Du digital labor à l’ubérisation du travail

Article  par  Olivier ERTZSCHEID  •  Publié le 20.01.2016  •  Mis à jour le 29.08.2016
Ubérisation du travail, Mechanical Turk d’Amazon, digital labor : allons-nous vers un nouveau modèle de société ?

Sommaire

Überisation de la société, digital labor, salariat algorithmique, part croissante de l’automatisation et de l’algorithmie dans des missions jusqu’ici considérées comme régaliennes (transport, santé, éducation)…, l’essor de ces phénomènes et des problématiques qu’ils recouvrent sont le plus souvent analysés en miroir des modèles actuels qu'ils tendent à remplacer, alors qu'il faudrait, pour s'y préparer et en prendre la pleine mesure, dès aujourd'hui les poser comme postulats de départ non négociables de l'organisation de la société du XXIe siècle.
 
Über est un aboutissement. Après que les hyperliens ont permis de fractionner le texte, après que les profils ont permis de fractionner notre identité et nos traces numériques, alors que l’internet des objets s’apprête à fractionner notre rapport au monde dans la trivialité de la moindre interaction, Über a permis, pour la première fois à cette échelle, de fractionner notre rapport au travail, à l’outil de travail, de la même manière qu’avant lui Airbnb avait permis de fractionner notre rapport à la propriété. Et derrière chaque fragmentation se donne à lire une complexification, un éclatement, une dispersion. Qui ne sont que le prétexte de nouvelles concentrations, de nouveaux oligopoles bien plus puissants que les précédents.
 
Über est un paradigme. Celui de l’oscillation permanente entre des logiques de décentralisation, de facilitation, de désintermédiation vécues comme émancipatrices, et d’autres logiques de ré-intermédation et d’hyper-centralisation immédiatement subséquentes, d’abord vécues comme de simples contreparties avant que l’on n’en mesure – mais souvent trop tard – le caractère profondément aliénant.

La révolution sera ubérisée

France, 25 Juin 2015, des chauffeurs de taxis se révoltent contre l’usage du service UberPOP : l’économie du salariat algorithmique fractionné vit son premier conflit social. Angleterre. Début du XIXe siècle. Révolution industrielle. Des disciples de Ned Ludd se révoltent contre l'usage de machines à tisser et envahissent les usines pour briser lesdites machines.

Dans l’un comme dans l’autre cas, la crainte de perdre son travail, son outil de travail. Dans l’un comme dans l’autre cas, sabotages, menaces, destructions, intimidations, violences physiques. Dans l’un comme dans l’autre cas, un contexte de crise économique violente. Des "artisans" en première ligne. Dans l’un comme dans l’autre cas, des corporations organisées dont les rentes sont remises en question de manière radicale, rapide. Dans l’un comme dans l’autre cas l’inéluctable extension du conflit  et la radicalisation du mouvement. Dans l’un comme dans l’autre cas, le recours à la loi, complexe, inabouti, et dans l’attente d’une loi qui ne viendra jamais, ou trop tard, ou trop peu, la disparition lente des métiers initialement menacés, et le sentiment d’une profonde impuissance du politique, dont la seule stratégie consiste à « interdire » une application.

La réalité de ces conflits sociaux nouveau genre ne doit pas faire oublier l’essentiel, c’est-à-dire la question du « remplacement » (d’une catégorie de travailleurs par une autre ou par l’automatisation de leurs tâches) et celle du « replacement » (que faire des travailleurs ainsi « remplacés »).

L’enjeu politique est celui d’une redéfinition des règles de la productivité, du capitalisme, et de la notion même de travail. Über, mais aussi Amazon qui vient « d’embaucher » 30 000 robots magasiniers à l’approche des fêtes de Noël, tous ces acteurs nous imposent de réfléchir à des modèles d’organisation du travail (qui est l’employeur ? qui est l’employé ? et à quel(s) moment(s) ?) et de protection sociale capables d’absorber l’effet de choc déjà mesurable au travers de pans entiers de l’économie mondiale.
 Aucune encyclopédie n’a survécu à Wikipédia. 
Aucune encyclopédie n’a survécu à Wikipédia. Aucun service permettant de transporter un individu d’un point A à un point B ne survivra à Über.

Si l’on parle beaucoup actuellement de la question des réfugiés climatiques (sans pour autant être capable d’y apporter de réponse), on sous-estime largement celle de ces populations entières, souvent déjà les plus marquées par la crise économique, et qui verront leurs « métiers » remplacés par l’automatisation ou deviendront dépendants de plateformes inaugurant de nouvelles formes de travail journalier et de paiement à la tâche.
Revenir au sommaire

L’État, les syndicats et le droit

Le discours étatique sur ce sujet se cantonne à vanter les promesses d'une Frenchtech, dont les thermostats connectés ne régleront jamais le problème des réfugiés climatiques. Et les investissements massifs autour d'eldorados de silicium perçus comme autant de remèdes à une économie — par ailleurs chancelante — soulignent déjà de manière dramatique l'absence de toute réflexion politique, éthique, philosophique et morale autour, par exemple, des questions d'automatisation et de délégation à des environnements algorithmiques privatifs de tâches jusqu'ici régaliennes et financées ou régulées par la puissance publique.

Les syndicats, de leur côté, commencent à peine à prendre la mesure de la tâche que les attend.

Enfin, arrivent en justice et en droit les premiers cas emblématiques de ces nouvelles formes d’exploitation, comme celui de cette chauffeuse ÜberPop qui demandait à être reconnue comme salariée de la firme :  

« Pour la justice californienne, Barbara Ann Berwick, chauffeuse indépendante pour Uber, est une employée comme une autre. La raison : elle prend ses ordres auprès de la plate-forme. Comme à son habitude, la start-up américaine a fait appel de cette décision a priori anodine. Mais si celle-ci était confirmée, tout le modèle économique d’Uber, qui repose sur le paiement à la tâche au détriment de l’activité salariée, pourrait être remis en cause, jusqu’à causer sa disparition sous sa forme actuelle. »
Revenir au sommaire

La paye algorithmique

 Ce n’est plus un individu qui paie lorsqu’il souhaite accéder à un bien ou être mis en relation , mais un algorithme qui rémunère un individu lorsque celui-ci s’acquitte d’un certain nombre de tâches  Il est frappant de voir à quel point le contrôle des flux financiers par les algorithmes s’est établi à l’inverse de l’histoire de la monnaie. Les algorithmes ont d’abord été utilisés pour gérer d’immenses mouvements spéculatifs à l’échelle mondiale (High Frequency Trading), avant de réguler progressivement des pans entiers du secteurs des loisirs et des biens culturels (Amazon et l’ensemble des algorithmes de « recommandation » puis AirB’nB, Netflix, Uber, mais aussi Google Books, qui utilise des critères algorithmiques pour déterminer le prix d’achat d’un livre, Ils continuent de « redescendre » en inaugurant une nouvelle forme de travail à la tâche et de paiement à l’acte, dans lequel ce n’est plus un individu qui paie lorsqu’il souhaite accéder à un bien ou être mis en relation (comme dans les sites de rencontre par exemple), mais un algorithme qui rémunère un individu lorsque celui-ci s’acquitte d’un certain nombre de tâches.
 
Des humains travaillant pour les algorithmes quand jusqu'ici on entretenait l'idée que les algorithmes travailleraient pour les humains. L’exemple emblématique est celui du Turc Mécanique d’Amazon.
Revenir au sommaire

Lumpen-cognitariat et salariat algorithmique

Fin 2005, Amazon lance son "Mechanical Turk" dont Wikipédia nous rappelle qu’il consiste :

« À faire effectuer par des humains contre rémunération des tâches plus ou moins complexes. Les tâches en question doivent être dématérialisées, c'est-à-dire ne pas dépendre d'un support physique ; il s'agit donc souvent d'analyser ou de produire de l'information dans des domaines où l'intelligence artificielle est encore trop peu performante, par exemple l'analyse du contenu d'images. » 

On s'inscrit, on réalise des tâches à tout le moins répétitives, sinon ingrates ou hors de portée algorithmique, et on est payé une misère. Mais on est payé.
 On est payé une misère, mais on est payé 
 
Partout, tout le temps, insidieusement, à l'aide par exemple de ces chevaux de Troie que sont les applications et leurs notifications  ou les diverses logiques de "récompense", nous sommes incités à "travailler gratuitement" pour alimenter une régulation algorithmique constitutive des nouveaux effets de rente de ces oligopoles calculatoires. L'affaire n'est certes pas nouvelle puisque dès son lancement en 1998, l’algorithme PageRank de Google s'appuyait principalement sur ces internautes qui, en créant un lien hypertexte vers un contenu qu'ils jugeaient intéressant, travaillaient de facto gratuitement pour la firme de Mountain View en assurant le travail d’indexation et de « qualification documentaire » que l’algorithme était incapable de faire et qu’il ne lui restait alors plus qu’à comptabiliser et à transformer en graphe relationnel grâce à sa puissance de modélisation et de calcul.

À partir de 2005 et jusqu'à aujourd'hui, avec l'explosion des réseaux sociaux, la "modération" des contenus est confiée à de véritables armées de travailleurs philippins, nouveaux "coolies" d'une économie de la publication en temps réel. Leur nombre réel est inconnu, mais ils seraient plus de 100 000 aux Philippines à traquer et supprimer toute la journée les contenus jugés "offensants" ou contrevenant aux CGU (Conditions générales d’utilisation) des grands réseaux sociaux américains. Eux aussi s'appliquent à réaliser des tâches pour lesquels les algorithmes n'ont pas — encore ? — de capacité de discernement suffisante. Des tâches répétitives mais également très usantes psychologiquement, l’essentiel des contenus extrêmement violents étant ainsi « modérés » à la main par ces travailleurs qui s’y trouvent donc exposés pendant des journées et des semaines entières. Une étude récente montre que c’est près de 10 % du PIB des Philippines qui provient directement de l’activité de ces « call-centers » (principalement tournés vers les États-Unis).
Revenir au sommaire

Travailler 10 minutes par jour et 350 heures par an

Des Philippines jusqu’à la Silicon Valley, les GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon) valent à elles quatre une capitalisation d'un trillion de dollars mais ne comptent, à elles quatre toujours, que 150 000 employés. De quoi, en effet, poser la question de l'avenir de l'emploi tel que nous le connaissons aujourd'hui ...


D'autant que dans moins de 20 ans, c'est plus de 47 % des emplois existant aujourd’hui qui seront entièrement automatisés. Le scénario dans lequel à peine quelques millions de travailleurs "permanents" et d’immenses cohortes de robots suffiront à produire les biens de consommation nécessaires aux 7 milliards d'habitants de cette planète ne relève plus de la science-fiction. L'opposition entre « les riches et leurs robots » exploitant de nouvelles formes de sous-cognitariat ne va faire que se durcir. Et si ce n'est pas Uber ou AirBn'B qui remportent la mise, ce sera Postmates ou l'une des innombrables sociétés / solutions applicative de travail à la demande. Comme le résume très bien Diana Filippova (
connector du think tank OuiShare):

« Nous sommes ainsi à un moment charnière. Soit une société de travailleurs autonomes et indépendants émergera, avec un revenu et une protection sociale décents ; soit le travail à la demande mettra à bas tous les remparts contre la précarité bâtis depuis plus d’un demi-siècle par l’État-providence, sans les remplacer par un nouveau système de protection. Loin de bénéficier aux travailleurs, cette fragmentation du travail donnerait aux détenteurs du capital et des plateformes un pouvoir de négociation démesuré face à une armée éclatée de personnes précaires, prêtes à accepter un travail à n’importe quel prix. » Diana Filippova, dans Société Collaborative, la fin des hiérarchies  (Rue de L’Échiquier, 2015), citée par Les Inrocks.
Revenir au sommaire

Les GAFA à (la place de) Pôle emploi

Au-delà des avancées technologiques qui permettront l'automatisation d'un certain nombre de tâches, d'emplois ou de métiers, les critères d'une "uberisation" sont clairement posés dans cette interview d'Olivier Ezratty. En première ligne des "uberisables", on trouve :
 
"ceux qui génèrent de l'insatisfaction client" (des médecins aux plombiers pour — par exemple — raccourcir les délais d'attente et favoriser la mise en contact directe) ;

"ceux susceptibles d'être désintermédiés par des plateformes d'évaluation", c'est à dire ceux qui nécessitent une forte évaluation client distribuée en pair à pair ;

"ceux qui sont dans une situation de quasi-monopole" (les taxis donc, mais aussi, dans un tout autre registre ... l'éducation) ;

"les métiers de service dans l'aide à la personne" (de la livraison à domicile en passant par la recherche de nounous ou de cours particuliers).

Lorsqu’à l’image de celui du transport de personnes, des secteurs entiers auront ainsi basculé dans le salariat algorithmique et le travail à la tâche, il ne faudra pas s'étonner de voir un actuel ou futur GAFA lancer l'uberisation de Pôle emploi, ni se plaindre de voir la « rationalité » algorithmique devenir le seul contremaître de formes de travail aussi précaires que grégaires.
Revenir au sommaire

Une nouvelle bulle de servitude : économie du partage ou partage de l'autonomie ?

Le point commun de l'ensemble de ces services, souvent improprement rattachés à l'économie du partage, comme le rappelle Michel Bauwens (théoricien du pair à pair), est de pointer la nécessité d'un tiers régulateur centralisé. L'État ne jouant plus ce rôle, les GAFA et aspirants GAFA s'y collent avec le tiroir-caisse, la maîtrise des usages, la capacité de déterritorialisation (y compris souvent et surtout… fiscale) qui sont les leurs, le tout en naviguant entre l’idéologie libertarienne et celle du cyberpunk.

Après la célèbre bulle de filtre d'Eli Pariser, la Sharing Economy, si sa préemption par les GAFA ou les NATU– Netflix, AirB’nB, Tesla Uber – se confirme , sera avant tout une (nouvelle) bulle de servitude et un outil de « (re)mise à la tâche », dont les représentants les plus libéraux de l’idéologie managériale n’auraient même jamais osé rêver.

  « La particularité de la Bulle de la Servitude est qu'elle fait d'un petit nombre de gens des sortes de maîtres néo-féodaux, des seigneurs avec une abondance de services de luxe disponibles à la demande au bout des doigts. Mais ceci n'est possible qu'en faisant d'un très grand nombre des néo-serfs améliorés : majordomes, bonnes, chauffeurs, serveurs, etc. La Bulle de la Servitude est certes créatrice d' « emplois », mais il ne s'agit que d'emplois de « service » de bas étage, des petits jobs non qualifiés et sans perspectives d'évolution qui non seulement vous anéantissent l'âme, vous écorchent le mental et vous minent le moral, mais qui en plus gâchent votre potentiel. Il ne s'agit pas des « services » d'un médecin ou d'un thérapeute, mais des « services » d'une pédicure, d'un éboueur ou d'un promeneur de chiens. De ce fait, dans l'ensemble, ils appauvrissent le potentiel humain et en détruisent les compétences au lieu de l'enrichir et de le faire grandir. La Bulle de la Servitude est faite de choses qui, à grande échelle, gâchent, déciment et démolissent ce qui compte : le potentiel humain. » Umair Haque[+] NoteTraduit par Patrice Piquionne.X [1].
 
La « pression » managériale, loin de se dissoudre ou de s’effacer, s’en trouvera tout au contraire renforcée parce que redistribuée et démultipliée au travers d’entités non assignables (en recours ou en justice), comme le soulignent Alex Rosenblat et Luke Stark :

« Le système d’emploi flexible par mise en relation numérique et algorithmique d’Uber construit des formes de surveillance et de contrôle qui résultent en asymétries d’informations et de pouvoir pour les travailleurs. Le système Uber, les algorithmes, les Community Support Representatives, les passagers, les évaluations de performance semi-automatisées, et tout le système de notation agissent ensemble pour créer un substitut au contrôle managérial direct sur les chauffeurs. »
Revenir au sommaire

Se poser la bonne question. Mais laquelle ?

Celle d'une troisième voie, comme le rappelle Michel Bauwens :

« La troisième voie est à mon sens celle de Bologne où la ville, à travers The Bologna Regulation for the Care and Regeneration of Urban Commons, mène une politique facilitatrice, elle crée les infrastructures pour permettre aux gens d’exercer leur autonomie, met en place une régulation municipale pour le soin des biens communs : la loi autorise les habitants à proposer des changements pour leur quartier et s’engage à les aider à réaliser ces projets, avec un processus d’évaluation à la clé. Plutôt que d’être dans une transmission de haut en bas en considérant les citoyens comme des consommateurs, une ville ou un État peut devenir un partenaire et faciliter l’autonomie sociale et individuelle. C’est une source de progrès social. Plusieurs projets vont en ce sens en Italie. » :
 
En 1968, J.C.R. Licklider  publie un article, « The computer as a communication device » qu’il conclut par cette question :

« Pour la société, savoir si l'impact (du fait d'être "en ligne" et d'utiliser des ordinateurs pour communiquer, NDLR) sera bon ou mauvais dépendra principalement de la réponse à cette question : être connecté ("to be on line") sera-t-il un privilège ou un droit ? Si c'est seulement un segment déjà favorisé de la population qui a une chance de profiter des avantages permis par la facilitation de ces capacités intellectuelles nouvelles ("intelligence amplification"), alors le réseau pourrait amplifier / aggraver la discontinuité dans l'éventail de l'accès à ces nouvelles opportunités ("intellectual opportunity" »). 

À l'aube du XXIe siècle, c'est la même question qu'il faut poser une fois acté le remplacement d'un certain nombre de tâches et de fonctions par des automates, des algorithmes ou des robots. Ces nouvelles formes de "travail journalier à la tâche", ce "salariat algorithmique", produit d’une rationalité calculatoire — par bien des aspects efficiente et par bien d’autres aliénante — sera-t-il un privilège ou un droit ? 

 On cotisera tous à la sécurité sociale de Google, nos points retraites seront chez Amazon, Apple sera notre banquier, et Facebook fera office de mairie et d'état-civil  S’il doit devenir un privilège (c'est pour l'instant ce vers quoi nous nous dirigeons), alors il ne permettra qu'à quelques-uns d'accentuer leurs rentes en déployant une idéologie libérale devant laquelle notre actuel capitalisme dérégulé fera office de gentillet kolkhoze ; le modèle du Mechanical Turk d'Amazon deviendra la norme, on cotisera tous à la sécurité sociale de Google, nos points retraites seront chez Amazon, Apple sera notre banquier, et Facebook fera office de mairie et d'état-civil. A Brave New World. A Fucking Brave New World

Pour qu'il puisse exister comme un droit, c’est désormais au « politique » — c’est-à-dire à cette dimension de l’action collective qui permet l’articulation de politiques publiques en relai et en soutien d’initiatives citoyennes —de faire en sorte que chaque citoyen ait la possibilité de réinstaller au cœur d'un système outrancièrement individualiste l'horizon d'une représentation et d'une négociation collective possible. C'est aujourd'hui également que la question de savoir ce qui relève du bien commun inaliénable, dans nos usages sociaux comme dans nos ressources naturelles, doit être posée. Cette question qu’Uber ne pose pas quand elle utilise nos voitures, cette question qu’AirB’nB ne pose pas quand il loue nos appartements, cette question d’Amazon ne se pose pas quand elle nous fait livrer des colis sur ce dernier kilomètre qui lui coûte si cher.  

Revenir au sommaire

Schizo-travail et maso-rémunération

Après une journée à co-worker avec différents algorithmes de hiérarchisation de l'info pour alimenter les différentes "Filter Bubble" pendant que d'autres, à Manille ou ailleurs, accompliront la part ingrate des mêmes tâches, quand nos enfants rentreront du boulot dans 20 ans, il est probable qu'ils prennent en route un ou deux passagers avec leur casquette UberPOP, que l'un de ces passagers soit — aussi — un travailleur occasionnel Amazon Flex profitant de la course pour livrer un colis commandé par son voisin de pallier. Il est tout aussi probable que l'ensemble de ces schizo-salariés soient tous à bord d'une Google Car entièrement automatisée (à moins qu'ils ne se déplacent avec un véhicule autonome de la flotte Über)  dont celui qui n’en sera même plus le propriétaire mais simplement le locataire temporaire (l'acopie) percevra un micro-salaire de Google en échange, par exemple, d'une procédure de contrôle qualité temps réel, c'est à dire en échange d'une supervision humaine de cette conduite algorithmique, devenant alors temporairement un « professeur des algorithmes », nouvelle variante de la dialectique du maître et de l’esclave.

Il est également probable que rien de tout cela ne se produise. Mais il est encore davantage probable que la phrase précédente … soit très improbable.

---
Crédits photos :
- Press Kit Uber
- Turc mécanique, Wikipédia
- Amazon Locker, Andrew Watson, Flickr

À lire également dans le dossier « Autour du Digital Labor » :
Digital labor, travail du consommateur: quels usages sociaux du numérique ?
Digital labor ? Le travail collaboratif malgré tout
Le digital labor est-il vraiment du travail ?
Le digital labor profite aussi à l’internaute
Le digital labor, un amateurisme heureux ou un travail qui s’ignore ?
Digital labor : une exploitation sans aliénation
Le digital labor : une question de société
Qu'est-ce que le Digital Labor ?

Revenir au sommaire
  • 1. Traduit par Patrice Piquionne.
Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction