout images (21 %).

Revenir au sommaire

Des centaines d’intervenants pour analyser l’événement


Durant la semaine qui a suivi les attentats, les chaînes hertziennes historiques ont donc convié sur leurs antennes de nombreuses personnalités et spécialistes pour réagir sur l’actualité, la commenter et tenter de décrypter les événements. France 2 est celle qui en a invité le plus grand nombre (278 sur la période), loin devant TF1 (196 invités). La plupart de ces invités ont fait moins de 10 passages sur les chaînes pendant la semaine post-attentats.

Concernant les hommes politiques invités dans les émissions pour s’exprimer sur les attentats, que ce soit en plateaux ou en duplex, on retrouve logiquement en tête François Hollande (52 passages), suivi par Bernard Cazeneuve (38 passages) et Manuel Valls (31 passages), qui devance Nicolas Sarkozy (25 passages). Les témoignages des chefs d’États étrangers ont été beaucoup relayés, à l’instar de Barack Obama (16 passages) et Angela Merkel (15 passages). Si l’on regarde maintenant les 20 personnnalités politiques les plus invitées, le PS arrive en première position en nombre de passages TV sur la période étudiée, devant Les Républicains et le Front National.

 En dehors des personnalités politiques, la personnalité la plus présente sur les chaînes généralistes est François Molins, magistrat et procureur de la République de Paris  En dehors des personnalités politiques, la personnalité la plus présente sur les chaînes généralistes est François Molins, magistrat et procureur de la République de Paris. Il comptabilise en tout 31 passages sur la semaine d’étude. Julien Pearce, journaliste d’Europe 1 et rescapé du Bataclan arrive en deuxième place du classement des invités, avec 14 passages. Suivent ensuite divers experts en terrorisme (Jean-Charles Brisard, Marc Goya), professionnels de la police (Christophe Caupenne) et de la justice (Marc Trévidic), psychologues (Hélène Romano) ou encore des journalistes spécialisés (Claude Moniquet, Mohamed Sifaoui).

Revenir au sommaire

À propos de cette étude

Les résultats publiés dans le cadre de cette étude ont été obtenus à partir des bases de données de la télévision, constituées par l’Ina dans le cadre de sa mission de dépôt légal. La classification des invités selon leur profession s’est appuyée sur l’analyse du thésaurus Ina.

Cette étude a été menée conjointement à l’Ina par Gautier Poupeau, architecte de données à la DSI, Dominique Fackler, responsable du traitement documentaire à la Direction déléguée aux Collections et Clément Malherbe, chef de projet au service Expertise, conseil et études de la DDEFC (Direction déléguée à l'Enseignement, la Formation et au Conseil). 

--
Crédit photo :
Des documents couverts de cire. Archives municipales de Toulouse / Flickr. Licence CC BY SA 2.0

Revenir au sommaire
  • 1. Ne sont comptabilisées dans ce total que les programmes ayant fait intervenir des participants en plateaux ou en duplex dans les JT, émissions spéciales d’information, talk-show, magazines, interview politiques, déclarations politiques et hors documentaires et fictions. Ces programmes représentent toutefois la grande majorité des programmes ayant traité des attentats terroristes de Paris sur cette période d’étude.
Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction