InaGlobal veille aux liens

Lu sur le web  par  La Rédaction INAGLOBAL  •  Publié le  03.11.2017  •  Mis à jour le 03.11.2017
Parce-que l'information est précieuse et votre temps aussi.


Plaidoyer pour un encadrement des géants du web


Alors que Facebook vient d'enregistrer un bond de 79% de ses profits trimestriels, Twitter, Facebook et Google sont actuellement entendus par le Congrès américain pour leur rôle dans l'affaire des ingérences russes lors des dernières élections présidentielles. Déjà montrées du doigt pour leur manque de réactivité face à l'activisme de Daech sur leurs réseaux, leur audition devant les élus américains montre l'incapacité de ces plateformes à s'auto-réguler. Un ancien ingénieur de Google et un chercheur de Data for Democracy plaident pour une nouvelle réglementation contraignante face aux géants du web et pour l'instauration d'une agence indépendante capable de contrôler leurs agissements et d'engager leur responsabilité.

À lire sur Politico


YouTube à la recherche de l'expérience TV idéale

Il est difficile de définir ce que pourrait être une expérience télévisuelle optimale. On pourrait être assis dans son canapé, ou même affalé, la main avec la télécommande tendue vers l'écran, un vendredi soir. YouTube essaie de repenser, avec son application YouTube TV, cette expérience. Cela passe par la recommandation de programme, la création de contenus originaux mais aussi une accessibilité simple et optimisée au service. 

À lire sur le site de Wired


La stratégie offensive de Facebook sous le feu des critiques

Depuis 2012, Facebook absorbe les médias sociaux innovants, soit en les rachetant, soit en copiant leurs fonctionnalités. Une stratégie qui s'est notamment matérialisée par les rachats d'Instagram, de Whats'App et récemment de tbh. Ces méthodes ne sont pas uniquement utilisées par Facebook, mais la rapidité à laquelle elles sont déployées par l'entreprise et les sommes que le réseau social est prêt à débourser font de lui un acteur redoutable. Au point que les investisseurs privés hésitent désormais à investir dans le secteur.

À lire sur Wired



Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction