Les lecteurs de la BBC Online réclament une meilleure information locale

Article  par  Marine JARA  •  Publié le 06.06.2013  •  Mis à jour le 06.06.2013
Capture d'écran site bbc.com
[ACTUALITÉ] Une enquête révèle que les lecteurs de la BBC Online sont déçus par la couverture des informations locales. Dans le paysage médiatique anglais, l'hyperlocal semble être une échelle de traitement devenue incontournable.
Le BBC Trust[+] NoteOrgane de décision de la BBC, chargé de superviser la stratégie du groupe dans l’intérêt du public X[1] a récemment publié les conclusions de son enquête publique sur l’évaluation des services dispensés par la BBC Online. Avec 22 millions de visiteurs uniques chaque semaine, le site reste une référence pour ses utilisateurs, qui le préfèrent en particulier pour la consultation des rubriques d’informations et d’actualités sportives. Le point marquant de cette enquête est l’insatisfaction des visiteurs quant au traitement de l’actualité locale sur le site.

Il est en premier lieu reproché au site d’organiser ses pages locales en « régions et comtés », un découpage trop large pour être considéré comme authentiquement « local ». Ensuite, ces pages sont perçues comme étant de moins bonne qualité que les pages nationales et internationales : une actualisation irrégulière des pages, un manque d’approfondissement et de réactivité dans le traitement des actualités sont autant de motifs de déception chez les internautes.

Le dépit des internautes vis-à-vis du traitement de ce type d’information n’est pas anecdotique et révèle bien une tendance qui se confirme dans le paysage médiatique au Royaume-Uni, à savoir l’augmentation constante de la demande pour l’hyperlocal. En effet, plusieurs études d’envergure publiées au cours des deux dernières années ont participé à une meilleure compréhension de cette scène hyperlocale émergente, et à sa reconnaissance par les pouvoirs publics et les investisseurs.

Une définition a également peu à peu émergé au Royaume-Uni : une actualité sera considérée comme hyperlocale lorsqu’elle se réfère « une ville, un village, un code postal unique, ou tout autre communauté de taille réduite et géographiquement définie. »

Plus encore que l’étendue géographique, la présence d’une communauté, et donc de liens reliant les citoyens entre eux au sein d’un même territoire, est bien prise en compte dans cette définition. Ainsi la NESTA[+] NoteOorganisation caritative , qui a également lancé un fond nommé « Destination local » qui finance pour 1 million de livres la nouvelle génération de services hyperlocauxX [2] annonce que la majorité des adultes du Royaume-Uni sont intéressés par les informations relatives à la zone immédiate de leur lieu de résidence, et environ 45 % d’entre eux ont déjà eu accès à des informations hyperlocales. L’offre est également en évolution selon le rapport annuel de l’Ofcom[+] NoteOffice of communications : autorité régulatrice des télécommunications au Royaume-Uni.X [3] qui indique qu’il existe 432 sites d’information hyperlocale au Royaume-Uni en 2012, soit 46 % d’augmentation par rapport à 2010.

Cette forte augmentation de la consommation d’informations hyperlocales a été en partie guidée par celle de l’usage des supports mobiles : environ les deux tiers des personnes consultant une information locale le font depuis une mobile ou une tablette, et ce au moins une fois par semaine. Outre la facilité de l’accès de l’accès à l’information, les smartphones permettent également de fournir des recommandations de contenus géolocalisés, et donc beaucoup plus pertinents.
En effet, les contenus hyperlocaux les plus consultés sont avant tout des contenus « pratiques » : météo, flash info et divertissement occupent le haut du classement, ainsi que les activités de la communauté locale :

Graphique consultation de l'information hyperlocale

Source : Rapport NESTA - UK Demand for Hyperlocal 

Il s’agit donc de consulter des informations issues de sa communauté proche, ce qui participe à une certaine dynamique citoyenne. En effet, ces informations sont plus volontiers issues des citoyens eux-mêmes et de blogueurs, qui ont aussi tendance à s’impliquer particulièrement dans la vie locale.

La voie de l’hyperlocal avait déjà été explorée par la BBC, dès 2008, avec le lancement d’un réseau de sites web locaux, proposant des contenus vidéos. Ce projet a été abandonné pour des raisons budgétaires, et en 2011 c’est une réduction de 25 % du budget pour l’internet que la rédaction a subi. Près de 300 emplois ont été supprimés, et les contenus sportifs en direct ainsi que les nouvelles du show-business ont été diminuées. Au total, la BBC s'est engagée à réduire de 20 % son budget global d'ici à 2017, climat peu favorable à l’augmentation du nombre de journalistes pour couvrir l’échelle locale.

Dans ce contexte il semble logique qu’émergent ces nombreuses initiatives citoyennes, qui proposent d’offrir une information jugée plus pertinente pour la communauté, au niveau hyperlocal.

--
Crédits photo:
Capture d'écran du site BBC.com
  • 1. Organe de décision de la BBC, chargé de superviser la stratégie du groupe dans l’intérêt du public
  • 2. Oorganisation caritative , qui a également lancé un fond nommé « Destination local » qui finance pour 1 million de livres la nouvelle génération de services hyperlocaux
  • 3. Office of communications : autorité régulatrice des télécommunications au Royaume-Uni.
Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction