InaGlobal veille aux liens

Lu sur le web  par  La Rédaction INAGLOBAL  •  Publié le  24.11.2017  •  Mis à jour le 24.11.2017
Parce-que l'information est précieuse et votre temps aussi.


Les utilisateurs de Snapchat ont des comportements bien particuliers...
 
Depuis quelques temps, la question de la survie de Snapchat apparaît régulièrement dans les rubriques technologiques de tous les médias. L'application a vu nombre de ses fonctionnalités être copiée avec succès par Instagram, qui a en même temps récupéré de nombreux utilisateurs de la plateforme au petit fantôme. Snapchat peut cependant se targuer d'être toujours extrêmement populaire chez les plus jeunes... mais aussi d'avoir des usagers aux comportements bien particuliers. Ainsi, beaucoup d'entre eux, dans plusieurs régions du monde, n'utilisent que Snapchat et aucune autre application durant la journée. Ainsi en France, 51% des utilisateurs de Snapchat n’accèdent pas à Instagram tandis que seulement 17 % d'entre eux se rendent sur Twitter. Un argument de poids pour convaincre les annonceurs.

À lire sur le Blog du modérateur


Les pure players ont-ils atteint une limite ?

Les pure players américains ne sont pas en grande forme. Le site Mashable a été vendu faute d'avoir pu trouver les fonds nécessaires à son fonctionnement tandis que Vice et Buzzfeed n'atteindront pas leurs objectifs cette année. Ces sites connaissent une croissance mais celle-ci s'avère moins importante que prévue, en grande partie à cause du marché de la publicité dont les revenus sont de plus en plus captés par Facebook et Google.

À lire sur le site du Figaro


La vidéo verticale dope le trafic mobile de la BBC

En 2016, la BBC introduisait une section video of the day dans son application mobile où l'on pouvait retrouver des contenus verticaux, parfaitement adaptés au visionnage sur smartphone, avec pour objectif avoué de stimuler la monétisation de la plateforme. Après un an, le nombre de personne utilisant l'application pour visionner des vidéo a augmenté de 30 % tandis que le nombre de contenus consultés par chaque utilisateur a augmenté de 20 %.

À lire sur Digiday


Après avoir conquis Facebook, AJ+ se tourne vers YouTube

Facebook est devenu au fil des années le champ de bataille de pages produisant des vidéos courtes et efficaces, capables de comptabiliser des millions de vues. L'un des premiers médias à s'être lancé dans la production de tels contenus est AJ+, branche numérique de la chaîne Al Jazeera. Mais après avoir engrangé des succès sur le réseau social, AJ+ entend tourner son attention vers YouTube. Le service de Google était traité jusque-là par le média comme une archive pour les contenus courts publiés ailleurs. L'idée, depuis quelques mois, est d'y poster des vidéos plus longues, mais ce de façon moins régulière. Un pari gagnant jusque-là.

À lire sur Digiday


Le Guardian génère plus de revenus via ses lecteurs que par la publicité

C'est officiel : le quotidien britannique The Guardian génère plus de revenus à travers ses lecteurs que la publicité, plusieurs années après avoir lancé son programme de soutien et tout en continuant de développer son offre d'abonnements. Il y a quelques mois, le journal a inauguré un système de don permettant à n'importe quel lecteur qui ne serait pas abonné ou membre du programme d'aider le Guardian.

À lire sur NiemanLab


Zones d'ombre sur les initiatives de Facebook contre les fake news

Depuis quelques temps, Facebook fait savoir que la lutte contre la propagation de fake news est l'un de ses objectifs prioritaires. Le réseau social a ainsi mis en place de nombreuses initiatives, scellant des partenariats avec des organismes tiers chargés de faire la chasse aux articles douteux sur la plateforme. L'intervention d'une intelligence artificielle dans le processus a même été évoquée... mais très rapidement, des doutes sur l'efficacité de ces actions ont commencé à émerger. Récemment, des personnes ayant pris part à ces initiatives ont mis en cause le manque de volonté et de transparence de Facebook, l'absence de données claires ainsi que la limite des outils mis à disposition et leur réelle efficacité.

À lire sur le site du Guardian

Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction