Yandex ou l’exception russe à Google

Article  par  Vassily KLIMENTOV  •  Publié le 06.12.2012  •  Mis à jour le 06.12.2012
[ACTUALITÉ] Le géant de l'Internet russe Yandex, développe une stratégie proche de celle de son rival américain Google.  
Google – un nom désormais fermement associé au développement d’Internet – n’en finit plus de croître ces dernières années. Leader incontesté parmi les moteurs de recherches en ligne – un secteur où il occupe près de 80 % du marché mondial[+] NoteLa domination de Google est spécialement forte dans les pays européens alors qu’aux États-Unis la firme ne contrôle « qu’un » peu plus de 60% du marché de la recherche sur internet. Sur la concurrence Yandex - Google, voir : « La Russie au défi des nouvelles technologies ».X [1], au point que beaucoup, en dehors des États-Unis, ne se rappellent même plus que Bing (Microsoft) et Yahoo (propulsé par Bing) existent, Google continu à impressionner au moment où son Chrome, développé à partir du projet libre Chromium, est devenu leader du marché mondial des navigateurs Web en détrônant l’Internet Explorer de Microsoft en mai 2012[3]Face à cela, et alors que les firmes concurrentes sont souvent obligées de se partager les miettes que laisse l’ogre américain, il existe en Russie une « exception nationale » appelée Yandex, un nom renvoyant aussi bien à la compagnie qu’à son moteur de recherche éponyme[+] NoteL’origine du nom Yandex peut être expliquée de deux manières différentes. La première plus « sérieuse », dirons-nous, serait de se référer au russe en y voyant simplement le remplacement du « i » initial de Index par le « Я » (/ia/) cyrillique du mot « b>Языковый» (« de la langue » en russe); la seconde plus «anecdotique» serait de décoder le mot Yandex par l’anglais « Yet Another Indexer ». Les deux sont mentionnées sur le site officiel de Yandex.X [4].
La page anglophone de Yandex (Yandex.com)

 L’affirmation du moteur de recherche Yandex au sein du runet est avant tout liée à sa capacité à prendre en compte les particularités de la langue russe 
Avant tout chose, il est utile de rappeler « l’historique » de Yandex, en soulignant que l’affirmation de son moteur de recherche au sein du runet est avant tout liée à sa capacité à prendre en compte les particularités de la langue russe. En septembre 1997, le premier moteur de recherche Yandex.ru, lancé par la compagnie informatique CompTek et développé par les emblématiques Arkady Volozh et Ilya Segalovitch - tous deux à la direction de la compagnie Yandex aujourd’hui - possède déjà cette capacité en tirant notamment partie de recherches menées, dès la fin des années 1980, dans les technologies de l’indexage de données. Capable de prendre en compte la morphologie complexe de la langue russe, Yandex se développe rapidement alors que CompTek organise le modèle d’affaire de son moteur de recherche autour de la publicité contextuelle. En 2000, la compagnie Yandex est officiellement fondée et A. Volozh en devient le directeur général.
 
Des 2002, le développement de l’Internet en Russie permet au projet Yandex de devenir rentable et de le rester par la suite. À partir de 2005, la compagnie s’étend vers d’autres pays où la langue russe est présente, ouvrant des antennes régionales et lançant des moteurs de recherches localisés en Ukraine, au Kazakhstan et en Biélorussie. Par la suite, Yandex ouvre également des bureaux en Turquie, en Suisse et aux États-Unis (Californie) et développe un moteur de recherche prenant en compte l’ensemble de la toile – un préalable à une internationalisation accrue qui sera ponctuée par deux évènements majeurs en 2011. D’abord Yandex décide finalement de faire son entrée au Nasdaq new yorkais (code mnémonique YNDX), puis la compagnie russe fait le choix de se lancer à la conquête du marché turc – une première tentative de proposer ses services dans un pays entièrement non russophone (il est actuellement le 2e moteur de recherche en Turquie, mais sans comparaison avec Google qui est en position de monopole sur le marché local)[+] Note« ‘Яндекс’ вышел в Турцию » [Yandex est sorti en Turquie], in Vedomosti, 20 septembre 2011. Il est actuellement le 2e moteur de recherche en Turquie, mais sans comparaison avec Google qui est en position de monopole sur le marché local.X

Désormais membre du gratin des compagnies liées à Internet, Yandex a depuis confirmé ses bonnes dispositions en plaçant pour la première fois son moteur de recherche parmi les cinq les plus populaires au monde en 2011, derrière Google, Yahoo, Bing et Baidu[5]Après le succès de son entrée en bourse, Yandex, dont la compagnie mère est officiellement domiciliée au Pays-Bas, est clairement dans une politique de croissance, propulsé par la généralisation d’Internet, et notamment du haut-débit, dans différentes parties de la Russie. En 2012, les revenus intermédiaires de la compagnie ont ainsi encore augmenté par rapport à l’année précédente (+46 % en 2011) alors que le modèle d’affaires, toujours fondé sur la publicité contextuelle, est resté inchangé, même si depuis la compagnie a développé de nombreux services supplémentaires.
 
Malgré sa domination nette du marché national, Yandex est cependant ces dernières années de plus en plus confronté à la concurrence de Google en Russie. Alors que la part de la compagnie locale se situe toujours aux alentours de 60 % du marché russe, Google est bien revenu dans la course en s’affirmant comme un numéro deux ambitieux avec un peu moins de 30 % du marché de la recherche Internet.

Parts de Yandex et Google sur le marché de la recherche Web en Russie (comScore.com)

Si en 2011 Yandex a réussi à freiner la croissance de son rival – lui reprenant même un peu de terrain, l’affirmation du géant américain est réelle et s’explique par plusieurs facteurs. Ainsi, s’il est évident que l’amélioration de l’algorithme de recherche pour les résultats en langue russe a joué un rôle important, Google a surtout très fortement bénéficié de la montée en popularité de son navigateur web « maison » – Chrome. Celui-ci,
devenu récemment leader en Russie au détriment du Mozilla de Firefox, utilise logiquement, par défaut, le moteur de recherche Google, obligeant les utilisateurs à se référer à la page « outils » pour le changer pour celui d’un concurrent.

Les navigateurs Internet les plus populaires en Russie, 2011-12 (StatCounter.com)

 
 Yandex a dû développer une stratégie pour contrer Google et freiner sa pénétration du marché russe Ces derniers mois, et comme l’avouent ouvertement ses dirigeants, Yandex a dû développer une stratégie pour contrer Google et freiner sa pénétration du marché russe. La première étape, entreprise depuis quelques années et poursuivie aujourd’hui, a été pour Yandex de se départir de sa stratégie traditionnelle de tout axer sur son moteur de recherche et d’entreprendre une diversification de ses activités, en proposant d’autres services à l’instar de Google. L’entreprise a également développé de nouveaux outils spécialement pour le marché russe. Le lancement de Yandex.Money, un système de paiement en ligne, le rachat de Moj Krug – un réseau social pour professionnels, et celui de SMI Link (désormais Yandex.Traffic) – une compagnie qui a développé un système pour estimer l’engorgement des voies routières en Russie – en sont certains des exemples. Aujourd’hui, cette stratégie passe également par la mise en place d’un magasin en ligne, Yandex.Store, pour le téléchargement d’applications pour le système mobile Google Android, une nouvelle avancée après le lancement de Yandex.Music en 2009.
 
En septembre 2012, pour la seconde étape, Yandex est définitivement passé à l’attaque en lançant son propre navigateur web – Yandex.Browser. Basé sur le projet Chromium et intégrant la technologie Turbo d’Opera qui permet un chargement rapide des pages et ce même avec une connexion lente, son objectif est clairement de permettre à Yandex de consolider ses parts de marché dans le domaine de la recherche en ligne en Russie[+] NoteL’objectif est avant tout de proposer ce navigateur aux internautes du runet qui utilisent déjà les autres services Yandex. « ‘Яндекс’ открыл свое окно в интернет » [Yandex a ouvert sa propre fenêtre vers l’Internet], in Kommersant, 1er octobre 2012.X [6]Par extension, ce lancement permet aussi de contrer Mail.ru, un concurrent national spécialiste du courrier électronique, qui a décidé de proposer ses propres navigateur Internet et moteur de recherche depuis cette annéePour Yandex, le lancement de son navigateur devrait en tout cas lui permettre de mettre en place une meilleure intégration de ses différents services aux utilisateurs, à l’image, de nouveau, de ce qu’a fait son rival américain avec Chrome.


 À moyen terme, la place de Yandex sur le marché russe ne semble pas menacée À moyen terme, la place de Yandex sur le marché russe ne semble pas menacée car sa force est d’être avant tout un acteur régional[+] NoteSa domination du marché russe est d’ailleurs largement admise en témoigne, par exemple, le choix de Twitter de signer un accord avec Yandex pour inclure les tweets russophones dans les résultats de recherche « Yandex Rises to Highest Level in Three Months Following Twitter Agreement », in Bloomberg.com, 22 février 2012.X [8]Face à Google, il fait partie de ces entreprises de recherches en ligne « nationales » qui parviennent à résister en s’appuyant sur leur meilleure capacité à travailler avec la langue locale et sur leur meilleure connaissance du pays et des attentes des utilisateurs. Sa situation est en cela similaire à celle d’autres compagnies du même type comme Baidu qui domine allègrement la recherche en ligne en Chine où sa part représente près de 80 % [10]et Naver qui contrôle le secteur en Corée du Sud avec près de 70 % de parts de marché. Aujourd’hui, Yandex n’a pas réellement la capacité, malgré sa tentative turque, à s’imposer à l’étranger. Cependant, la firme russe peut s’appuyer sur la croissance du nombre d’internautes dans les pays de l’ex-URSS pour pérenniser son activité et ses revenus.


Croissance du nombre d'utilisateurs d'Internet en Russie, désormais 1er pays européen en nombre absolu (comScore.com)

De manière intéressante, cette situation permet aussi à Yandex de tirer profit de la concurrence féroce entres les grandes compagnies internationales impliquées dans le secteur des nouvelles technologies et de l’Internet.

 Des négociations sont désormais en cours pour faire de Yandex le moteur de recherche par défaut sur le navigateur Safari d’Apple en Russie 
Si il a récemment dit adieu à son partenariat avec Firefox qui faisait de Yandex le moteur de recherche par défaut sur les navigateurs Mozilla en russe, désormais remplacé par Google, la compagnie russe a conclu un accord avec Apple. Menacé par le fait que Google Android soit récemment devenu le leader des systèmes pour appareil mobiles, Apple a décidé d’arrêter progressivement d’utiliser les services de la firme américaine, comme Google Maps et Youtube, dans ses propres systèmes d’exploitation mobile. En Russie, cela l’a amenée à une coopération avec Yandex pour les cartes et la recherche en ligne. Par ailleurs, à l’image de l’accord qui est en discussion avec Baidu en Chine pour les iPad / iPhone, des négociations sont désormais en cours pour faire de Yandex le moteur de recherche par défaut sur le navigateur Safari d’Apple en Russie Note« В войне Apple с Google выиграл ‘Яндекс’ » [Dans la guerre entre Apple et Google, ‘Yandex’ a gagné], in Vedomosti, 18 septembre 2012. (www.vedomosti.ru/tech/news/4039711/yandeks_v_iphone); « Google’s Loss = Yandex’s Gain », in Techcrunch.com, 17 septembre 2012.X[11]Cette coopération naissante avec la firme américaine n’est pas un cas isolé, Yandex possède aussi, par exemple, un partenariat avec Microsoft. Son moteur de recherche est désormais le système installé par défaut sur tous les téléphones qui seront propulsés par le système d’exploitation WP8 et proposés en Russie et en Turquie.

 Yandex apparaît comme un allié de circonstances pour les tous ceux qui tentent aujourd’hui de contrer la domination de géant Google
Finalement, comme d’autres acteurs régionaux, Yandex, solidement implanté au sein de son marché national, apparaît comme un allié de circonstances pour les tous ceux qui tentent aujourd’hui de contrer la domination de géant Google. Grâce à l’efficacité de son modèle d’affaire et à la croissance du nombre d’internautes en Russie, cela devrait lui permettre de continuer à se développer dans le futur.

--
Crédits photos:
- Image principale: Logo officiel de Yandex (Yandex.com)
- Capture d'écran de la page de Yandex.com 
- Les navigateurs Internet en Russie (StatCounter.com, republié depuis Seonews.ru
- Parts de Yandex et Google sur le marché de la recherche Web en Russie (comScore.com)
- Croissance du nombre d'utilisateurs d'Internet en Russie (comScore.com)
  • 1.
  • 2. La domination de Google est spécialement forte dans les pays européens alors qu’aux États-Unis la firme ne contrôle « qu’un » peu plus de 60% du marché de la recherche sur internet. Sur la concurrence Yandex - Google, voir : « La Russie au défi des nouvelles technologies ».
  • 3.
  • 4. L’origine du nom Yandex peut être expliquée de deux manières différentes. La première plus « sérieuse », dirons-nous, serait de se référer au russe en y voyant simplement le remplacement du « i » initial de Index par le « Я » (/ia/) cyrillique du mot « b>Языковый» (« de la langue » en russe); la seconde plus «anecdotique» serait de décoder le mot Yandex par l’anglais « Yet Another Indexer ». Les deux sont mentionnées sur le site officiel de Yandex.
  • 5.
  • 6.
  • 7. L’objectif est avant tout de proposer ce navigateur aux internautes du runet qui utilisent déjà les autres services Yandex. « ‘Яндекс’ открыл свое окно в интернет » [Yandex a ouvert sa propre fenêtre vers l’Internet], in Kommersant, 1er octobre 2012.
  • 8.
  • 9. Sa domination du marché russe est d’ailleurs largement admise en témoigne, par exemple, le choix de Twitter de signer un accord avec Yandex pour inclure les tweets russophones dans les résultats de recherche « Yandex Rises to Highest Level in Three Months Following Twitter Agreement », in Bloomberg.com, 22 février 2012.
  • 10.
  • 11. « В войне Apple с Google выиграл ‘Яндекс’ » [Dans la guerre entre Apple et Google, ‘Yandex’ a gagné], in Vedomosti, 18 septembre 2012. (www.vedomosti.ru/tech/news/4039711/yandeks_v_iphone); « Google’s Loss = Yandex’s Gain », in Techcrunch.com, 17 septembre 2012.
Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction