La découverte musicale, toujours plus sociale | InaGlobal

La découverte musicale, toujours plus sociale

Article  par  Maïa BOYE  •  Publié le 08.03.2013  •  Mis à jour le 08.03.2013
[ACTUALITÉ] Face à  la dispersion des internautes dans leurs pratiques d’écoute, toutes les plateformes, de Facebook à Tumblr en passant par Deezer et Spotify, misent sur la recommandation pour attirer les consommateurs sur un seul et même service.
Comme on l’a constaté au SF Music Tech, les services de musique en ligne spécialisés investissent de plus en plus le champ de la recommandation[+] NoteLa recommandation musicale se décline en trois types : la recommandation quantitative (ceux qui ont aimé cette chanson, aiment aussi ces autres chansons), la recommandation éditoriale (les choix de l’équipe de la plateforme), et la recommandation communautaire ou sociale (par les amis ou influenceurs).X [1]. Les plateformes mainstream comme Tumblr ou Facebook se lancent elles aussi dans l’aventure et pensent pouvoir apporter une véritable valeur ajoutée à la découverte musicale en lui donnant un aspect plus social. Fort de sa collaboration avec Spotify, Facebook se lance avec un gros avantage : il peut utiliser comme bon lui semble le catalogue du logiciel de streaming musical. La plateforme de micro-blogging Tumblr jouit quand à elle de la fidélité d’ « influenceurs » qui feront désormais office de curateurs de contenu pour le tag « musique ». L’arrivée des plateformes sociales mainstream dans la découverte musicale ne va-t-elle pas faire de l’ombre à de plus petites initiatives, aussi innovantes soient-elles ?
 
Nate Auerbach, « influenceur » musical chez Tumblr, a annoncé que la plateforme se lançait dans la découverte musicale. Le site, qui compte plus de 95 millions d’utilisateurs, a décidé d’apporter deux changements au site. Le premier est la création d’une page « Musique » où les blogueurs trouveront toutes les publications liées à la musique, les nouveaux blogs et groupes à suivre et les évènements à venir. Le second changement est la création d’un tag « musique », dont le contenu sera choisi et trié par des membres de la communauté Tumblr jugés influents. Cela inclut des membres des magazines Rolling Stone, Billboard ou du sitePitchfork par exemple. La valeur sociale ajoutée, selon Nate Auerbach, est apportée par les curateurs de contenu très suivis par les internautes qui leur font confiance. Selon le site, ces nouvelles fonctionnalités sont une réponse à une demande récurrente des utilisateurs, pour qui la musique semble être centrale dans le partage social. Le point fort de la découverte sociale de la musique chez Tumblr est donc de s’appuyer sur la crédibilité de blogueurs qui sont véritablement reconnus au sein de la communauté.  

 
 

Dans une interview accordée à Billboard, le manager des partenariats stratégiques de Facebook, Ime Archibong, annonce lui aussi l’implication grandissante de la plateforme dans la découverte sociale de la musique : « Nous voulons que la musique ait une vraie place dans l’identité de l’utilisateur et que cela se traduise dans les fonctionnalités de la plateforme ». Il affirme que Facebook ne cesse d’enrichir l’application « Musique » du site.
 
La grande nouveauté sociale est surtout l’arrivée de l’application : « Listen With ». Elle permet aux utilisateurs d’écouter de la musique avec leurs « amis » tout en « chatant » en discussion instantanée. L’originalité de l’expérience réside dans le fait que l’écoute est totalement synchronisée. L’utilisateur clique sur la chanson que son « ami » écoute, dès lors ils l’écouteront « en même temps ». Le but étant évidemment de créer une discussion autour de la musique et d’imaginer que dans un avenir proche, Facebook pourra aussi permettre à plusieurs utilisateurs écoutant le même artiste d’acheter des places de concerts simultanément.

 
 

Cette fonctionnalité n’est pas si innovante que ça. En effet le site Turntable.fm, qui avait fait le « buzz » en 2012, a un concept très similaire. La plateforme propose le même principe d’écoute simultanée de musique, à la seule différence qu’elle permet d’écouter des morceaux d’utilisateurs « inconnus », et non pas seulement ceux de nos amis. Et cela, selon le co-fondateur de Turntable.fm, Bill Chasen, « marque une grande divergence de conception de la découverte sociale de la musique ».
Car en limitant la recommandation musicale à ses amis, l’utilisateur découvre moins d’artistes que s’il partage cette expérience sociale avec des auditeurs qui ont des goûts musicaux plus diversifiés.
 
On a pourtant toutes les raisons de croire que l’arrivée de Facebook dans la découverte musicale ne rende que plus difficile le succès de Turntable.fm qui souffre déjà d’un catalogue d’artistes trop restreint. Grâce à son partenariat avec Spotify, Facebook dispose lui d’un vaste catalogue d’artistes.
 
En somme, dans une perspective où Facebook multiplie ses partenariats, on peut légitimement penser que le réseau social pourrait gêner le développement d’autres start-ups innovantes. Car contrairement à Facebook il existe de petites plateformes plus spécialisées, inconnues du grand public qui ont exploré le sujet en profondeur. En France par exemple, Musicovery propose grâce à une base de données de 160 000 titres, de faire découvrir à l’utilisateur une musique en fonction de son humeur ou son état d’esprit (mood). De plus, le travail du musicologue belge Pierre Labecque dans sa tentative interactive de classer la musique de 1850 à nos jours avec le site musimap, montre que la découverte musicale n’est pas seulement une affaire d’algorithmes, mais un réel travail d’analyse de la musique. Ainsi musimap propose un service alternatif de classement des données musicales.
 
Aux États-Unis, une start-up comme Slacker Radio a par ailleurs développé un modèle de recommandation musicale fondée sur trois piliers : la demande des auditeurs, les playlists automatisées et un travail de curation par l’équipe éditoriale du site. Auparavant ces trois dimensions de la recommandation musicale étaient fragmentées en plusieurs services, mais depuis peu la dimension sociale est de plus en plus intégrée aux algorithmes de recommandation, ainsi qu’une curation « plus humaine » du contenu musical. 
 
Si Facebook veut se positionner comme un acteur indispensable de la découverte musicale, il n’est pas certain que ce géant du web y parvienne. En effet, une récente étude de musicmetric fait état de la dispersion des internautes dans leurs pratiques d’écoute et de partage. C’est sans doute la raison pour laquelle, toutes les plateformes, de Facebook à Tumblr en passant par Deezer et Spotify, tentent d’attirer les utilisateurs. Dès lors, l'enjeu est d’attirer les consommateurs de musique sur un seul et même service.
 
Si des plateformes sociales cherchent à intégrer la musique au centre de leur dispositif, dans le même temps, les sites de streaming musical veulent rendre la découverte musicale plus sociale.
 
C’est ce qu’annonçait Spotify en décembre 2012, avec la création de nouvelles catégories telles que « S’abonner » et « Découvrir ». Elles permettent de suivre l’actualité musicale des artistes et d’avoir une recommandation personnalisée dans un journal tel que Pinterest. Axel Dauchez, directeur général de la plateforme de streaming Deezer, abonde dans ce sens dans la revue Musique Info : « nous devons mettre en place des scénarios de découverte et faciliter le partage de la musique, retrouver son rôle social, vertu qu'elle a perdue avec le fichier numérique. Demain, ce sera un élément de différenciation des plateformes de musique en ligne, et c'est un axe de R&D structurel pour nous. » C’est la raison pour laquelle Deezer avait lancé en novembre 2011 la « livebar » qui permettait de suivre en temps réel la musique qu’écoutent les communautés de fans ou « se brancher » sur leurs flux.
 
La découverte musicale sociale est devenue un tel enjeu qu’aujourd’hui des marques comme Coca-Cola investissent dans ce secteur. Ainsi, la société de sodas a financé le site Music Dealers permettant aux internautes de découvrir des artistes au sein d’une communauté de fans puis de les mettre en lien avec des labels. Cette solution « globale » de découverte musicale créée en 2011 est sans doute l’innovation qui réunit toutes les tendances actuelles de la filière musicale : le Brand Content, la découverte musicale, la communauté de fans et le droit d’auteur.

--
Crédits photos :
- thekellyscope / Flickr
-Capture d'écran du site Tumblr (#Music)
-Capture d'écran du site Facebook 
-Logo de Turntable.fm
-Logo de Music Dealers
    
  • 1. La recommandation musicale se décline en trois types : la recommandation quantitative (ceux qui ont aimé cette chanson, aiment aussi ces autres chansons), la recommandation éditoriale (les choix de l’équipe de la plateforme), et la recommandation communautaire ou sociale (par les amis ou influenceurs).
Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction