Les journalistes cubains s’organisent dans un pays sans réseau

Lu sur le web  par  William DEMUYTER  •  Publié le  29.09.2016  •  Mis à jour le 29.09.2016
À Cuba, les journalistes doivent pratiquer leur métier en dépit du sous-développement du réseau internet : d’après les estimations, entre 5 et 27 % de la population seulement y ont accès. De plus, celui-ci est étroitement surveillé par l’État. Pour communiquer leurs informations, les journalistes utilisent un réseau d’ordinateurs parallèle (environ 9000 ordinateurs à La Havane), échangent des clés USB, et se connectent à internet après minuit.

À lire sur le Commitee to Protect Journalists

Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction