Quel avenir pour les pure players journalistiques en France ? | InaGlobal

Quel avenir pour les pure players journalistiques en France ?

Article  par  Nikos SMYRNAIOS  •  Publié le 28.02.2013  •  Mis à jour le 28.02.2013
Si les pure players contribuent à la réinvention du journalisme en ligne, leur modèle économique demeure encore incertain.

Sommaire

Depuis les années 2007-2008 et le lancement des pionniers comme Rue89, Mediapart et Arrêt sur images, la France a connu une multiplication des médias indépendants et nés en ligne. Ce développement particulièrement riche a même été remarqué à l’international, par exemple dans un rapport du Reuters Institut qui évoque l’émergence en France d’une « Nouvelle vague » de start-ups journalistiques. Très présents à l’échelle nationale, ceux que l’on appelle pure players ou sites natifs de l’internet commencent également à investir le domaine de l’information locale et régionale, concurrençant les acteurs monopolistiques de la PQR[+] NoteFranck BOUSQUET, Nikos SMYRNAIOS, « L’information en ligne et son territoire : positionnement comparé entre un pure player départemental et un quotidien régional » in Jacques NOYER, Bruno RAOUL et Isabelle PAILLIART (dir.), Médias et territoires : permanences et mutations, Presses Universitaires du Septentrion, 2013 (à paraître)X [1].
 
Dans le même temps nous observons la naissance d’un embryon d’organisation collective des pure players. En témoigne la création du Syndicat de la presse indépendante d'information en ligne (Spiil) fin 2009 « pour procéder à l’étude, à la représentation et à la défense des intérêts professionnels, économiques, déontologiques, matériels et moraux des éditeurs de presse en ligne indépendants, généralistes ou spécialisés » [+] NoteDes membres fondateurs de ce syndicat, qui en compte une soixantaine, ont notamment négocié avec le gouvernement la mise en place du fonds d’aide Spel (Services de presse en ligne), ouvert aux sites d’information non adossés à un média existant. (http://www.spiil.org/qui-sommes-nous).@X [2]. L’objectif de cette initiative institutionnelle est d’acquérir de la visibilité auprès des pouvoirs publics, mais aussi d’équilibrer l’influence des médias traditionnels qui dominent des instances comme le Groupement des éditeurs de contenus et de services en ligne (Geste) et Médiamétrie. La multiplication des partenariats économiques et éditoriaux entre les sites d’information natifs du web, malgré un succès mitigé, va aussi dans le sens d’une structuration de ce secteur de l’information en ligne[+] NoteIl en est ainsi de la plateforme de financement communautaire (crowdfunding) Jaimelinfo.fr, mise en place par Rue89 et à laquelle participent 160 sites dont Mediapart et Arrêt sur images. Fin 2011, les deux derniers ont par ailleurs mis en place une offre d’abonnement commun, ce qui leur a permis d’attirer de nouveaux abonnés. Très récemment, certains pure players régionaux se sont aussi regroupés pour former l’association PRIL (Presse Régionale d'Information en Ligne) dont l’objectif est de parvenir à capter de la publicité nationale en mutualisant la gestion de leurs espaces publicitaires, à l’instar des sites de la PQR.X [3].
 
Comme le confirme une étude d’envergure récente portant sur le pluralisme de l’information en ligne[+] NoteEmmanuel MARTY, Franck REBILLARD, Stéphanie POUCHOT, Thierry LAFOUGE, « Diversité et concentration de l’information sur le web. Une analyse à grande échelle des sites d’actualité français », Réseaux, n° 176, 2012, p. 30-72.@X [4], nombre de ces sites se démarquent clairement d’un traitement convenu de l’agenda médiatique dominant. Ainsi, les pure players tentent d’inventer un nouveau journalisme en ligne – a priori loin des contraintes productivistes des grands médias – et de contribuer à la diversité de l’information disponible sur le web.

Un journalisme confidentiel mais dynamique

Le foisonnement des pure players français témoigne du dynamisme mais également de la fragilité de ce segment de l'information en ligne. En effet, si certains acteurs de cette catégorie ont su trouver leur place auprès d’un large public, la grande majorité d’entre eux demeurent relativement marginaux. Ainsi, le classement effectué par Médiamétrie/NetRatings est dominé par les émanations des médias traditionnels et par les infomédiaires. En mars 2011, seulement trois acteurs natifs du web (Rue89, Planet.fr et Slate) avaient franchi le seuil d’un million de visiteurs uniques mensuels et aucun d’entre eux ne faisait partie de dix sites les plus consultés en France un an après, en mai 2012.
 
L’ordre qu’esquissent ces chiffres est en accord avec les résultats de deux enquêtes sociologiques portant sur les usages de l’information en France[+] NoteCEVIPOF, Mediapolis - Résultats de l’enquête [http://www.cevipof.com/fr/mediapolis/rapport/], 2010 ; Fabien GRANJON, Aurélien LE FOULGOC, « Les usages sociaux de l’actualité. L’expérience médiatique des publics internautes », Réseaux, n° 160, 2010, p. 225-253.X [5]. Le pourcentage des personnes qui y déclarent s’informer régulièrement auprès des pure players est très bas, oscillant entre 3 % et 6 %. Cette minorité fait souvent partie des catégories sociales supérieures. Ce qui explique sa préférence pour les sites d’information natifs du web est également son appartenance à des professions du symbolique, conjuguée à des trajectoires sociales ascendantes et à un usage intensif des réseaux socionumériques[+] NoteJean-Baptiste Comby, Valérie Devillard, Charlotte Dolez, Rémy Rieffel, « Les appropriations différenciées de l’information en ligne au sein des catégories sociales supérieures », Réseaux, 29(170), 2011, p. 75–102.X [6]. Le « cœur de cible » des pure players paraît ainsi cantonné à un groupe social restreint et relativement homogène. Cependant, un processus d’élargissement de ce public semble à l’œuvre. Dans le contexte de l’élection présidentielle de 2012, 18 % d’un échantillon représentatif de Français interrogés en ligne ont déclaré explicitement s’informer auprès des pure players sur la campagne électorale[+] NoteSondage CSA auprès de 1006 personnes âgées de 18 ans ou plus interrogées en ligne du 27 et 29 mars 2012. Le sondage a montré une corrélation significative entre cette pratique et l’appartenance aux professions intellectuelles mais aussi à un niveau élevé de politisation et d’utilisation des réseaux socionumériques, ce qui converge avec les résultats des études sociologiques citées plus haut.X [7].
Revenir au sommaire

La place centrale du public

L’une des caractéristiques communes des pure players est que la participation du public en leur sein dans l’élaboration et dans la diffusion des contenus peut être qualifiée d’intégrée . L’offre éditoriale se voit ainsi directement modifiée par les interventions des internautes, ce qui n’est pas le cas des versions en ligne des médias traditionnels. Le journalisme qui se pratique au sein de ces sites ressemble fort à une production de l’information en réseau (networked production of news), concept mis en avant par certains travaux anglo-saxons pour expliquer « how news emerges from networked actors who span different professional and organizational identities and contexts ». Cette émergence d’une forme de « rédaction en réseau » au sein des pure players, faisant appel à des ressources extérieures, vise à compenser le manque de moyens financiers et humains dont ils souffrent. Le processus d’élaboration collective de l’information est toutefois contrôlé par des journalistes professionnels, notamment par les encadrants de la rédaction qui arrêtent in fine les choix éditoriaux.
 
Par conséquent, le fonctionnement quotidien de ces sites implique une interaction et un ajustement permanents entre les journalistes et une frange particulière de leur public dont les membres tiennent à la fois le rôle d’expert, de source, de commentateur et de lecteur. Ce public actif, loin de ressembler au citoyen moyen, se caractérise par des traits spécifiques. La possession d’un fort capital culturel (incarné notamment par le niveau d’études) ainsi qu’un intérêt marqué pour la politique dans le sens large sont des facteurs discriminants qui expliquent la propension des internautes à participer à l’élaboration et la diffusion des contenus d’actualité. Ce public contributeur, incarnation de la figure de l’ « internaute idéal », est également porteur d’un discours critique envers les journalistes professionnels et les « grands médias », tout en assumant un rapport « addictif » et « boulimique » à l’actualité[+] NoteAurélie AUBERT, « Le paradoxe du journalisme participatif. Motivations, compétences et engagements des rédacteurs des nouveaux médias », Terrains et Travaux, n°15, 2009, p. 171-190.X [8]. Une manière de résoudre cette tension est de contribuer à la constitution d’une offre d’information en ligne qui se veut différente. Cet engagement est d’autant plus aisé à réaliser au sein des pure players que cette posture critique envers les médias dominants est partagée par les journalistes eux mêmes.
Revenir au sommaire

Des journalistes entre contraintes et opportunités

Justement, les journalistes en question sont aussi confrontés à des changements importants au niveau de leurs pratiques mais aussi au niveau des représentations de leur métier. Leurs routines professionnelles font émerger des tâches nouvelles et de plus en plus prégnantes (tenir un blog, gérer des dispositifs participatifs, animer une communauté, interagir dans les réseaux socionumériques, collaborer avec des développeurs pour créer des contenus multimédia). Nombre d’entre eux s’éloignent progressivement d’une posture qui consiste à dévaloriser la parole des amateurs et, simultanément, à mettre en avant la dimension contraignante de ces activités, pour investir ce que Caroline Datchary appelle leur « dimension habilitante »[+] NoteCaroline Datchary, « Ce que le Web 2.0 fait à l’autonomie journalistique. L’expérience Mediapart », in Cyril LEMIEUX. (dir.), La subjectivité journalistique, Editions de l'EHESS, 2010, p. 123-142.X [9]. Pour ces journalistes il s’agit d’acquérir un savoir-faire professionnel valorisé sur le marché de travail et, dans le même temps, de renouveler et de revigorer les représentations traditionnelles du métier. 
 
Ainsi, travailler pour un pure player peut tout autant consister à se contraindre (obligation de justification permanente auprès du public, dispersion dans des tâches hétérogènes) et à s’affranchir des formats de production et de diffusion dominants[+] NoteCyril LEMIEUX, Mauvaise presse. Une sociologie compréhensive du travail journalistique et de ses critiques, Métailié, 2000. Le format de production désigne l’économie préétablie de temps et de moyens qui détermine la production des nouvelles dans une entreprise de presse. Le format de diffusion désigne la forme que prennent ces nouvelles sous la contrainte commerciale (longueur, angle, mise en scène etc.).X [10]. Cet affranchissement est multiple. Il concerne la temporalité de l’activité de production et de diffusion — beaucoup plus souple que pour les sites en provenance de la presse et de l’audiovisuel qui eux privilégient l’immédiateté et donc la productivité. Il concerne également le refus, du moins partiel, de s’inscrire dans l’agenda médiatique dominant, en se démarquant d’un « suivisme » reproché justement aux grands médias. Il concerne enfin l’innovation éditoriale, qu’elle soit envisagée du point de vue des cadres ou des formes mobilisés.
 
Le gommage de l’aspect contraignant des nouvelles pratiques journalistiques au profit de leur potentiel émancipateur s’opère souvent au sein des pure players à travers un mode de gestion du personnel se rapprochant fortement de celui des start-ups. Celui-ci est caractérisé par une faible hiérarchie apparente, des procédures de management par objectif et l’exigence d’une forte adhésion au projet. Dans ce type d’organisation du travail, l’intégration progressive d’impératifs de marketing dans les tâches journalistiques n’est pas toujours formulée ou comprise explicitement en tant que telle. C’est ainsi que la frontière entre interaction/collaboration avec le public d’un côté et activité promotionnelle de l’autre s’amenuise dans le quotidien des rédactions.
Revenir au sommaire

Une économie contraignante

Les avantages du numérique pour l’économie du journalisme sont bien connus : faiblesse des coûts variables (fabrication et diffusion), fine connaissance des habitudes des lecteurs, possibilité d’élargir son public par delà les limitations géographiques[+] NoteJean-Marie Charon, Patrick Le Floch, La presse en ligne, La Découverte, 2011.X [11]. Cependant, le passage de l’économie du journalisme à un régime de rendements croissants ne comporte pas que des avantages mais pose également une série de problèmes nouveaux, notamment celui de la rémunération. En effet, la grande majorité de sites d’information ne peut compter que de manière très marginale sur la vente de contenus ou d’abonnements. Il en résulte une dépendance accrue au financement indirect en provenance du marketing et de la publicité.
 
Cette dépendance complique la mise en place de modèles d’affaires rentables. En effet, contrairement aux médias traditionnels, l’environnement publicitaire du web est hyperconcurrentiel[+] NoteAlain OUAKRAT, Publicité en ligne sur les sites de presse issus de l'imprimé. Construction du marché, logiques de fonctionnement et perspectives d'évolutions, Thèse de doctorat, Université Paris 2 Panthéon-Assas, 2011.X [12]. Non seulement les structures qui vendent des espaces publicitaires sont très nombreuses, débordant largement le domaine des médias d’information, mais les logiques qui s’y affrontent sont également très différentes. Ainsi des acteurs comme Google imposent une « convention de performance », établissant le retour sur investissement publicitaire à partir du taux de clic, aux dépens d’une « convention traditionnelle », fondée sur les notions de notoriété et d’image portées par les médias. Ces caractéristiques du marché renforcent les tendances déflationnistes au niveau des prix des espaces publicitaires et obligent les éditeurs des sites d’information à rechercher la maximisation des volumes d’audience. 
 
Pour des structures de petite taille comme les pure players qui n’ont pas les moyens ou la volonté de s’engager dans la compétition pour une audience de masse, les alternatives sont limitées : soit ils arrivent à limiter leur dépendance de la ressource publicitaire en diversifiant leurs sources de revenus, soit ils adoptent un modèle de production low cost – en exploitant notamment la participation des internautes –, soit ils disparaissent.
Revenir au sommaire

La lutte pour survivre

Alors que les pure players journalistiques commencent à gagner de la visibilité auprès du public mais aussi de la reconnaissance auprès des professionnels des médias et des institutions, leur survie et leur indépendance sont loin d’être garanties. Ainsi, Rue89, pionnier dans ce domaine, a été racheté par le Nouvel Observateur pour 7,5 millions d’euros fin 2011. En effet, malgré une audience élevée (près de 2 millions de visiteurs uniques par mois), une image positive auprès du public et des sources de revenus diversifiées, Rue89 n’a pas atteint le seuil de rentabilité cinq ans après sa création. Nonobstant une légère augmentation du chiffre d’affaire en 2011 (2 millions d’euros), le déficit s’est creusé par rapport à 2010 atteignant les 400 000 euros.
 
Très vite les garanties d’indépendance offertes par l’acquéreur ont révélé leurs limites. Le propriétaire du Nouvel Observateur, à la pointe des initiatives visant à faire payer Google par l’intermédiaire de l’Association de la presse d’information général et politique (AIPG), a ordonné à Rue89 de quitter le Spiil dont il était membre fondateur. En effet, les positions du syndicat des pure players étaient de plus en plus en contradiction avec les intérêts du Nouvel Observateur. Le Spiil s’est notamment exprimé contre une « Lex Google » qui selon lui ne ferait que favoriser les versions en ligne des médias traditionnels au détriment des acteurs indépendants. Il a également réclamé la fin des aides directes à la presse, dont le Nouvel Observateur bénéficie, dans son manifeste publié en octobre dernier
 
Le 21 décembre 2012 la société Owni SAS a été mise en liquidation. Ce fut la fin d’une aventure qui avait commencé trois ans plutôt pour l’un des pure players journalistiques les plus innovants de l’internet français. Or celui-ci n’a pas pu trouver un modèle économique capable de soutenir une production journalistique coûteuse, couplée à la gratuité et au refus de la publicité. Après multiples rebondissements, il s’est avéré que le modèle économique d’Owni fondé sur la prestation de services aux entreprises n’était pas viable. Ceci malgré un nombre important de « coups » journalistiques réussis, parmi lesquels la collaboration avec Wikileaks, mais aussi le rôle fondamental joué par ce site dans l’importation en France du concept de « journalisme de données ».
 
Ces derniers mois, d’autres pure players comme Newsring ont soulevé des polémiques liées à leur pratique du « journalisme participatif », envisagé uniquement comme un moyen de produire du contenu attractif à un prix très bas. D’autres encore, comme Quoi.info d’Ask Media, tentent l’équilibre difficile entre site d’information généraliste et usine de contenu à destination de Google. Le rapprochement entre Quoi.info et Le Parisien peut être interprété comme une preuve de pertinence du concept. Mais on peut légitimement s’interroger sur son apport en termes d’innovation éditoriale et de qualité journalistique. Encore une fois ce sont les contraintes économiques qui sont en cause dans l’évolution des pure players dont le projet initial déclaré était de revitaliser le débat public.

De son côté Slate traite l’actualité sous un angle magazine, plutôt centré sur l’analyse et le débat. Afin de minimiser ses coûts de fonctionnement Slate emploie une équipe de permanents restreinte et publie régulièrement des traductions d’articles en provenance de la version américaine du site. Cette stratégie semble réussir car, fin 2012, Johan Hufnagel, le rédacteur en chef du site a annoncé qui celui-ci avait atteint l’équilibre financier, chose rare pour un site financé quasiment uniquement par la publicité.  
 
Finalement, les bonnes nouvelles économiques sont venues de manière inattendue des deux seuls pure players d’envergure nationale qui mettent en œuvre un modèle payant et strictement sans publicité : Mediapart et Arrêt sur images. Ainsi, pour l’exercice 2011, le premier a annoncé un bénéfice de 500 000 euros pour un chiffre d’affaires de 5 millions d’euros et 58 000 abonnés. Le second a eu le succès plus modeste mais tout aussi étonnant puisque, sur la même période, ses 27 000 abonnés lui ont procuré un bénéfice de 50 000 euros pour un chiffre d’affaires de 1 097 000 euros. Indéniablement, le succès journalistique est aussi au rendez-vous du point de vue de l’impact positif de ces sites sur le débat public et de la qualité de leur production. Néanmoins, il convient de s’interroger sur la pérennité de leur modèle économique dans l’ère post-Sarkozy et sur leur capacité à se renouveler et à se développer dans un environnent très contraint. On peut aussi douter de la possibilité d’autres éditeurs indépendants de répliquer le choix du mur payant (« paywall »). Ainsi, Dijonscope, site indépendant couvrant la région de Dijon qui a tenté d’adapter cette stratégie à l’échelle locale, semble aujourd’hui en difficulté. Enfin, la pérennisation du modèle payant pour les pure players butte aussi sur une difficulté de taille : le taux de TVA appliqué sur les ventes de la presse en ligne est de 19,6 % au lieu de 2,1 % réservé à la seule presse papier. L’alignement sur la TVA appliquée aux journaux est une revendication de longue date du Spiil mais qui n’a pas été approuvée par les députés, ce qui a poussé certain membres de ce syndicat comme Indigo et Mediapart à entrer en résistance en s’appliquant eux mêmes le taux réduit.
 
Dans leur manifeste, les créateurs de la revue XXI dressent un réquisitoire sévère de l’état actuel du journalisme en ligne dépendant de la publicité : règne de l’instantanéité, traitement superficiel, manque de profondeur et de mise en perspective, impossibilité de financer des enquêtes au long cours. Ils plaident ainsi pour le renouvèlement d’un journalisme indépendant et sans publicité. Dans le cas des pure players la bataille pour la survie et pour l’émergence d’un modèle alternatif est engagée. Mais l’issue demeure incertaine.

--
Crédits photo :
Mosaïque réalisée à partir des logos de
Arrêt sur images
Slate.fr
Rue89
Owni
Mediapart
Revenir au sommaire

Références

Aurélie AUBERT, « Le paradoxe du journalisme participatif. Motivations, compétences et engagements des rédacteurs des nouveaux médias », Terrains et Travaux, n°15, 2009, p. 171-190

Franck BOUSQUET, Nikos SMYRNAIOS, « L’information en ligne et son territoire : positionnement comparé entre un pure player départemental et un quotidien régional » in Jacques NOYER, Bruno RAOUL et Isabelle PAILLIART (dir.), Médias et territoires : permanences et mutations, Presses Universitaires du Septentrion, 2013 (à paraître)

Nicola BRUNO, Rasmus Kleis NIELSEN, Survival is Success: Journalistic Online Start-Ups in Western Europe, Reuters Institute for the Study of Journalism, Oxford, 2012

CEVIPOF, Mediapolis - Résultats de l’enquête, 2010

Jean-Marie CHARON, Patrick LE FLOCH, La presse en ligne, La Découverte, 2011

Jean-Marie CHARON, « La presse magazine, un média à part entière », Réseaux, n°105, 2001

Jean-Baptiste COMBY, Valérie DEVILLARD, Charlotte DOLEZ, Rémy RIEFFEL, « Les appropriations différenciées de l’information en ligne au sein des catégories sociales supérieures », Réseaux, 29(170), 2011, p. 75–102

Béatrice DAMIAN-GAILLARD, Franck REBILLARD, Nikos SMYRNAIOS, « La production de l'information web : quelles alternatives? Une comparaison entre médias traditionnels et pure players de l'internet », communication au colloque New Media and Information, Athènes, 2009

Caroline DATCHARY, « Ce que le Web 2.0 fait à l’autonomie journalistique. L’expérience Mediapart », in Cyril LEMIEUX. (dir.), La subjectivité journalistique, Éditions de l'EHESS, 2010, p. 123-142

Amandine DEGAND, « Le multimédia face à l’immédiat. Une interprétation de la reconfiguration des pratiques journalistiques selon trois niveaux », Communication, Vol. 29/1, 2011

Fabien GRANJON, Aurélien LE FOULGOC, « Les usages sociaux de l’actualité. L’expérience médiatique des publics internautes », Réseaux, n° 160, 2010, p. 225-253

Emmanuel MARTY, Franck REBILLARD, Stéphanie POUCHOT, Thierry LAFOUGE, « Diversité et concentration de l’information sur le web. Une analyse à grande échelle des sites d’actualité français », Réseaux n° 176, 2012, p. 30-72

Cyril LEMIEUX, Mauvaise presse. Une sociologie compréhensive du travail journalistique et de ses critiques, Métailié, 2000

Gilad LOTAN, Erhardt GRAEFF, Mike ANANNY, Devin GAFFNEY, Ian PEARCE, Danah BOYD (2011), « The revolutions were tweeted: Information flows during the 2011 Tunisian and Egyptian revolutions », International Journal of Communication, vol. 5, p. 1375–1405

Arnaud NOBLET, Nathalie PIGNARD-CHEYNEL « L’encadrement des contributions «amateurs» au sein des sites d’information. Entre impératif participatif et exigences journalistiques », Florence MILLERAND, Serge PROULX, Julien RUEFF. (dir.), Web social. Mutation de la communication, PUQ, Québec, 2010, p. 266-282

Alain OUAKRAT, Jean-Samuel BEUSCART, Kevin MELLET, « Les régies publicitaires de la presse en ligne », Réseaux, n° 160-161, 2010, p. 133-161

Alain OUAKRAT, Publicité en ligne sur les sites de presse issus de l'imprimé. Construction du marché, logiques de fonctionnement et perspectives d'évolutions, Thèse de doctorat, Université Paris 2 Panthéon-Assas, 2011

Franck REBILLARD, « Création, contribution, recommandation: les strates du journalisme participatif », Les Cahiers du journalisme, n° 22/23, 2011, p. 28-41

Nikos SMYRNAIOS, « L'émergence de la figure de l'internaute idéal: mutations de l'espace public médiatique et usages de l'internet », Sciences de la Société, n° 69, 2006, p. 183-194

Nathalie SONNAC, « L’économie de la presse : vers un nouveau modèle d’affaires ? », Les Cahiers du Journalisme, n° 20, 2009, p. 22-42
Revenir au sommaire
  • 1. Franck BOUSQUET, Nikos SMYRNAIOS, « L’information en ligne et son territoire : positionnement comparé entre un pure player départemental et un quotidien régional » in Jacques NOYER, Bruno RAOUL et Isabelle PAILLIART (dir.), Médias et territoires : permanences et mutations, Presses Universitaires du Septentrion, 2013 (à paraître)
  • 2. Des membres fondateurs de ce syndicat, qui en compte une soixantaine, ont notamment négocié avec le gouvernement la mise en place du fonds d’aide Spel (Services de presse en ligne), ouvert aux sites d’information non adossés à un média existant. (http://www.spiil.org/qui-sommes-nous).@
  • 3. Il en est ainsi de la plateforme de financement communautaire (crowdfunding) Jaimelinfo.fr, mise en place par Rue89 et à laquelle participent 160 sites dont Mediapart et Arrêt sur images. Fin 2011, les deux derniers ont par ailleurs mis en place une offre d’abonnement commun, ce qui leur a permis d’attirer de nouveaux abonnés. Très récemment, certains pure players régionaux se sont aussi regroupés pour former l’association PRIL (Presse Régionale d'Information en Ligne) dont l’objectif est de parvenir à capter de la publicité nationale en mutualisant la gestion de leurs espaces publicitaires, à l’instar des sites de la PQR.
  • 4. Emmanuel MARTY, Franck REBILLARD, Stéphanie POUCHOT, Thierry LAFOUGE, « Diversité et concentration de l’information sur le web. Une analyse à grande échelle des sites d’actualité français », Réseaux, n° 176, 2012, p. 30-72.@
  • 5. CEVIPOF, Mediapolis - Résultats de l’enquête [http://www.cevipof.com/fr/mediapolis/rapport/], 2010 ; Fabien GRANJON, Aurélien LE FOULGOC, « Les usages sociaux de l’actualité. L’expérience médiatique des publics internautes », Réseaux, n° 160, 2010, p. 225-253.
  • 6. Jean-Baptiste Comby, Valérie Devillard, Charlotte Dolez, Rémy Rieffel, « Les appropriations différenciées de l’information en ligne au sein des catégories sociales supérieures », Réseaux, 29(170), 2011, p. 75–102.
  • 7. Sondage CSA auprès de 1006 personnes âgées de 18 ans ou plus interrogées en ligne du 27 et 29 mars 2012. Le sondage a montré une corrélation significative entre cette pratique et l’appartenance aux professions intellectuelles mais aussi à un niveau élevé de politisation et d’utilisation des réseaux socionumériques, ce qui converge avec les résultats des études sociologiques citées plus haut.
  • 8. Aurélie AUBERT, « Le paradoxe du journalisme participatif. Motivations, compétences et engagements des rédacteurs des nouveaux médias », Terrains et Travaux, n°15, 2009, p. 171-190.
  • 9. Caroline Datchary, « Ce que le Web 2.0 fait à l’autonomie journalistique. L’expérience Mediapart », in Cyril LEMIEUX. (dir.), La subjectivité journalistique, Editions de l'EHESS, 2010, p. 123-142.
  • 10. Cyril LEMIEUX, Mauvaise presse. Une sociologie compréhensive du travail journalistique et de ses critiques, Métailié, 2000. Le format de production désigne l’économie préétablie de temps et de moyens qui détermine la production des nouvelles dans une entreprise de presse. Le format de diffusion désigne la forme que prennent ces nouvelles sous la contrainte commerciale (longueur, angle, mise en scène etc.).
  • 11. Jean-Marie Charon, Patrick Le Floch, La presse en ligne, La Découverte, 2011.
  • 12. Alain OUAKRAT, Publicité en ligne sur les sites de presse issus de l'imprimé. Construction du marché, logiques de fonctionnement et perspectives d'évolutions, Thèse de doctorat, Université Paris 2 Panthéon-Assas, 2011.
Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction