La Culture dans le cadre du MERCOSUR

Article  par  Juliette DUMONT  •  Publié le 23.09.2010  •  Mis à jour le 11.10.2010
Le MERCOSUR mène-t-il une politique culturelle cohérente concernant la Culture et les industries culturelles ?

Sommaire

Quelle identité culturelle régionale pour le MERCOSUR

 
Lorsqu’on aborde la question des relations culturelles en Amérique latine, c’est souvent à des constats d’échec que l’on est confronté. Les propos sur l’ignorance des pays latino-américains vis-à-vis de leurs voisins semblent être un leitmotiv présent dès la fin du XIXème siècle. La nécessité de modifier, au sein des systèmes éducatifs comme au niveau de la production culturelle, les images et impressions mutuelles qui influent sur les relations interaméricaines, a fait plusieurs fois l’objet d’accords et de déclarations de principes. Aujourd’hui, il faudrait lui adjoindre un nouvel impératif : dépasser le point de vue national pour adopter une logique régionale dans le cadre du MERCOSUR. Ce qui nous amène à nous demander s’il existe une politique cohérente au niveau du MERCOSUR concernant la culture et les industries culturelles. Cette politique est-elle envisagée uniquement du point de vue économique, ou également sur le plan de l’identité culturelle ? En d’autres termes, entre une vision passéiste de la culture, réduite au patrimoine, et une vision mercantiliste qui fait des biens culturels une marchandise comme les autres, les instances du MERCOSUR ont-elles réussi à construire une voie satisfaisante ? L’armature institutionnelle et les réalisations du MERCOSUR dans le champ culturel est à traiter tout autant que la place réservée aux industries culturelles, et en particulier audiovisuelles. Celles-ci semblent en effet, par leur poids économique et social et par leur capacité à toucher un large public, être amenées à devenir un acteur majeur de l’intégration.
Un certain nombre de remarques préliminaires nous semblent nécessaires. Il nous faut noter la difficulté qu’il y a pour les acteurs institutionnels du MERCOSUR à s’accorder sur une définition des termes « culture » et « industries culturelles ». La principale cause de ces controverses réside dans le fait qu’entamer des négociations sur des produits culturels amène des questionnements complexes sur les liens entre économie, culture et identité sociale.
 
Il est également important d’avoir à l’esprit la place secondaire qu’occupent les biens et services produits par les industries culturelles dans les échanges commerciaux qui forment le cœur d’une entité qui est avant toute chose un marché commun. De même que, comme le notent Guillermo Mastrini et Martín Becerra [+] NoteGuillermo MASTRINI , Martín BECERRA , « Globalización, mercado e industrias culturales : ¿Resistencia o simulacro ? », in Actas del XII Encuentro Latinoamericano de Facultades de Comunicación Social FELAFACS Pontificia Universidad Javeriana Bogotá, septiembre de 2006, p.3X [1], on ne saurait passer sous silence le faible et inégal accès des citoyens latino-américainss aux biens et services d’information, de communication et de culture. La grande concentration de la production de type culturelle [+] NotePar exemple, le groupe Globo, au Brésil, a autant de poids, voire plus, que tous ses concurrents réunis. En Argentine, 85% de ce qui se produit ou se transmet dans les media nationaux est contrôlé par quatre grandes entreprises.X [2], ainsi que son extrême centralisation [+] NoteLa plupart des industries culturelles sont situés dans les principaux centres urbains. Ainsi, dans la capitale argentine et ses alentours se concentre 70% des consommateurs de cinéma. Situation que l’on retrouve à Asunción ou à Montevideo.X    [3]expliquent en partie cet état de fait et vont à l’encontre d’un meilleur accès à ces biens et services, créant un obstacle au processus d’intégration indispensable à l’accomplissement réel du MERCOSUR.

Enfin, dans la plupart des pays latino-américains, le manque de statistiques sérieuses, ou disponibles, sur les investissements et la consommation dans les principaux domaines de la production et de la commercialisation de biens culturels, rend difficile l’élaboration de politiques culturelles qui prennent en compte de manière efficace la dimension régionale. De même il n’existe que peu d’études qui mettent en relation investissements dans la production culturelle et réception de celle-ci. Selon Nestor García Canclini, cet état de fait est à lier au déficit d’information publique dans ce domaine. L’auteur y voit à la fois une cause et une conséquence du peu de place qu’occupent les échanges culturels dans les agendas des conférences des ministres de la Culture et de l’Education [+] NoteNestor García CANCLINI, « Políticas culturales : de las identidades nacionales al espacio latinoamericano », in Néstor García CANCLINI, Carlos MONETA (coord.), Las industrias culturales en la integración latinoamericana, Buenos Aires, Eudeba, 1999, p.39X [4].
 
 
 
Revenir au sommaire

La dimension culturelle du MERCOSUR

 
Si la dimension culturelle apparaît en juillet 1991 à l’occasion de la Reunión Preparatoria sobre la Dimensión Cultural y Educativa del Mercosur, ce n’est qu’en 1992 [+] NoteC’est lors de la Réunion du Groupe Marché Commun, qui a lieu à Brasilia du 30 septembre au 02 octobre 1992X [5] qu’est décidée la création de la Reunión Especializada en Cultura dont l’objectif était de « promouvoir la diffusion de la culture des États membres, en stimulant la connaissance de leurs valeurs et traditions respectives, tant par le biais d’initiatives conjointes que par celui d’activités culturelles régionales ». La première Reunión [+] NoteLa première Reunión Especializada en Cultura s’est tenue à Buenos Aires les 14 et 15 mars 1995X [6] aboutit à la création de sept Commissions Techniques. On éleva son rang au sein de la structure institutionnelle du MERCOSUR lors de la seconde Reunión, en août de la même année [+] NoteLa seconde Reunión Especializada en Cultura eut lieu à Asunción, le 02 août 1995.X [7], en la transformant en Reunión de Ministros de Cultura. C’est ainsi que les réunions coïncidèrent avec celles du Consejo del Mercado Común.
 
La première Reunión de Ministros de Cultura de février 1996, au cours de laquelle fut approuvée la proposition d’une réunion des législateurs des commissions de culture des parlements des quatre pays, conduisit à la création du Parlamento Cultural del MERCOSUR (PARCUM). Le but étant de doter le MERCOSUR culturel d’une structure institutionnelle et d’un appui législatif, le Parlement travailla à rendre compatibles les législations culturelles en cours, dans chacun des pays membres, en vue de parvenir à une harmonie normative favorisant et facilitant l’échange et la circulation des biens et des personnes. Le Parlement s’est par ailleurs vu doter d’une mission de protéger et diffuser le patrimoine culturel de chacun ; de défendre et gérer les droits de propriété intellectuelle ; de promouvoir et consolider les industries culturelles.
 
 En 1996 également,  le Conseil du MERCOSUR adopte le Protocole d’Intégration Culturelle du MERCOSUR [+] NoteConsultable (en espagnol) en ligne à l’adresse suivante : http://www.portalargentino.net/leyes/mercult.htmX [8]. Waldo Ansaldi qualifie de « vagues et peu originaux » les énoncés de ce texte [+] Note Waldo ANSALDI, « La seducción de la cultura. Mucho más que un mercado », in Encrucijadas UBA, Año I, n°4, Buenos Aires, fév. 2001, p.4X [9], même s’il ajoute que c’est un instrument juridique qui constitue un premier pas vers l’affirmation d’une volonté commune en ce qui concerne le traitement de la culture. Gabriel Omar Álvarez, moins critique, estime que ce protocole « garantit au MERCOSUR un processus d’intégration en profondeur, qui transcende les aspects commerciaux, et évite l’homogénéisation en ce qui concerne les identités (…) »[+];; NoteGabriel Omar ÁLVAREZ, « Integración regional e industrias culturales en el MERCOSUR : situación actual y perspectivas », in Néstor García CANCLINI , Carlos MONETA (coord.), Las industrias culturales en la integración latinoamericana, Buenos Aires, Eudeba, 1999, p.153X [10]. Pour la première fois le champ de la culture est explicitement incorporé au processus d’intégration, en faisant même un élément primordial. Dans ce document [+] NoteConsultable (en espagnol) en ligne à l’adresse suivante : http://www.portalargentino.net/leyes/mercult.htmX [11], le principe de respect de la diversité culturelle est posé, ainsi que la reconnaissance des nouveaux phénomènes et réalités nés des échanges culturels [+] NoteDans l’article 2 du Protocole, il est stipulé que sont privilégiées « (…) les actions culturelles qui expriment les traditions historiques, les valeurs communes et la diversité des pays membres ».X [12].
 
Il ne s’agit pas ici de dresser la liste exhaustive des initiatives prises dans le cadre des différentes instances du MERCOSUR dédiées à la culture mais d’en dresser un bref bilan malgré le manque de visibilité du MERCOSUR culturel. Les instances culturelles sont quasiment invisibles dans la nomenclature proposée sur le site du MERCOSUR, et le site MERCOSUR cultura [+] Notehttp://blogs.cultura.gov.br/mercosur/X [13], abrité par le ministère de la Culture brésilien est presque vide de contenu, la plupart des sections étant en cours de construction depuis 2008. Quand bien même l’efficacité et la visibilité du MERCOSUR culturel sont à améliorer, la réalisation régulière de réunions spécialisées crée progressivement un temps et un espace institutionnels pour la culture dans le processus d’intégration. En effet, certaines des décisions qui ont été prises contribuent jusqu’ici à affirmer, sur le plan symbolique, la dimension culturelle de l’intégration. En atteste l’adoption, en 1996, du logo « MERCOSUR cultural » [+] NoteLa résolution concernant le logo inclut le Traité Douanier pour la Circulation au sein des Pays du MERCOSUR des Biens faisant partie de Projets CulturelsX [14] et, en 1997, du « Día del Patrimonio Cultural » (le 17 septembre). Un certain nombre d’autres initiatives à même de contribuer à l’intégration par la culture sont mises en avant par Waldo Ansald comme la création d’un Centre de Documentation Musicale du MERCOSUR, basé à Montevideo ; le développement de réseaux nationaux d’information culturelle qui soient connectés au Système d’Information Culturelle d’Amérique Latine et des Caraïbes (SICLAC) ; réalisation de stages par des techniciens et des gestionnaires culturels au sein d’institutions des pays membres ; mise en place d’un Prix Annuel pour les créateurs, les réalisateurs, les écrivains, les artistes plasticiens ; réalisation de séminaires, de publications et de réunions académiques et populaires favorisant une meilleure connaissance mutuelle…
 
Enfin, la Reunión Especializada de Asunción prit deux décisions qu’il semble important de relever : d’une part, la diffusion de programmes culturels par les mass media et la coédition d’une collection d’auteurs du MERCOSUR ; d’autre part, l’élévation du guarani au rang de langue historique du MERCOSUR. Cette dernière mesure a entraîné l’élaboration d’un inventaire patrimonial, l’encouragement à la recherche académique et la promotion de son enseignement.
Le MERCOSUR culturel tend, enfin, à comporter également un volet législatif, comme le démontre la Conférence Anti-piraterie, qui s’est tenue à Buenos Aires en novembre 2009 et qui avait pour but d’élaborer des stratégies et solutions communes au problème transfrontalier de la piraterie. 

Il apparait, dans un premier temps, que le projet politique du MERCOSUR n’envisage pas l’intégration comme un processus d’homogénéisation culturelle. Le grand défi à relever réside dans la mise en place de politiques qui ne restent pas prisonnières d’une vision de la culture comme patrimoine (c’est-à-dire les réduire à l’administration du patrimoine artistique et historique) mais qui envisagent une articulation flexible des industries culturelles du MERCOSUR, qui reconnaissent le rôle des acteurs privés et civils. Ainsi que l’écrit Nestor García Canclini, « les interrogations qui surgiront dans les prochaines années sur ce qui va advenir des cultures latino-américaines sont à mettre en lien avec les sites archéologiques et les musées, les centres historiques et les grandes œuvres de l’art, mais encore plus avec les livres et les vidéos, avec la possibilité de maintenir et de développer des industries musicales et cinématographiques qui nous représentent ». [+] NoteNestor García CANCLINI « Sobre estudios insuficientes y debates abiertos », in Néstor García CANCLINI, Carlos MONETA (coord.), ouv. cité, p.16X [15] En d’autres termes, mener une véritable politique vis-à-vis des industries culturelles afin, notamment, de faire face à la concurrence étrangère, nord-américaine en particulier.
 
 
 
 
Revenir au sommaire

Les industries culturelles : un acteur potentiellement majeur de l'intégration

Les industries culturelles de chaque pays membre ont non seulement un poids et une dimension économique et sociale [+] NotePour une analyse détaillée du poids des industries culturelles dans chaque pays membres, ainsi qu’un aperçu des échanges de leurs produits et services au sein du MERCOSUR, voir Gabriel O. ÁLVAREZ (dir.), Industrias culturais no MERCOSUL, Brasilia, Instituto Brasileiro de Relações Internacionais, 2003, 576 p. et Octavio GETINO , « Las industrias culturales del MERCOSUR », 2001, publié en ligne par l’Observatorio de Industrias Culturales de la Ciudad de Buenos Aires X [16], mais ont aussi contribué à exprimer, à travers l’œuvre des auteurs et créateurs nationaux, une bonne partie de l’imaginaire social de chaque communauté, comme elles ont aussi rendu possibles des échanges culturels avec d’autres peuples. C’est pourquoi Octavio Getino, et d’autres auteurs avec lui, insiste sur le fait qu’elles sont devenues incontournables pour renforcer les processus nationaux et régionaux d’intégration économique, politique, sociale et culturelle. Il note que, néanmoins, tant les États que les principaux agents du secteur (entrepreneurs, salariés, créateurs) ne semblent pas avoir pris réellement conscience de leur importance stratégique [+] NoteOctavio GETINO , art. cité, p.3X [17].
 
Fait d’autant plus surprenant sachant que l’incorporation des industries culturelles à la dynamique du MERCOSUR leur permettrait de compter sur un marché amplifié pour couvrir leurs coûts de production et ainsi s’insérer de manière avantageuse dans des marchés tiers, augmenter leurs investissements, créer de nouveaux emplois, augmenter enfin le commerce de biens et de services culturels. Cela suppose que ces industries s’adaptent  à l’hétérogénéité des différents groupes présents dans l’espace du MERCOSUR. C’est donc à la mise en place d’un cercle vertueux, par le biais de ce type d’industrie, que sont appelés ceux qui se sont penchés sur la dimension culturelle de l’intégration. Nestor García Canclini ajoute que, dans ce contexte, il est nécessaire de trouver un juste milieu entre le dirigisme étatique et la réduction de la culture à une marchandise.
 
Quelle est exactement la position du MERCOSUR vis-à-vis des industries culturelles ? Elles occupent peu de place dans les premiers documents législatifs. Ainsi, dans le Protocole de Colonia (1994) dédié à la libéralisation des investissements transfrontaliers, elles figurent en Annexe, dans l’article 2 qui spécifie les exemptions demandées par chaque pays : le Brésil exclut ainsi de l’accord les entreprises de radio, de télévision et de télécommunications ; le Paraguay et l’Uruguay les secteurs de la radio, de la télévision, de l’édition et des télécommunications. Seule l’Argentine, dont le gouvernement avait adopté une politique plus ouverte aux investissements étrangers, ne demanda pas d’exemptions [+] NoteVoir Carmina CRUSAFON , « La política audiovisual del MERCOSUR y la influencia del modelo europeo », in Cuadernos de información, n°25, 2009-II (juill.-déc.), p.4X [18]. Celles-ci mettent en lumière les obstacles à l’intégration régionale, et révèlent l’importance du secteur audiovisuel en termes de souveraineté nationale. C’est ainsi que l’intégration régionale du point de vue audiovisuel fut limitée au cinéma [+] NoteAinsi, en 1998, la Comisión de Industrias Culturales del MERCOSUR décide de « convoquer les secteurs productifs pour mettre en place une série de rencontres entre les représentants des industries du disque, du cinéma et de l’édition ».X [19].
 
En juin 2000 est approuvé, par les ministres de la Culture du MERCOSUR réunis à Buenos Aires, un projet de recherche sur l’incidence économique et sociale des Industries Culturelles dans la région, afin d’améliorer les politiques et la législation dans ce domaine, et d’établir des systèmes d’information systématique sur le secteur. Plus tard, en décembre 2003, le Grupo Mercado Común, par une décision intergouvernementale, crée la Reunión Especializada de Autoridades Cinematográficas y Audiovisuales (RECAM)[+] NoteLe RECAM dispose d’un site internet : www.recam.orgX [20], dont la finalité est d’ « analyser, développer et implanter des mécanismes destinés à promouvoir la complémentarité et l’intégration desdites industries au niveau régional, l’harmonisation des politiques publiques du secteur, la promotion de la libre circulation des biens et services cinématographiques et l’harmonisation des aspects législatifs » [+] Note Cité par Carmina CRUSAFON , art. cité, p.4X [21]. On assiste donc, petit à petit, à une extension à d’autres secteurs que le cinéma – même si celui-ci reste au cœur des politiques audiovisuelles du MERCOSUR – du processus d’intégration. Fin 2005, le projet d’organisation et d’intégration des industries cinématographiques du MERCOSUR comportait, outre les États membres, la Bolivie, le Chili et le Venezuela en tant qu’États associés, devenant ainsi le plus important projet existant au sud du continent pour le développement du cinéma et de l’audiovisuel régional.
 
Il faut enfin noter l’influence du modèle européen. En effet, dès sa création, la RECAM a fait de la coopération avec l’Union Européenne l’un des axes de son action. Carmina Crusafon y voit deux explications : la recherche, d’une part, d’une référence pour bâtir la politique audiovisuelle du MERCOSUR, et d’autre part, de sources de financement.
 
 
 
 
Revenir au sommaire

L'efficacité des industries culturelles dans le MERCOSUR

Les industries culturelles sont-elles productives, au sein du MERCOSUR,  d’ « imagined communities », pour reprendre l’expression de Benedict Anderson ? Comme le note Nestor García Canclini, « aujourd’hui, s’occuper de la question des identités nécessite de concevoir des politiques concernant les industries de communication » [+] Note Nestor García CANCLINI, « Políticas culturales : de las identidades nacionales al espacio latinoamericano », in Néstor García CANCLINI, Carlos MONETA (coord.), Las industrias culturales en la integración latinoamericana, Buenos Aires, Eudeba, 1999, p.39 X [22].
Or, d’après Hernan Galperín, ce sont surtout les objectifs économiques qui ont prédominé, tandis qu’étaient négligées des questions essentielles comme la concentration industrielle et la croissante inégalité devant l’accès aux biens et services culturels, audiovisuels en particulier. En d’autres termes, le MERCOSUR n’a pour l’instant pas contribué au fonctionnement d’espaces publics démocratiques et diversifiés culturellement parlant à l’échelle régionale. Ce n’est pas le propre du MERCOSUR : l’ALENA et l’Union Européenne, selon lui, ne font pas beaucoup mieux [+] NoteHernán GALPERING , « Las industrias culturales en los acuerdos de integración regional : el caso del NAFTA, la UE y el MERCOSUR», Brasília, UNESCO, 1998, p.58-59X [23].

Le MERCOSUR, comme les autres espaces d’intégration, ont encore à répondre aux défis posés par l’internationalisation de la production culturelle : nécessité de concevoir des politiques qui promeuvent et régulent la production et la commercialisation de la culture au-delà des frontières nationales ; nécessité d’accords sur les tarifs et la propriété intellectuelle, sur les investissements étrangers, ainsi que sur les droits du consommateur.
 
 
Revenir au sommaire

Bibliographie

Hugo ACHUGAR, « A política cultural no acordo MERCOSUL», in Estudos avançados, São Paulo, vol. 8, n°20, janv.-avr. 1994, pp. 215-229

Hugo ACHUGAR, CAETANO Gerardo, Mundo, región, aldea : identidades, políticas culturales e integración regional, Montevideo, Ediciones Trilce, 1994, 174 p.

Luiz Alfonso ALBORNOZ(coord.), Al fin solos…La nueva televisión del MERCOSUR, Buenos Aires, Ediciones Ciccus-La Crujía, 2000, 289 p.

Gabriel O. ÁLVAREZ(dir.), Industrias culturais no MERCOSUL, Brasilia, Instituto Brasileiro de Relações Internacionais, 2003, 576 p.
 
Waldo ANSALDI , « La seducción de la cultura. Mucho más que un mercado », in Encrucijadas UBA, Año I, n°4, Buenos Aires, fév. 2001, pp. 64-77
 
Roger Luis da Cunha BUNDT , « Cultura e comércio do audiovisual no MERCOSUL », in Conhecimento Interativo, São José dos Pinhais, v. 4, n. 1, janv./juin 2008, pp.81-89
 
CANCLINI Néstor García, MONETA Carlos (coord.), Las industrias culturales en la integración latinoamericana, Buenos Aires, Eudeba, 1999, 342 p.
 
Carmina CRUSAFON, « La política audiovisual del MERCOSUR y la influencia del modelo europeo », in Cuadernos de información, n°25, 2009-II (juill.-déc.), pp.93-104
 
Ticio ESCOBAR, «Las paradojas del sur : la cuestión de la cultura en la integración», in RECONDO Gregorio (org.), Mercosur : una historia común para la integración, Consejo argentino para las Relaciones internationales, 2000
 
FUNAG, Mercosul e a integração Sul-americana : Mais do que a economia. Encontro de culturas, Brasilia, FUNAG, 1997, 264 p.
 
Hernán GALPERING, « Las industrias culturales en los acuerdos de integración regional : el caso del NAFTA, la UE y el MERCOSUR», Brasília, UNESCO, 1998, 68 p.
 
GETINO Octavio, « Las industrias culturales del MERCOSUR », in Octavio GETINO , « Negociación e integración en el sector cinematográfico y audiovisual en los países del MERCOSUR. Antecedentes y experiencias”, in MONETA Juan Carlos (ed.), El jardín de los senderos que se encuentran. Políticas públicas y diversidad cultural en el MERCOSUR, Montevideo, Oficina de Representación de la UNESCO, 2006
 
Margarida M. Krohling KUNSCH (org.), Indústrias culturais e os desafios da integração latino-americana, São Paulo, INTERCOM, 1993, 163 p.
 
Guillermo MASTRINI, Martín BECERRA, « Globalización, mercado e industrias culturales : ¿Resistencia o simulacro ? », in Actas del XII Encuentro Latinoamericano de Facultades de Comunicación Social FELAFACS Pontificia Universidad Javeriana Bogotá, septiembre de 2006
 
 Gregorio RECONDO , « Identidad cultural en la integración », in Archivos del presente, Buenos Aires, Ed. Fundación Foro del Sur, 2001-04/05/06, año 6, n°24, pp.77-90
 
Gregorio RECONDO(org.), Mercosur. La dimensión cultural de la integración, Buenos Aires, Ediciones Ciccus, S. XXI, 1997, 331 p.
 
Gregorio RECONDO, Identidad, integración y creación cultural en América Latina : el desafío del Mercosur, Paris, UNESCO, Buenos Aires, Ed. de Belgrano, 1997, 417 p.

 
Mariana VAZQUEZ , Facundo SOLANAS , MERCOSUR : estado, economia, comunicación y cultura : estrategias politicas, economicas y audiovisuales del Mercosur en el contexto de globalización, Buenos Aires, Eudeba, 1998, 224
Revenir au sommaire
  • 1. Guillermo MASTRINI , Martín BECERRA , « Globalización, mercado e industrias culturales : ¿Resistencia o simulacro ? », in Actas del XII Encuentro Latinoamericano de Facultades de Comunicación Social FELAFACS Pontificia Universidad Javeriana Bogotá, septiembre de 2006, p.3
  • 2. Par exemple, le groupe Globo, au Brésil, a autant de poids, voire plus, que tous ses concurrents réunis. En Argentine, 85% de ce qui se produit ou se transmet dans les media nationaux est contrôlé par quatre grandes entreprises.
  • 3. La plupart des industries culturelles sont situés dans les principaux centres urbains. Ainsi, dans la capitale argentine et ses alentours se concentre 70% des consommateurs de cinéma. Situation que l’on retrouve à Asunción ou à Montevideo.
  • 4. Nestor García CANCLINI, « Políticas culturales : de las identidades nacionales al espacio latinoamericano », in Néstor García CANCLINI, Carlos MONETA (coord.), Las industrias culturales en la integración latinoamericana, Buenos Aires, Eudeba, 1999, p.39
  • 5. C’est lors de la Réunion du Groupe Marché Commun, qui a lieu à Brasilia du 30 septembre au 02 octobre 1992
  • 6. La première Reunión Especializada en Cultura s’est tenue à Buenos Aires les 14 et 15 mars 1995
  • 7. La seconde Reunión Especializada en Cultura eut lieu à Asunción, le 02 août 1995.
  • 8. Consultable (en espagnol) en ligne à l’adresse suivante : http://www.portalargentino.net/leyes/mercult.htm
  • 9. Waldo ANSALDI, « La seducción de la cultura. Mucho más que un mercado », in Encrucijadas UBA, Año I, n°4, Buenos Aires, fév. 2001, p.4
  • 10. Gabriel Omar ÁLVAREZ, « Integración regional e industrias culturales en el MERCOSUR : situación actual y perspectivas », in Néstor García CANCLINI , Carlos MONETA (coord.), Las industrias culturales en la integración latinoamericana, Buenos Aires, Eudeba, 1999, p.153
  • 11. Consultable (en espagnol) en ligne à l’adresse suivante : http://www.portalargentino.net/leyes/mercult.htm
  • 12. Dans l’article 2 du Protocole, il est stipulé que sont privilégiées « (…) les actions culturelles qui expriment les traditions historiques, les valeurs communes et la diversité des pays membres ».
  • 13. http://blogs.cultura.gov.br/mercosur/
  • 14. La résolution concernant le logo inclut le Traité Douanier pour la Circulation au sein des Pays du MERCOSUR des Biens faisant partie de Projets Culturels
  • 15. Nestor García CANCLINI « Sobre estudios insuficientes y debates abiertos », in Néstor García CANCLINI, Carlos MONETA (coord.), ouv. cité, p.16
  • 16. Pour une analyse détaillée du poids des industries culturelles dans chaque pays membres, ainsi qu’un aperçu des échanges de leurs produits et services au sein du MERCOSUR, voir Gabriel O. ÁLVAREZ (dir.), Industrias culturais no MERCOSUL, Brasilia, Instituto Brasileiro de Relações Internacionais, 2003, 576 p. et Octavio GETINO , « Las industrias culturales del MERCOSUR », 2001, publié en ligne par l’Observatorio de Industrias Culturales de la Ciudad de Buenos Aires
  • 17. Octavio GETINO , art. cité, p.3
  • 18. Voir Carmina CRUSAFON , « La política audiovisual del MERCOSUR y la influencia del modelo europeo », in Cuadernos de información, n°25, 2009-II (juill.-déc.), p.4
  • 19. Ainsi, en 1998, la Comisión de Industrias Culturales del MERCOSUR décide de « convoquer les secteurs productifs pour mettre en place une série de rencontres entre les représentants des industries du disque, du cinéma et de l’édition ».
  • 20. Le RECAM dispose d’un site internet : www.recam.org
  • 21. Cité par Carmina CRUSAFON , art. cité, p.4
  • 22. Nestor García CANCLINI, « Políticas culturales : de las identidades nacionales al espacio latinoamericano », in Néstor García CANCLINI, Carlos MONETA (coord.), Las industrias culturales en la integración latinoamericana, Buenos Aires, Eudeba, 1999, p.39
  • 23. Hernán GALPERING , « Las industrias culturales en los acuerdos de integración regional : el caso del NAFTA, la UE y el MERCOSUR», Brasília, UNESCO, 1998, p.58-59
Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction