Les grands groupes de presse fossoyeurs du journalisme local aux États-Unis

Lu sur le web  par  Alexandre FOATELLI  •  Publié le  19.05.2017  •  Mis à jour le 19.05.2017
Aux États-Unis, en l’espace de quinze ans, le nombre de postes dans les journaux est passé de 412 000 à 174 000 selon les chiffres du Bureau of Labor Statistics. La perte d’emploi s’est grandement ressentie dans les villes et métropoles de moins de 100 000 habitants, où il existe des déserts médiatiques. Selon Kevin Anderson, un ancien éditeur de titres de presse locale, les grands groupes qui reprennent des journaux et des sites locaux n’appliquent pas les bonnes stratégies et précipitent la disparition de certains titres. Ces grands groupes ont tendance à rationaliser la conception et la production des journaux qu’ils acquièrent, mais ceci sans faire d’économies d’échelle. Dans le même temps, les stratégies publicitaires deviennent déconnectées du marché local, ce qui entraîne une baisse des revenus. Les groupes de presse finissent par réduire des rédactions locales au rang de simples bureaux avec quelques journalistes qui alimentent un journal à échelle régionale.
 
À lire sur The Media Briefing

Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction