Les fans de sport, champions des nouveaux usages numériques

Article  par  Arnaud MIQUEL  •  Publié le 21.02.2013  •  Mis à jour le 22.02.2013
Sport multi écrans
[ACTUALITÉ] Les évènements sportifs favorisent la consommation d'information multi-support et augmentent les publications sur les réseaux sociaux. Mieux connaître ces nouveaux usages représente un enjeu stratégique pour les médias et les annonceurs.
Début février 2013, la finale annuelle du Super Bowl opposant les Baltimore Ravens aux San Francisco 49ers se clôturaient sur deux records. Le premier fait de cette 47e édition le programme télévisé le plus regardé de toute l’histoire des États-Unis avec un total de 164,1 millions de téléspectateurs ayant suivi le match pendant au moins 6 minutes. Le second traduit la couverture sans commune mesure de l’évènement sur les réseaux sociaux.
 
D’après la société de mesures statistiques Trendrr, 47,67 millions de commentaires Facebook, tweets et autres messages à caractère social ont circulé pendant le show sportif et musical qui a duré près de trois heures. Pour mémoire, à l’issue de la rencontre de 2012, 17,4 millions d’interactions avaient été comptabilisées. Un an encore auparavant, le score s’était arrêté sur un total de 3,1 millions de messages échangés, un record pour l’époque. Cette performance n’aurait pas été possible sans une évolution des usages et de l’équipement numérique des spectateurs. Toujours d’après Trendrr, près de 9 contenus partagés sur 10 l’ont été depuis un smartphone ou une tablette (contre 67 % un an plus tôt). En amont du match, ils étaient déjà 36 % à envisager l’utilisation d’un second écran pendant le match afin d’améliorer leur expérience de l’évènement mais aussi pour commenter les actions décisives de l’affrontement. Pour les chaînes et les annonceurs, ces nouveaux modes de consommation et de partage d’information ouvre des opportunités d’engagement du spectateur à saisir.
 
Le 22 janvier 2013, l’étude Nielsen « State of the Media : 2012 Year in Sports » confirmait cette propension à multiplier les écrans lors du suivi d’évènements sportifs majeurs. Avec près de 60 000 heures de programmes diffusés au cours de l’année sur le territoire américain, 2012 est indéniablement une année sportive très largement portée par le succès médiatique des Jeux Olympiques de Londres. Par rapport à 2011, c’est 45 % d’heures de compétition en plus sur les écrans qui se monnayent à prix d’or. Même si le genre sportif ne représente que 1,3 % de l’ensemble de la programmation télédiffusée, il parvient néanmoins à capter 23 % des dépenses en publicité télévisée aux États-Unis, soit 13,3 milliards de dollars.
 
Si cette part est aussi importante, c’est que  Les annonceurs ont compris que le sport est l’occasion de grands moments fédérateurs où l’attention des spectateurs est fortement sollicitée.. les annonceurs ont compris que le sport est l’occasion de grands moments fédérateurs où l’attention des spectateurs est fortement sollicitée. Par ailleurs, les fans de sport aiment suivre leurs évènements en direct, ce qui exclue presque toute consommation de vidéo à la demande. Plusieurs chiffres viennent soutenir cette intuition : 99 % des programmes sportifs sont visionnés et 100 % des commentaires et analyses délivrés le jour même de leur diffusion. Avec seulement 85 % de consommation en direct, même la téléréalité ne parvient pas à tenir le rythme. Seuls les bulletins d’informations et les cérémonies de remise de prix bénéficient d’un engagement aussi important des téléspectateurs.
 
Cette passion pour le live s’accompagne également d’une mutation des usages. Pour suivre l’évolution des scores et rester dans l’immédiateté de l’information, les fans de sport ont recours à de nombreux appareils connectés. Le smartphone et l’ordinateur restent pour l’instant les principaux outils de cette activité mais de nouvelles tendances se dégagent avec l’arrivée des TV connectées, des tablettes et des applications pour consoles. Il semblerait également que les fans de sport soient mieux équipés en nouvelles technologies que les autres publics. Par exemple, ils sont plus susceptibles de posséder une tablette ou un smartphone qu’une personne se désintéressant totalement des résultats sportifs. Cette différence peut être expliquée par le désir de s’équiper numériquement afin de bénéficier de la meilleure expérience possible. Le phénomène n’est pas nouveau : en 2010, la Coupe du monde de football avait ainsi contribué aux bonnes ventes des premiers téléviseurs 3D en France.
 
Si la mutation des usages est en cours, bon nombre d’acteurs du numérique sont déjà bien positionnés sur le marché. Au Royaume-Uni, l’initiative est venue de News International, la filière britannique des activités presse de News Corporation détenue majoritairement par Rupert Murdoch. Le 23 janvier 2013, un communiqué de presse révélait que le groupe faisait ainsi l’acquisition pour 3 ans des droits de diffusion vidéo mobile et Internet de la Premier League, le Championnat d’Angleterre de football. Pour un coût estimé à 20 millions £, le Sun, le Times et le Sunday Times auront le droit de diffuser de courts extraits allant de 30 secondes à 1 minutes sur leurs différentes plateformes numériques. Jusqu’à présent, la vente se faisait sous la forme de deux packs séparés que détenaient respectivement Yahoo! pour la diffusion Internet, et ESPN pour la partie mobile.

Application de la chaîne britannique BBC
 développée à l'occasion des Jeux Olympiques de Londres

Une semaine après cette annonce, deux nouveaux acteurs venaient se positionner sur le marché. Future Publishing, l’un des éditeurs numériques majeurs outre-Manche, contre-attaquait le premier en lançant le 1er février 2013 son nouvel hebdomadaire spécialement consacré au même championnat anglais de football. Distribué uniquement sur iPad,  Football Week est un magazine de forme classique (actualité, statistiques, équipes, etc.) mais qui dévoile tout son potentiel les fins de semaine avec un récit live des rencontres, complété par des statistiques et des commentaires d’après match. Le tout est intégralement assuré par Press Association, l’une des plus principales agences de presse anglaises. Le 6 février 2013, ce fut au tour de la BBC qui, portée par le succès de son application spécialement éditée pour les Jeux Olympiques, dévoilait sa nouvelle version de BBC Sport pour iOS. Avec son lot habituel de services sportifs, l’application ambitionne de se déployer à l’international.
 
En France aussi, les professionnels des médias s’adaptent à la tendance. En novembre 2012, les deuxième rencontres Sport Numericus au Stade de France montraient également que le sport représente un levier important dans le déploiement des technologies numériques et des nouveaux médias. En juin 2012, l’arrivée en France de BeIN Sport, une des filiales télévisuelles du groupe qatari Al Jazeera, fut notamment l’occasion d’un premier pas dans la Social TV sportive. En permettant aux téléspectateurs de s’improviser commentateurs des matchs via Twitter et le hashtag #pureLIVE, la chaîne du groupe qatari innovait et rendait chaque rencontre de Ligue 1 à la fois unique et expérimentale. La réponse de Canal+ ne s’est pas faite attendre avec l’application Canal Football App. Téléchargée plus de 250 000 fois[+] NoteEn date du 28 décembre 2012.X [1], elle permet lors d’un match en direct de voir et revoir chacune des actions principales selon les axes caméra les plus intéressants. Chaque abonné a également la possibilité d’accéder à des statistiques enrichies, à des modules de vote ou des fonctions sociales permettant d’interagir avec les autres utilisateurs. Galvanisés par ces succès et face à la nécessité d’évoluer, TF1 et France Télévisions ont décidé d’investir à leur tour dans le multi-écrans et prévoient déjà d'accentuer leurs efforts sur le sport.

SmartGlass NBA
  La fonction SmartGlass de la Xbox 360 et son partenariat avec la NBA
 
Face aux ambitions de la télévision et de la presse numérique qui tirent progressivement parti de la multiplication des écrans, les consoles de salon réagissent également. Dévoilé à travers un partenariat exclusif, la fonction SmartGlass de la Xbox 360 permet d’accéder aux principaux matchs en direct de la ligue américaine de basket-ball lorsqu’elle est combinée à l’application NBA Game Time. L’expérience est enrichie de données statistiques exclusives et des pronostics de son réseau d’amis.
 
Cette connectivité accrue et tous supports contribuent au développement de nouveaux usages auxquels s’empressent de répondre les médias en réinventant leurs contenus. Grâce à des consommateurs engagés, prêts à dépenser et à innover dans la recherche d’une expérience numérique complète, le sport stimule l’innovation dans le déploiement des nouvelles technologies.
 
--
Crédits photo :
albertizeme / Flickr
twobobswerver / Flickr
Major Nelson / Flickr
  • 1. En date du 28 décembre 2012.
Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction