Le Royaume-Uni soutient ses industries créatives

Article  par  Emmanuel RUFI  •  Publié le 04.05.2011  •  Mis à jour le 05.05.2011
[ACTUALITÉ] Le 23 mars 2011, le gouvernement britannique a annoncé la création du Creative Industries Council afin de dynamiser les investissements financiers dans ce domaine.

Le 23 mars 2011, George Osborne, le chancelier de l'Échiquier[+] NoteMinistre en charge du budget.X [1], a annoncé la création du Creative Industries Council (CIC), dans le cadre d'un vaste plan de relance de l’économie du pays. Les « industries créatives », telles que définies par le gouvernement britannique, rassemble au total les secteurs suivants : le cinéma, l’audiovisuel, la musique, l’édition, la presse, la radio, la mode, l’architecture, la publicité, le design, le spectacle vivant et le patrimoine. Les industries créatives représentent actuellement plus de 8 % du PIB du Royaume-Uni et 2 millions d’emplois dans le pays, et constituent la 3ème industrie exportatrice du pays[+]... NoteSource UK Music et Financial Times.X [2].
 
Cette annonce intervient un an après la publication remarquée du manifeste « Liberating Creativity » par UK Music, un groupe de lobbying réunissant artistes, producteurs, agents et labels autour d’une volonté commune de redynamisation de l’industrie musicale. « Liberating Creativity » présentait alors la vision du collectif concernant le marché de la musique à l’horizon 2020. Il formulait notamment sept recommandations destinées au gouvernement. La première d’entre elles, portée avec vigueur par le lobby et son fondateur Feargal Sharkey, proposait ainsi l’établissement d'un plan gouvernemental visant à stimuler la croissance des industries créatives au Royaume-Uni. Le groupe demandait aussi la création d'un comité spécifique.
 
À l’annonce de la création du CIC, Feargal Sharkey estime qu‘il s’agit d’une étape importante pour permettre à l’industrie musicale britannique de « devenir le plus grand exportateur de musique sur Internet ».
 
Créé pour « parler d’une seule voix auprès de la communauté financière et pour coordonner les actions afin de dépasser les obstacles rencontrés par les entreprises du secteur » (plan de relance du Trésor[+] NotePage 102 du document.X [3]), l’essentiel du rôle du CIC consiste également à aider les structures à financer leurs projets, car les entreprises créatives peinent à trouver les ressources nécessaires. Selon les déclarations du chancelier de l’Échiquier, le trésor britannique veut corriger certaines inégalités économiques. Par exemple, une entreprise issue de l’industrie créative est aujourd’hui plus susceptible de se voir refuser un emprunt qu’une entreprise issue d’autres secteurs, tandis qu’elle possède le même profil de risque.

Si le CIC est né de l’initiative des professionnels de la musique, secteur symbolique du rayonnement culturel du Royaume-Uni à l’étranger, les secteurs de l’édition, du cinéma, de l’audiovisuel et du design sont eux aussi représentés au sein du conseil. En revanche, les autres secteurs compris dans la définition gouvernementale des « industries créatives » ne sont pas concernés pour l’instant par la création du CIC. Quant aux moyens mis à la disposition de cette instance, ils n’ont pas encore été communiqués. Évidemment cela définira l’ampleur de l’action du CIC et sa capacité à dynamiser réellement les exportations de produits culturels britanniques à l’étranger.
 
En totalité ce ne sont pas moins de 12 mesures qui ont été proposées par le gouvernement pour stimuler l’économie des industries créatives au Royaume-Uni dans le plan de relance du Trésor[+]. NotePages 99 à 104 du document.X [4].

Parmi celles-ci on peut citer :
  • l’aide de la UK Trade and Investment[+] NoteUK Trade and Investment est l’agence gouvernementale britannique qui aide et conseille les entreprises étrangères à s'implanter au Royaume-Uni et à y développer leurs activités.X [5] qui s’engage à mettre à disposition des industries créatives son réseau d’« ambassadeurs » pour stimuler les investissements dans ces secteurs ;
     
  • l’aide du gouvernement pour un partage des compétences concernant le numérique (encourager la formation, la recherche universitaire, etc.) ;
     
  • l’aide du gouvernement pour la lutte contre le piratage, au Royaume-Uni et à l’étranger ;
     
  • l’allègement du cadre juridique parfois trop contraignant pour les PME de ce secteur.
 
Le gouvernement fait véritablement confiance au secteur des industries créatives pour participer à la relance de l’économie britannique. George Osborne compte notamment sur le programme d’aide aux industries créatives pour accroître les exportations des produits culturels made in Britain. Mais au-delà de la dimension économique de cette stratégie, soutenir les industries créatives est un moyen efficace pour le Royaume-Uni de participer à l’innovation et à la création sur son territoire, mais aussi de rayonner culturellement auprès de ses voisins européens et à l’échelle internationale.
 
---
  • 1. Ministre en charge du budget.
  • 2. Source UK Music et Financial Times.
  • 3. Page 102 du document.
  • 4. Pages 99 à 104 du document.
  • 5. UK Trade and Investment est l’agence gouvernementale britannique qui aide et conseille les entreprises étrangères à s'implanter au Royaume-Uni et à y développer leurs activités.
Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction