Google et Mozilla, la fin d'une idylle ?

Article  par  Vincent SARRAZIN  •  Publié le 16.12.2011  •  Mis à jour le 16.12.2011
[ACTUALITÉ] Google va-t-il abandonner son accord avec la fondation Mozilla, détentrice de Firefox ? Même si rien n'est encore confirmé, les conséquences de cette non-reconduction pourraient être négatives pour la fondation, très dépendante financièrement du géant de Mountain View.
Depuis le 30 novembre 2011, la situation de la fondation Mozilla a fait couler beaucoup d'encre sur le Net. C'est en effet à cette date que l'accord qui unissait Mozilla à son partenaire Google a pris fin, entraînant de nombreuses interrogations sur la suite des évènements pour les deux organisations. Le contenu de cet accord ? Une partie de la barre d'outils du navigateur Firefox, où l'utilisateur peut saisir le contenu de sa recherche afin d'être transféré directement sur le moteur de recherche. C'est l'une des nombreuses options du navigateur de Mozilla, et celle qui rapporte le plus à l'organisation : en implantant Google comme moteur de recherche par défaut sur Firefox[+] NoteBien que d'autres moteurs de recherche comme Bing ou Yahoo! soient aussi sélectionnables par choix de l'utilisateur.X  [1]Mozilla reçoit plus de 100 millions de dollars par an. Pour chaque recherche effectuée sur Google via un navigateur Firefox, Mozilla reçoit une commission de la compagnie, pour un total estimé à 84 % du chiffre d'affaire de la fondation Mozilla et de ses filales.

 
 La barre de recherche Google sur le navigateur Firefox,
objet de l'accord entre les deux organisations.

L'accord a été signé en 2005 (puis renouvelé pour trois ans en 2008) entre la firme Google et Mozilla Corporation, une compagnie privée détenue dans son intégralité par la fondation Mozilla. La fondation est née en 2003 des cendres de la compagnie Netscape, créatrice du navigateur éponyme - et principal concurrent d'Internet Explorer dans le milieu des années 1990-. En créant la Mozilla Corporation en 2005, Mozilla a souhaité se doter d'une compagnie privée qui puisse soutenir et pérenniser l'activité non-lucrative de la fondation, et en particulier de son produit phare Firefox (une autre compagnie, Mozilla Messaging, a été créée en 2008 pour gérer le développement commercial de son outil de messagerie Thunderbird). L'entente signée avec différents moteurs de recherche a été la principale réalisation de la société, et sa remise en cause actuelle pourrait mettre à mal tout le modèle de développement commercial de Mozilla. Le problème est que Google dispose depuis fin 2008 de son navigateur : Google Chrome, devenu depuis le mois de novembre 2011 le premier navigateur du marché. Google, qui avait eu intérêt durant ces dernières années à soutenir Firefox contre la position dominante d'Internet Explorer et de son propriétaire microsoft, pourrait désormais vouloir privilégier son propre navigateur.
 
 Marché des navigateurs Web au 14 décembre 2011,
capture d'écran du site statcounter statcounter.com/demo/browser/

Mais Google ne s'est pas encore prononcé sur la possible reconduction de cet accord, et la fondation Mozilla a quand à elle tenté de rassurer le public en affirmant que l'entente restait dans l'intérêt des deux organisations. Car bien que la position désormais dominante de Chrome soit une réalité indéniable pour Google, son moteur de recherche continue de représenter l'essentiel de son activité ; la compagnie a donc tout intérêt à continuer de le promouvoir, même par le biais de son concurrent Firefox. L'interconnexion des activités de Google est donc centrale ici, et la firme devra effectuer un arbitrage entre le soutien de son navigateur et celui de son moteur de recherche. Tout en n'oubliant pas la sempiternelle menace des lois antitrust : en soutenant son concurrent Mozilla, Google a pu se mettre à l'abri des attaques pour comportement anticoncurrentiel, et ne souhaite pas s'exposer comme a pu l'être Microsoft à une remise en cause par la Federal Trade Commission américaine.

 Quelle que soit l'issue de cet accord, la fondation Mozilla pointe déjà depuis quelques temps le danger d'une trop grande dépendance aux financements de Google et la nécessité d'envisager des stratégies alternatives. Mozilla pourrait se tourner vers Microsoft, qui reprendrait à son compte le contrat délaissé par Google afin de promouvoir son moteur de recherche Bing. Mais bien qu'un rapprochement ait déjà été esquissé[+] NotePuisque Mozilla propose depuis octobre 2011 une version alternative de Firefox disposant de Bing comme moteur de recherche par défaut.X [3],   [4]aucune déclaration n'a pour l'instant filtré sur le sujet. Ce qui est certain, c'est que les récents bilans financiers de l'organisation font état d'une volonté de diversifier les partenariats comme les activités. Pour cela, deux nouvelles initiatives sont mises en avant par la fondation depuis l'année dernière : Mozilla Drumbeat et le Mozilla membership. Avec Mozilla Drumbeat, la fondation a lancé en 2010 une plateforme collaborative pour l'innovation sur le Web. En encadrant des projets de développement Web participatifs[+] Notecomme le projet Universal subtitles, dont l'horizon est de « sous-titrer chaque vidéo du Web », ou la « School of webcraft » qui souhaite fournir une plate-forme d'entraînement collaboratif à la création de pages WebX [5], la fondation Mozilla se rapproche de sa « base », la communauté des logiciels libres et open source (dont le logiciel Firefox fait partie) et de son mode de travail collaboratif. Cette volonté de se recentrer sur la communauté est également le fondement du projet Mozilla membership, qui proposerait contre une contribution de 5$ de devenir membre de la communauté officielle Mozilla (et d'avoir accès à quelques services comme des boutiques en ligne). Peu probable cependant que ces initiatives suffisent à garantir à la fondation la pérennité de sa situation financière actuelle. Entre un rapprochement avec Microsoft ou le resserrement de son activité autour de la communauté du libre, quel sera le chemin pris par Mozilla ? La question semble en tout cas ne pas être posée pour le moment, puisqu'un renouvellement de l'accord avec Google reste l'issue la plus plausible à ce status quo.

--
Crédit photo : logo du site mozillafirefox.fr
NotePuisque Mozilla propose depuis octobre 2011 une version alternative de Firefox disposant de Bing comme moteur de recherche par défaut.X [6]
NoteBien que d'autres moteurs de recherche comme Bing ou Yahoo! soient aussi sélectionnables par choix de l'utilisateur.X [7]
  • 1.
  • 2. Bien que d'autres moteurs de recherche comme Bing ou Yahoo! soient aussi sélectionnables par choix de l'utilisateur.
  • 3. Puisque Mozilla propose depuis octobre 2011 une version alternative de Firefox disposant de Bing comme moteur de recherche par défaut.
  • 4.
  • 5. comme le projet Universal subtitles, dont l'horizon est de « sous-titrer chaque vidéo du Web », ou la « School of webcraft » qui souhaite fournir une plate-forme d'entraînement collaboratif à la création de pages Web
  • 6.
  • 7.
Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction