Films et bandes originales, les liaisons lucratives

Lu sur le web  par  Alexandre FOATELLI  •  Publié le  28.03.2017  •  Mis à jour le 28.03.2017
En janvier, sur les dix meilleures ventes d’albums selon Billboard, cinq étaient des bandes originales de films : Moana, Suicide Squad, Trolls, Sing et La La Land. Si le plus souvent, le succès de la bande originale est corrélé au succès commercial du film, il n’en va pas toujours ainsi. À sa sortie, Bodyguard fut conspué par la critique, mais le marketing axé autour du titre I will always love you a permis au film d’être un succès en salles. De la même façon, la sortie de l’opus de James Bond Skyfall a été portée par le fait qu’Adele signe la BO. D’autres bandes originales sont des compilations de morceaux ayant déjà connu le succès, mais à qui les films donnent un nouveau souffle (Intouchable ou Forrest Gump). Ce lien de rentabilité s’inscrit dans la durée puisque à chaque diffusion et rediffusion à la télévision, les ventes de disques repartent à la hausse. Cependant, les maisons de disques ne s’aventurent que rarement sur ce terrain, car la musique ne bénéficie pas souvent de l’investissement nécessaire pour devenir un hit.
 
À lire sur Les Échos
Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction