Les défis de Rdio : exportation et innovation

Article  par  Matt DARTI  •  Publié le 09.04.2013  •  Mis à jour le 09.04.2013
[ACTUALITÉ] En annonçant récemment l’ouverture d’un service de vidéo à la demande (VoD) intitulé Vdio, la plateforme de streaming musical Rdio démontre son ambition d’étendre son offre tous azimuts. 
Première société autonome à proposer un service de streaming vidéo en complément de la diffusion de musique, Rdio semble bien décidée à s’imposer dans l’univers ultra-concurrentiel des plateformes de streaming musical. L’entreprise fondée en 2010 par Niklas Zennström et Janus Friis, connus pour avoir fondé KaZaA, Joost et Skype, axe son développement autour de l’innovation et l’extension à l’international. Rdio, basée à San Francisco propose plus de 18 millions de chansons dans 24 pays.
 
Il semble que cette plateforme, encore méconnue en France, ait le vent en poupe. Une étude de Fizziology, utilisant les réseaux sociaux pour mener des « focus group », a décrypté le succès du service qui dépasse même le numéro 1 du streaming musical américain, Pandora, sur la côte ouest des États-Unis.
 
Cette étude démontre que le marché du streaming reste ouvert et c’est pourquoi les plateformes usent de toutes les astuces pour attirer les internautes. Rdio a ainsi lancé une application,« Talk Radio », un outil ludique de commande vocale pour la recherche de chansons. Drew Larner, PDG de la société, abonde dans ce sens puisqu’il précise, dans le magazine Billboard, vouloir développer d’autres « outils intelligents » pour améliorer la plateforme.
 
Il y a quelques semaines, Rdio a mis à jour le design de son application iPhone pour améliorer la présentation des pochettes d’albums. La déclinaison du service sur le mobile est en effet un point crucial pour atteindre les utilisateurs les plus jeunes. Le service a également amélioré l’échange de « playlists » entre auditeurs et l’intégration des réseaux sociaux sur le site.
 
Très récemment, Rdio est même devenu un exemple très innovant dans l’univers du streaming musical. Avec le service Vdio, la société autonome voit plus grand que le seul marché de la musique numérique. Selon Drew Larner, cela correspond en effet à l’ambition originelle des fondateurs du site de créer une « plateforme globale de divertissement. ». L’ambition des fondateurs du site est de créer une plateforme globale de divertissement.   Business Insider rapporte que Spotify s’apprêterait à lancer un service similaire au cours de cette année.
 
Sur le plan stratégique, Rdio confirme sa volonté de déploiement global en lançant son service dans 7 nouveaux pays, notamment le Brésil, mais aussi d’autres marchés en Europe. Bien que l’implantation sur le Vieux Continent date de quelques mois, Drew Larner viserait déjà le marché asiatiquePour s’imposer comme la référence du streaming musical, Rdio souhaite être présente sur tous les marchés où sont implantés ses concurrents, ce qui l’oblige à combattre sur deux fronts. En effet, Deezer a choisi de ne pas s’exporter aux États-Unis pour privilégier les marchés émergents, tandis que Spotify prend de l’ampleur sur le territoire américain. Pour être fidèle à sa stratégie, Rdio doit donc mobiliser son énergie aussi bien sur le marché états-unien que sur celui des pays émergents. Un défi que la société semble vouloir relever.
 
En définitive, dans la guerre que se livrent les plateformes de streaming musical pour contrôler le marché, chacune a sa propre recette. Pour contrer Spotify, Deezer et Pandora, Rdio semble opter pour une stratégie payante. En effet, le dernier rapport de l’l’International Federation of the Phonographic Industry (Ifpi)[+] NoteFédération internationale de l’industrie phonographique.X [1] mettait l’accent sur le potentiel de croissance des marchés émergents et sur l’importance de l’innovation. 

--
Crédits photo :
Capture d'écran de la page d'accueil Rdio
  • 1. Fédération internationale de l’industrie phonographique.
Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction