Le jeu dangereux entre les annonceurs, les plateformes et les youtubeurs

Lu sur le web  par  Alexandre FOATELLI  •  Publié le  23.02.2017  •  Mis à jour le 23.02.2017
Le 13 février, Disney annonçait mettre fin à son contrat de partenariat avec le vidéaste suédois PewDiePie, le plus populaire sur YouTube, à cause de contenus à caractère antisémite publiés sur sa chaîne YouTube. La plateforme de vidéos a aussi annulé la diffusion de la série Scare PewDiePie et a retiré le youtubeur de Google Prefered qui réserve des campagnes de publicité plus rémunératrices. Quant à Nissan, qui l’avait sponsorisé sur une vidéo en décembre, la firme automobile a décidé qu’elle ne travaillerait plus avec lui. Cette affaire soulève des questions sur le rapport qu’entretiennent  les annonceurs et les plateformes avec les vidéastes les plus populaires, qui jouent le rôle d’influenceurs auprès de leur public. Si ces influenceurs ont l’avantage d’être moins chers et de capter un public difficile à capter, il apparaît désormais nécessaire pour les marques et les plateformes de surveiller plus attentivement leurs antécédents pour éviter d’entacher leur image.
 
À lire sur The New York Times

Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction