La distribution des films asiatiques en Amérique du Nord monte en puissance

Article  par  Brice LONGNOS  •  Publié le 07.01.2011  •  Mis à jour le 20.01.2011
Derniers succès commerciaux et nouveaux projets de distribution offrent une nouvelle fenêtre aux productions asiatiques en Amérique du Nord.
Alors que le box office chinois croit vertigineusement grâce à de gros hits nationaux (Aftershock de Feng Xiaogang ou encore Let the Bullets Fly de Jiang Wen), les films chinois, et même asiatiques en général, acquièrent un potentiel commercial croissant en dehors de leur pays de production. Ceci est d’autant plus notable avec les opportunités de diffusion en Amérique du Nord qui se développent. En effet, la démonstration du professeur de l’USC Stanley Rosen, lors des Beijing Screenings 2010, de l’ascension du cinéma chinois dans les classements mondiaux et ses chances de succès mondiaux ne font que confirmer cela.
 
En ce sens, l’action de la Weinstein Company – notamment grâce à Harvey Weinstein (ancien fondateur de Miramax), son dirigeant qui est un passionné envers le cinéma asiatique a déjà permis l’acquisition du film Reign of Assassins de John Woo pour une diffusion dans les salles américaines. Avec Michelle Yeoh en tête d’affiche et une avant-première à Venise, le film dispose d’un potentiel remarquable. Le 29 octobre 2010, Aftershock de Feng Xiaogang – gros succès au box office chinois avec RMB 650 millions (95 millions de dollars) – est sorti dans 24 salles de cinéma aux États-Unis et au Canada dans des villes avec une importante population chinoise (New York, Los Angeles, San Francisco, Chicago, Houston, Boston, Seattle, Toronto, Ottawa) grâce a un partenariat exclusif entre China Lion Film Distribution et AMC Entertainment (l’une des plus grandes chaînes de cinéma aux Etats-Unis). AMC renouvelle le marché et profite des fêtes de noël pour sortir If You Are The One 2, nouvelle comédie romantique très attendue du réalisateur, dans 20 salles nord-américaines, le 24 novembre 2010, seulement deux jours après sa sortie chinoise.
 
De fait, la sensibilité des distributeurs américains aux films asiatiques est de plus en plus visible, et des distributeurs spécialisés émergent, à l’image de Eleven Arts – spécialisé dans les films japonais – ou Indomina Releasing qui a acquis récemment le film de Tsui Hark, Detective Dee: The Mystery of the Phantom Flame, pour un montant de 500 millions de dollars afin de le distribuer aux États-Unis. Ce film, avec Andy Lau et Li Bingbing, avait dominé le box office chinois lors des très lucratives vacances nationales d’octobre (290 millions de yuan soit 43 millions de dollars au 31 octobre 2010). La société avait aussi déjà acquis de gros titres chinois incluant Bodyguards and Assassins de Teddy Chan avec Donnie Yen, Fire of Conscience et True Legend de Yuen Woo-ping avec Michelle Yeoh, ainsi que le thriller vietnamien Clash de Le Thanh Son.  
 
D’autres films à venir pourraient potentiellement être distribués aux États-Unis. Ils disposent, eux aussi, d’atouts qui devraient attirer l’attention des distributeurs, comme par exemple, Founding of a Party, film patriotique à gros budget de la China Film Group racontant les débuts du Parti Communiste Chinois, avec Zhou Xun, et Tang Wei ou encore le nouveau Peter Chan, Wu Xia avec Donnie Yen, Kaneshiro Takeshi. Dans cette perspective, une adaptation en anglais du film Mulan (2010) sous la direction Jan de Bont et avec Zhang Ziyi, est en tournage depuis la mi-novembre 2010, et  sera distribué par Easternlight Pictures – qui a aussi déjà aussi acquis le nouveau film de Chen Kaige, Sacrifice (hit au box-office chinois de décembre 2010).
 
En parallèle, hors de la distribution en salle, une nouvelle plateforme de distribution de films chinois et asiatiques émerge et permet d’atteindre plus largement le public américain, premier marché mondial en termes d’audience. Ce service, Asian Crush, issu de la venture Asian Media Rights, a été lancé le 1 décembre 2010 par David Chu et Michael Hong (anciens fondateurs de la chaine câblée ImaginAsian TV en 2003) afin de fournir la distribution de films asiatiques sur les plateformes VOD. Asian Crush prévoit une expansion au Canada en deuxième partie de l’année prochaine. David Chu a annoncé que lors du lancement, le service atteignait déjà pas moins de 50 millions de foyers, se targuant de vouloir, à long terme, « devenir le plus gros distributeur de film asiatiques » La bibliothèque dispose déjà de 180 films, incluant des titres des Japonais Nikkatsu et Bandai, des Thaïlandais Five Star et GTH et des Sud-coréens Showbox, Mirovision, 9ers et iHQ, l’objectif étant de rapidement dépasser les 200 titres. Ainsi, TLA Releasing (division distribution de films de TLA Entertainment Group, spécialisée dans les films gays et lesbiens du monde entier) qui a déjà transmis des titres tandis que d’autres détenteurs de droits de films asiatiques nord-américains s’apprêtent à le faire. L’entreprise rappelle que 95 % de ses titres sont actuellement ou récemment dans la bibliothèque et qu’ils seront diffusés pour la première fois en Amérique du nord  (les titres disponibles incluent le film d’horreur thaï Phobia 2, le film d’espionnage a succès coréen Secret Reunion ou l’ensemble de la série des Gundam, de 1981 à nos jours). Ceux-ci seront diffusés grâce aux groupes de médias Time Warner Cable et Comcast. Asian Crush est promu auprès des sites Web de films asiatiques, incluant Anime News Network mais aussi durant le Festival du Film Asiatique de New York ou encore  de nombreux médias papier (Variety, The Hollywood Reporter, Screen International), TV et radio dans les villes nord-américaines à forte population asiatique. Néanmoins, David Chu parie que « 75 % de l’audience sera d’origine non-asiatique ».
           
Ainsi, la mise en place de nombreux contrats de distribution et de nouvelles plateformes de diffusion contribuent à un afflux de films asiatiques vers les États-Unis, cela allant certainement dans le sens d’une meilleure reconnaissance du cinéma asiatique sur ce territoire.

Crédits photos: Asian Media Rights, Flickr / Neo's Space
Vous souhaitez nous apporter un complément, rectifier une information ? Contactez la rédaction