InaGlobal veille aux liens

Lu sur le web  par  La Rédaction INAGLOBAL  •  Publié le  04.08.2017  •  Mis à jour le 04.08.2017
spotify apple music r kelly buzzfeed hulk podcast tf1 sfr instagram snapchat
Parce que l'information est précieuse et votre temps aussi.

 
Spotify, plate-forme reine du streaming musical
 
60 millions : c'est le nombre d'abonnés (utilisateurs payants) revendiqués par Spotify, le service de streaming musical. La société, créée à Stockholm en 2006, est devenue un acteur majeur dans le secteur. Le service en est même le leader. En effet, son concurrent le plus proche, Apple Music, culmine à 27 millions d'abonnés, tandis que les autres, dont Deezer, Pandora, Napster et Tidal, sont bien loin derrière. En moyenne, Spotify gagne deux millions d'abonnés par mois.
 
À lire sur le site des Échos
 
 
L'avenir de Snapchat remis en question ?

Snap Inc. ne va pas très bien. Maison-mère de Snapchat, elle fait pâle figure dans la compétition qui l'oppose à Facebook et Instagram. Ces dernières années, les deux services ont copié de nombreuses fonctionnalités d'abord mises en avant par Snapchat, notamment la Story... et s'en sortent bien mieux. Snapchat est ainsi peu à peu délaissé par les utilisateurs lambda mais aussi (et surtout) par les spécialistes de la communication et les usagers influents. Problèmes d'interface, soucis de transparence sur les données, manque de fonctionnalités pour les professionnels : ce sont là quelques-uns des maux qui compliquent l'utilisation du service par, notamment, les agences publicitaires, dont il a vitalement besoin. Pendant ce temps, le cours de l'action Snap Inc. atteint un nouveau plus bas historique en bourse. Il n'est donc pas impossible que ce soit Wall-Street, et pas Instagram ou Facebook, qui tue finalement Snapchat.
 
À lire sur le site de CNBC
 
 
Gimlet Media, producteur de podcasts, lève 15 millions de dollars
 
Le podcast semble lentement monter en puissance, même s'il reste un format de niche que seulement 24 % des américains consomment. Certains producteurs, comme Gimlet Media, prennent de plus en plus d'importance. La société vient en effet de réunir 15 millions de dollars lors d'une levée de fonds. La valeur estimée de l'entreprise atteint ainsi environ 70 millions de dollars. Mais Gimlet fait figure d'exception. En effet, les investisseurs ne sont pas particulièrement enthousiastes lorsque vient la question de l'industrie du podcast. La croissance potentielle du secteur et les revenus qui y sont générés sont bien moindres que dans la vidéo, par exemple. Matt Lieber, co-fondateur de Gimlet Media, estime cependant que l'industrie ne peut que croître, le podcast occupant les deux à trois heures que les gens ne passent pas devant leur écran. Une aubaine pour les annonceurs.

À lire sur Recode
 
 
Discovery met la main sur Scripps pour contrer la désaffection du câble
 
Le géant américain de la télévision câblée Discovery, connu pour ses documentaires et ses programmes sur la nature, reprend Scripps Networks, propriétaire de la troisième chaîne la plus regardée des États-Unis, Home and Garden TV, qui devance CNN. L’opération se monte à 12 milliards de dollars. L’objectif est de pouvoir gagner en pouvoir de négociation auprès des câblo-opérateurs (auprès de qui les téléspectateurs s’abonnent) qui distribuent les chaînes, que des annonceurs. Réunis, Discovery et Scripps devraient réunir 15 % de l’audience de la télévision câblée et contrôler quatre des cinq chaînes les plus regardées par les femmes. Cette consolidation des groupes de télévision câblée répond bien sûr à la concurrence des services OTT comme Netflix et Amazon Prime, qui détournent beaucoup d’abonnés au câble, surtout les jeunes,  vers leurs propres abonnements moins chers. En plus de convaincre les câblo-opérateurs de mettre en avant leurs contenus enrichis, Discovery devra aussi développer ses franchises dans la télévision en ligne, notamment via Facebook, Snapchat et Twitter, qui achètent et diffusent des contenus vidéo.
 
À lire sur Les Échos
 
 
Spotify entend renforcer sa position dans l'industrie du podcast
 
Spotify, leader sur le marché du streaming musical, est en train de renforcer son offre concernant les podcasts. L'enjeu est important : il s'agit en effet pour la société suédoise de conquérir un marché qui pourrait lui donner un avantage sur Apple et ses services maisons. Spotify va donc mettre en avant certains podcasts, qui devront ensuite à leur tour faire la promotion de la plateforme. La société a aussi conclu des partenariats avec des producteurs pour créer des contenus dont les utilisateurs auront la primeur. Le nombre de personnes écoutant des podcasts est en augmentation régulière et les revenus publicitaires suivent ; ceux-ci pourraient atteindre un total de 220 millions de dollars cette année. Ce à quoi l'on peut ajouter que la part d'Apple sur le marché du podcast est récemment passée de 70 % à 55 %.
 
À lire sur le site de Bloomberg
 
 
Comment Hulk Hogan a réussi à terrifier les rédactions américaines

Le 17 juillet 2017, Buzzfeed publie un article qui secoue les Etats-Unis. Son auteur, le journaliste Jim DeRogatis, révèle que R. Kelly, figure importante de l'industrie musicale, a créé une secte et retient prisonnières des femmes dans plusieurs de ses propriétés à travers le pays. Jim DeRogatis a mené son enquêté pendant de très nombreux mois... et s'est vu refuser son sujet par trois rédactions, avant de finalement pouvoir la faire publier par Buzzfeed. Si l'on en croit le journaliste, un évènement en particulier est à l'origine de la crainte des différents médias qu'il a conctacté : l'affaire qui a opposé Hulk Hogan, gloire du catch des années 80, au site Gawker. En 2012, ce dernier publie une sex-tape où l'on peut clairement reconnaître la célébrité. Une décision qui fait alors polémique. Hulk Hogan, soutenu par un milliardaire, attaque Gawker en justice en 2015 et gagne. Le groupe qui héberge le site est alors condamné à payer 140 millions de dollars. Aujourd'hui, Gawker n'existe plus. Et c'est bien de connaître le destin du média en ligne qui a fait peur à certaines publications lorsque Jim DeRogatis leur a proposé son enquête. En plus de la pression exercée par Donald Trump et son entourage, les médias américains doivent aussi faire avec la peur d'être attaqués par les puissants.
 
À lire sur le site du Washington Post
 
 
TF1 entre en conflit avec SFR sur la rémunération de ses contenus

Dans la nuit de vendredi à samedi, TF1 a décidé d’interrompre la fourniture de ses services de replay aux quatre millions d’abonnés à la box Numericable-SFR. Le contrat de distribution entre le groupe audiovisuel et l’opérateur télécom arrivait à échéance le 28 juillet, et TF1 avait signifié en avril à SFR, mais aussi à Orange, Free et Canal +, qu’il s’estimait insuffisamment rémunéré pour les contenus fournis par ses différentes chaînes. La première chaîne reproche à SFR de monétiser à son seul profit les contenus qu’elle produit, qui sont distribués gratuitement sur la TNT mais que l’opérateur monétise par ses abonnements box. Le comble étant que l’argent ainsi généré permet à SFR notamment d’acheter des droits sportifs de plus en plus onéreux, venant concurrencer les contenus de TF1 au bénéfice des chaînes créées par l’opérateur.
 
À lire sur Le Figaro
 
Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction