Quand l’eSport s’appuie sur les rivalités sportives entre les villes

Lu sur le web  par  Alexandre FOATELLI  •  Publié le  17.07.2017  •  Mis à jour le 17.07.2017
Afin d’élargir le public du eSport au-delà des millions de vues sur les plateformes de streaming comme Twitch, Activision Blizzard a décidé de vendre des équipes de joueurs de son jeu Overwatch à des propriétaires d’équipes professionnelles de sport traditionnel. Ainsi, le propriétaire des New England Patriots (football américain) et celui des New York Mets (baseball) ont acquis des équipes qui pourront, à terme, former la première Overwatch League. En profitant des éléments des franchises de sport populaire (stades, équipements) Activision Blizzard espère notamment attirer les revenus publicitaires qui jusqu’à présent restaient à la marge de l’eSport. Des compétitions reposant sur des rivalités entre les villes, comme c’est le cas pour la Ligue des Champions de football en Europe, doit permettre d’élargir le public et augmenter les droits de diffusion par les médias. Le géant chinois Tencent, qui possède Riot Games, développeur de League of Legends, a lui aussi lancé des opérations de promotion auprès des investisseurs potentiels. La création de ces ligues fermées permettrait aux propriétaires des équipes d’eSport de ne plus avoir de risque de relégation comme dans les ligues précédentes, et pour les joueurs cela leur apportera une garantie de salaire.
 
À lire sur Financial Times

Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction