World of Warcraft est-il bon pour la retraite ?

Article  par  Vincent SARRAZIN  •  Publié le 14.08.2012  •  Mis à jour le 20.08.2012
[ACTUALITÉ] Le MMORPG phare d’Activision Blizzard continue de voir son nombre d’abonnés diminuer au fil des mois, malgré la sortie de l’extension Mists of Pandaria prévue pour septembre 2012. Un abandon progressif qui semble sonner le glas des jeux en ligne avec abonnement mensuel.
World of Warcraft fêtera-t-il ses dix ans de mise en service en novembre 2014 ? L’avenir semble à première vue plutôt sombre pour le jeu de rôle développé par Blizzard Entertainment (passé dans le giron d’Activision depuis la fusion de ce dernier avec Vivendi Games en 2008) qui peine à endiguer la fuite de ses abonnés : le jeu est repassé sous la barre des dix millions de souscripteurs en juillet 2012 après avoir culminé à 12 millions en 2010. Une lente hémorragie pour un jeu qui affiche une longévité déjà impressionnante du haut de ses 8 ans de mise en service, et a su jusqu’ici résister à la concurrence des autres jeux du secteur. Si l’on ne compte plus les tentatives des autres éditeurs de ravir cette place de leader - avec le lancement de jeux à gros budget sur le marché des MMORPG (Massively Multiplayer Online Role Playing Games, ou « jeux de rôle en ligne massivement multijoueurs »), tels Warhammer Online en 2006 ou Age of Conan en 2008 -, la parution de nombreuses extensions pour World of Warcraft a pu relancer à intervalle régulier l’intérêt du public pour le jeu, rallongeant d’autant son cycle de vie.
 

Blizzard compte bien redynamiser
WoW grâce à la sortie de l'extension Mists of Pandaria.

 
Mais les dangers auxquels le poids lourd d’Activision Blizzard doit aujourd’hui faire face proviennent moins des produits concurrents que du modèle free-to-play qui domine de plus en plus le monde des jeux en ligne. Popularisé par les jeux sociaux (comme ceux de Zynga), l’économie des micro-transactions facultatives fait de plus en plus figure de modèle hégémonique, et rend obsolètes les jeux à abonnements qui ont marqué l’apogée de World of Warcraft. Le changement de modèle économique des jeux à souscriptions passant en free-to-play est ainsi devenu monnaie courante, avec des succès parfois retentissant : certain jeux ont ainsi multiplié leurs bénéfices de façon considérable en supprimant les barrières de prix à l’entrée, avec des revenus jusqu’à 12 fois plus importants comme pour Team Fortress 2. Le MMORPG Star Wars : The Old Republic , présenté depuis sa sortie à l’hiver 2011 comme le principal concurrent de WoW, devrait ainsi passer très prochainement en free-to-play afin d’attirer de nouveaux utilisateurs, son éditeur Electronic Arts souhaitant donner à son produit phare l’attractivité dont il a jusqu’ici manqué pour détrôner l’indéboulonnable WoW .
 
World of Warcraft sera-t-il inexorablement condamné à devoir adopter un modèle gratuit pour assurer sa survie? Un tel changement pourrait devenir la seule réponse viable sur le long terme, mais Activision Blizzard ne paraît pas vouloir précipiter les choses : malgré l’ouverture partielle du jeu au free-to-play en 2011 (sous la forme d’une version de démonstration disponible gratuitement mais limitée en contenu et en temps de jeu), l’éditeur semble décidé à conserver pour le moment le système d’abonnement de WoW qui, avec un peu moins de 10 millions d’abonnés, reste encore très rentable. La base des joueurs installés est un formidable atout pour les jeux en ligne, qui profitent de l’effet d’inertie engendré par la loyauté des utilisateurs.
 
Le futur d’Activision Blizzard semble lui aussi plutôt serein (malgré le recul de 4 % de l’action Activision-Blizzard à la suite de la divulgation des mauvais résultats de son MMORPG. Car même la baisse de régime subie par Wow ne suffira pas pour plonger dans la tourmente l’éditeur, qui dispose d’autres atouts : entre la sortie détonante de Diablo III en mai 2012 qui a déjà dépassé World of Warcraft avec plus de 10 millions d’utilisateurs et les deux extensions prévues pour Starcraft II à partir de 2013, Blizzard ne manque pas de licences fortes pour assurer son avenir. Le marché du free-to-play ne devrait pas être laissé de côté, avec le développement d’un Blizzard All Stars qui réunira les personnages de la marque autour d’un jeu compétitif en équipes. Car c’est sur les jeux multijoueurs compétitifs (on parle de sport électronique) que le développeur Blizzard Entertainment concentre aujourd’hui l’essentiel de ses efforts en devenant un acteur de référence du milieu.

--
Crédit photo :
Illustrations provenant du dossier de presse de Blizzard Entertainment pour Mists of Pandaria.
Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction